THEMES

Féminisme, queer, genre, sexualités

2 avril 2015 - Collectif

En finir avec le placard

(HTML) (PDF,5.1 Mo) (PDF,5.1 Mo)

Tous les prisonniers ne sont pas des hommes.
Tous les prisonniers ne sont pas hétérosexuels.
Tous les prisonniers ne sont pas cisgenres.
À quoi sert de lutter pour la libération des prisonnier.e.s politiques et l’abolition de la prison si nous n’en finissons pas avec tous les placards ?

***

Sommaire :
- Introduction (Soledad et associées)
- Les gouines et les pédés veulent savoir… : Une interview avec des prisonnières politiques lesbiennes (interview de Linda Evans, Laura Whitehorn et Susan Rosenberg par le QUISP / Queers United in Support of Political Prisoners)
- Trois décennies de solidarité queer et de luttes radicales : une histoire riche (Bob Lederer)
- Des militant.e.s queers se joignent à une large action de désobéissance civile… (Simon Nkoli Queer Crusaders en solidarité avec les prisonnier.e.s politiques)
- One herstory of Out of Control Lesbian committee to support women political prisoners and POWs, 1986-2008 (B 8 / Rita D. Brown et Jane Segal, 2008)

Les textes sont extraits de : Matt Meyer, dir., Let Freedom Ring. A Collection of Documents from the Movements to Free US Political Prisoners, Oakland (Californie), PM Press, 2008.

26 mars 2015 - Starhawk

Le temps des bûchers

(HTML) (PDF,8.3 Mo) (PDF,8.3 Mo) (web)

Extrait de Femmes, Magie et Politique, il s’agit d’une analyse de la chasse aux sorcières au travers des thèmes de l’expropriation de la terre, de l’expropriation de la connaissance et de la guerre à l’immanence.

20 février 2015 - Gloria Anzaldúa

La conscience de la mestiza

(HTML) (PDF,420.9 ko) (PDF,367.9 ko)

Bercée dans une culture, prise en sandwich entre deux cultures, enjambant les trois cultures et leurs systèmes de valeurs, la mestiza subit une lutte de la chair, une lutte des frontières, une guerre intérieure. [...]

La nouvelle mestiza s’en sort en développant une tolérance pour les contradictions, une tolérance pour l’ambiguïté. [...] Elle a une personnalité plurielle, elle opère selon un mode pluraliste —rien n’est expulsé, le bon le mauvais et le laid, rien n’est rejeté, rien n’est abandonné. Non seulement elle nourrit des contradictions, mais elle transforme l’ambivalence en quelque chose d’autre.

Le travail de la conscience mestiza est de défaire la dualité sujet-objet qui la tient prisonnière [...]. La réponse au problème entre le peuple blanc et les peuples de couleur, entre le genre masculin et le genre féminin, passe par guérir la déchirure qui est au fondement même de nos vies, de notre culture, de nos langues, de nos pensées. Déraciner massivement la pensée dualiste de la conscience individuelle et collective constitue le début d’une longue lutte, mais une lutte qui pourrait, c’est notre plus grand espoir, nous porter vers la fin du viol, de la violence, de la guerre.

[La version originale de ce texte a été publiée en 1987 sous le titre « La conciencia de la mestiza. Towards a New Consciousness » dans le livre de Gloria Anzaldúa : « Borderlands/La Frontera : The New Mestiza » (1987, San Francisco, Aunt Lute Books).]

12 février 2015 - Collectif

Nous sommes touTEs des survivanTEs, nous sommes touTEs des agresseurSEs

(HTML) (portfolio) (PDF,975.8 ko) (PDF,977.9 ko)

Cette brochure est composée de deux textes traduits de l’anglais. Le premier, Nous sommes touTEs des survivantEs, nous sommes toutTEs des agresseurSEs a été publié par Crimethinc, un périodique anarchiste étatsunien. Il est suivi de Que faire quand quelqu’unE te dit que tu as dépassé ses limites / l’as misE mal à l’aise / ou agresséE. Ce guide a été diffusé à la fois seul sous forme de dépliant, mais également sous forme de brochure avec Nous sommes touTEs... C’est cette version qu’on a choisi de publier, parce qu’ensemble ils lancent des pistes pour une réflexion et du débat autour des réponses communautaire et individuelle qu’on pourrait imaginer face aux situations d’agressions.

27 janvier 2015 - bell hooks

Sororité : la solidarité politique entre les femmes

(HTML) (PDF,8.9 Mo) (PDF,8.2 Mo)

L’idéologie de la suprématie masculine incite les femmes à penser qu’elles ne valent rien tant qu’elles ne sont pas liées ou unies à des hommes. On nous enseigne que les relations que nous entretenons les unes avec les autres amoindrissent notre expérience au lieu de l’enrichir. On nous enseigne que les femmes sont « naturellement » ennemies des femmes, que la solidarité n’existera jamais entre nous parce que nous ne pouvons et ne devons pas nous unir les unes aux autres. Nous avons bien appris ces leçons. Nous devons les désapprendre pour construire un mouvement féministe durable. Nous devons apprendre à vivre et à travailler dans la solidarité. Nous devons apprendre le véritable sens et la vraie valeur de la sororité.

Ce texte est paru en 1986 dans le n°23 de « Feminist Review », sous le titre original : "Sisterhood : Political Solidarity between Women". Il s’agit d’une version remaniée du chapitre 4 de « Feminist Theory : from Margin to Center », South End Press, Boston, 1984.

4 janvier 2015 - Béatrice Cascales

Dialogue avec ma vulve

(HTML) (PDF,102.4 ko) (PDF,104.4 ko)

Texte de novembre 2014, sur la sexualité féminine et la pression sociale.

Le doigt du Social se fourre partout... et même entre ma vulve et moi !

27 décembre 2014 - Dorothy Allison

Une Question de Classe

(HTML) (PDF,769.6 ko) (PDF,1006.3 ko)

La première fois que j’ai entendu « ils sont différents de nous, ils n’accordent pas la même valeur que nous à la vie humaine », j’étais au lycée en Floride. L’homme qui parlait était un recruteur de l’armée s’adressant à une bande de garçons, leur expliquant ce qu’était vraiment l’armée et ce à quoi ils devaient s’attendre outre-mer. Un sentiment de colère froide m’avait envahie. J’avais entendu le mot "ils" prononcé sur le même ton dur, avant. "Ils", ces gens là-bas, ces gens ne sont pas nous, ils meurent si facilement, s’entre-tuent si aisément. Ils sont différents. "Nous", j’ai pensé. "Moi."

Ma famille et moi, nous avons toujours été "eux". Qui suis-je ? me demandai-je en écoutant ce recruteur. Qui sont mes semblables ? Nous mourons si facilement, disparaissons si sûrement – nous/elles/eux, les pauvres et les queers. J’ai pressé mes pauvres poings blancs osseux contre ma bouche de lesbienne têtue. La fureur était une bonne sensation, plus forte et plus pure que la honte qui lui succédait, que la peur et l’envie soudaine de courir et de se cacher, de nier, de faire semblant de ne savoir ni qui j’étais ni ce que le monde me faisait.

J’ai grandi dans la pauvreté, la haine, victime de violence physiques, psychologiques et sexuelles, et je sais que souffrir ne rend pas noble. Ça détruit. Pour résister à la destruction, à la haine de soi ou au désespoir à vie, nous devons nous débarrasser de la condition de mépriséE, de la peur de devenir le "eux" dont ils parlent avec tant de mépris. Nous devons refuser les mythes mensongers et les morales faciles. Nous devons nous voir nous-mêmes comme des êtres humains, avec des défauts, et extraordinaires. Nous touTEs – extraordinaires.

16 décembre 2014 - Horia Kebabza

« L’universel lave-t-il plus blanc ? » : « Race », racisme et système de privilèges

(HTML) (PDF,739.2 ko) (PDF,749 ko) (web)

La question, déjà ancienne, de l’articulation des rapports sociaux de sexe, de classe et de « race » fait actuellement l’objet d’un intérêt renouvelé en France. Cet intérêt est salutaire (...). La confusion politique croissante qui semble prévaloir aujourd’hui, l’insuffisance cruelle d’outils adaptés pour penser et combattre les inégalités sociales, économiques et politiques actuelles, sont dialectiquement liées à un retour en force du naturalisme et de l’essentialisme, que le féminisme et la sociologie des relations interethniques et du racisme avaient identifiés depuis longtemps déjà parmi leurs principaux ennemis. (Résumé / Les cahiers du CEDREF, 2006)

Sommaire :
- Qui sommes-nous ? Le groupe « Race et Genre »
- Un (anti)-racisme sans race est-il possible ?
- Globalisation et racialisation
- Les « whiteness studies » ou la construction de la blanchité
- L’invisibilité des « privilèges blancs »
- Un outil pour la singularité contre l’universel ?
- Présomptions et préjugés : les deux revers d’une même médaille
- Dire, ou ne pas dire ?
- L’impensé des privilèges et le concept d’intersectionnalité

Texte publié initialement en 2006 dans Les cahiers du CEDREF n°14.

29 novembre 2014 - Hoder

Chroniques du bord de l’amer…

(HTML) (PDF,305.7 ko) (PDF,310.5 ko)

« Ce texte est adressé à toutes les personnes qui détournent pour profits personnels nos indispensables outils de lutte élaborés au fil du temps. À toutes les personnes qui instrumentalisent nos combats pour régler leurs comptes interpersonnels. »

Décryptage féministe de pratiques qui confondent plus ou moins volontairement "radical" et "venimeux"...

1- Déconstruction mon amour !
2- Le privé est politique…
3- De mesures en démesure
4- Tu fais de la merde, mais ne le prends pas personnellement…
5- L’entre-moi rêvé
6- The purest you are, the better you get…
7- Jouons avec les mots
8- Le théâtre de l’opprimé-e…
9- Je suis moi, suivez-moi aussi !
10- Scoop !

25 novembre 2014 - Béatrice Cascales , Laëtitia Négrié

La grossesse et l’accouchement : histoire d’une maladie pas comme les autres

(HTML) (PDF,143.9 ko) (PDF,149.1 ko)

« Les luttes pour l’accès à la contraception et à l’IVG donnent l’illusion aux femmes qu’elles contrôlent entièrement leur fécondité. En réalité, il semble que la maîtrise de la fécondité se limite encore à la décision de poursuivre ou d’interrompre une grossesse. En effet, le droit à disposer de son corps dans le cadre de la prise en charge de la grossesse et de l’accouchement ne peut s’exercer librement, ce qui ré-assigne les femmes à une simple fonction reproductive. Ces événements de vie mettent entre parenthèses leur statut de sujet pensant et sensible, car ils sont sous l’emprise du pouvoir médical qui nie les droits les plus fondamentaux à disposer de son corps et à choisir ce qui est bon pour soi. Le pouvoir médical peut parfois faire terriblement violence. »

Synthèse partielle réalisée par Béatrice Cascales et Laëtitia Négrié à partir du mémoire de Conseil Conjugal et Familial écrit par Laëtitia Négrié « Enfanter où je veux, comme je veux – Plaidoyer pour l’extension des luttes féministes pour le droit à disposer de son corps » – Planning Familial de Montpellier, 2011.

28 septembre 2014 - anonymes

Premiers pas sur une corde raide

(HTML) (PDF,293.9 ko) (PDF,296.9 ko)

« Ainsi, de briser le silence, la question devient celle de comment libérer la parole de manière à ce que chacun.e puisse, vis-à-vis de son vécu, examiner ses gestes. »

Ce texte, publié initialement à Montréal en février 2014, traite de la question des agressions sexuelles et des réponses à leur donner...

15 juillet 2014 - Collectif

Apprendre le consentement en 3 semaines

(HTML) (PDF,2.6 Mo) (PDF,571.8 ko) (PDF,8.9 Mo)

Cette brochure est composée d’une dizaine de textes traduits de l’anglais sur le sujet du consentement. Ils proviennent tous d’une brochure étatsunienne, "Learning Good Consent". Les textes ont été traduits par le groupe de traduction Croute. On a choisi de traduire celle-ci parce qu’elle présente des textes variés, qu’elle nous a beaucoup marquéEs et qu’on voulait la partager avec les copainEs. Ces textes parlent de sexualité(s), d’agressions, etc. C’est des sujets qui remuent. Faites attention à vous avant de la lire, mettez-vous dans un contexte confortable, et n’oubliez pas de prendre soin de vous !

14 mars 2014 - Yves Bonnardel

Sale bête, sale nègre, sale gonzesse... Identités et dominations

(HTML) (PDF,81.5 ko) (PDF,155.3 ko) (web)

Texte publié initialement dans les Cahiers antispécistes n°12, avril 1995.

Sommaire :
- Ce que nous apprennent les insultes
- Les insultes racistes
- Les insultes sexistes
- Les insultes spécistes
- Insultes et appartenances
- Nos identités et nos statuts sociaux
- Aspects communs des formes de domination
- La domination, c’est la valorisation
- La valorisation à travers les appartenances

11 décembre 2013 - Anonyme

Consentement : un truc... de pédé ?

(HTML) (PDF,7.3 Mo) (PDF,7.3 Mo)

Cette brochure aborde la question du consentement à partir du point de vue et du vécu de garçons qui couchent avec d’autres garçons. Elle a l’intention d’en montrer les spécificités et les enjeux particuliers en même temps qu’elle insiste sur l’importance de se sentir concerné personnellement par cette question (du consentement) quand on est gay/pédé. Elle est composé par deux textes qui partent de vécus personnels : une traduction de l’anglais du texte "Positive consent for dudes who get it on with dudes", suivie par un deuxième texte qui revient plus sur des histoires de constructions sociales de genre et de rapports de domination.

19 novembre 2013 - Audre Lorde

Transformer le silence en paroles et en actes

(HTML) (PDF,488.7 ko) (PDF,491.4 ko) (PDF,130.3 ko) (PDF,127.8 ko)

Ce texte de 1977 vise, entre autres, à faire passer l’idée qu’ouvrir sa gueule, oser prendre les devants ici et maintenant, est une nécessité bénéfique à tous points de vue. En particulier quand on se trouve dans une position sociale minoritaire, marginalisée et/ou stigmatisée.

« La raison du silence, ce sont nos propres peurs, peurs derrière lesquelles chacune d’entre nous se cache - peur du mépris, de la censure, d’un jugement quelconque, ou encore peur d’être repérée, peur du défi, de l’anéantissement. Mais par-dessus tout, je crois, nous craignons la visibilité, cette visibilité sans laquelle nous ne pouvons pas vivre pleinement. »

14 novembre 2013 - Alexandre Baril

Transsexualité et privilège masculin, fiction ou réalité ?

(HTML) (PDF,2.1 Mo) (PDF,2.2 Mo)

Les féministes ont analysé, au cours des dernières décennies, des notions comme celles de sexe, de genre, d’identité sexuelle, etc. Ces mêmes notions se trouvent au cœur du phénomène transsexuel, d’où l’intérêt de certaines féministes de l’étudier. Bien que plusieurs analyses féministes présentent une interprétation positive et une attitude d’ouverture par rapport à la transsexualité, d’autres manifestent leurs réticences et leurs critiques à son égard. Ces dernières considèrent que la transsexualité résulte des stéréotypes sexuels et voient les personnes transsexuelles comme responsables de leur perpétuation. Quelques féministes très critiques vont jusqu’à se demander s’il n’existe des hommes transsexuels que dans la mesure où certaines femmes tenteraient d’échapper individuellement au système patriarcal pour profiter des privilèges liés à la masculinité dans des sociétés sexistes. Si la dénonciation de ces privilèges masculins est nécessaire à partir d’une perspective féministe - que j’endosse - afin de faire advenir une société égalitaire, le fait de savoir si les hommes transsexuels en profitent pleinement à partir du moment où ils sont reconnus comme faisant partie du groupe des hommes n’est pas aussi évident. Cet article se focalise donc sur la question suivante : comment les hommes transsexuels bénéficient-ils des privilèges de la masculinité dans des sociétés où les hommes représentent un groupe avantagé tant au plan social, culturel, politique qu’économique ?

18 octobre 2013 - DégenréE

La fabrication artisanale des conforts affectifs

(HTML) (PDF,3.1 Mo) (PDF,3.2 Mo)

Cette brochure donne de la place à des expériences et expérimentations, invite des personnes à raconter dans ses pages ce qu’elles dé-construisent en termes d’environnement affectif, de relations. Soyons clair-es, on ne veut pas ici parler « d’amoooouur » en le déguisant sous le terme « relations affectives » mais vraiment parler de la diversité des relations affectives qu’on peut vivre. Ce qui nous intéressait c’est que ces textes partent de nous, que ce soit plus de l’ordre du témoignage que de la théorisation générale. Ca veut dire que l’idée c’était pas d’écrire la recette ou de décrire l’idéal mais plutôt de partir de ce qu’on vit réellement avec les trucs qui marchent et les trucs qui ratent.

10 avril 2013 - Collectif

Queer Ultra Violence

(HTML) (PDF,6 Mo)

Ceci est une traduction d’extraits du livre "Queer Ultra Violence : Bash Back ! Anthology" publié en 2011 par Ardent Press aux États-Unis, anthologie du mouvement queer insurrectionnaliste Bash Back !

« Les queers sont marquéEs comme des victimes tandis que la violence n’est jamais vue que comme l’outil des maîtres. Le projet anarcho-queer incarné par Bash Back ! est avant tout un refus du statut de victime et une réappropriation de la violence qui nous a été enlevée par l’idéologie progressiste et utilisée contre nous par nos agresseurs et par l’État. Le tournant opéré par Bash Back ! lors de sa rupture avec celleux qui ont refusé de reconnaître l’importance de cette réappropriation a été crucial. Il a permis de solidifier et de construire la cohérence de la tendance queer insurrectionnelle autour de la question de la violence... »

Sommaire :
- Introduction à l’édition française
- Vers la plus queer des insurrections
- Intimité criminelle
- “L’Enfer n’a de Furie plus grande” : Chronologie de l’insurrection Genderfuck
- Vers un transféminisme insurrectionnel
- Théorie de la Pute
- Le Pronom que je préfère est la Négation
- Anarchie de la mode : Entretien avec Le Boulevardier
- Milwaukee : Solidarité avec toutes les Tueureuses de Flics
- Bash Back ! est mort ; Vive Bash Back !
- Glossaire

11 janvier 2013 - Collectif Sous le tapis le pavé

Sous le tapis le pavé

(HTML) (PDF,2.9 Mo) (PDF,3.6 Mo)

De la remarque insistante en soirée à une agressivité latente, d’un machisme gentiment étouffant à une main au cul, les violences sexistes sont multiples et prennent plusieurs formes. Elles se cachent et se déchaînent aussi dans l’intimité, au sein des couples.

Comment parler de ces violences dans nos milieux ?

Comment dire : mon copain m’enferme, me bat, m’insulte, oui mon copain, qui est aussi votre pote, avec qui vous militez depuis des années… Vivre et militer ensemble, cela crée des liens particuliers, avec des codes et des principes tacites.

Que faire quand on apprend telle ou telle histoire sordide, qu’on reçoit telle ou telle confidence ?

Que faire en collectif ?

Nous voulons que le sujet des violences sexistes dans nos milieux ne soit plus un tabou, un sujet négligé, dont les femmes parlent entre elles en sourdine, comme si elles étaient, somme toute, les seules concernées.
Pour nous ces violences ne sont pas des histoires de « vie privée », elles résultent d’une société sexiste où règne des rapports de domination : ces violences sont des actes de contrôle récurrents sur les femmes.
On parle toujours des femmes victimes de violence, comme si leur seul rôle à jouer était passif. Pour nous les femmes résistent à ces violences, chaque jour, en tout lieu, dans la rue et dans leur maison. Nous voulons parler de femmes résistantes.

Ce recueil a été réalisé par le collectif non-mixte femmes-trans* SOUS LE TAPIS LE PAVÉ à Lausanne, suite à un travail en commun entre 2011 et 2012.

4 avril 2012 - Joseph Déjacque

De l’être humain mâle et femelle - Lettre à P.J. Proudhon

(HTML) (PDF,614.4 ko) (web)

Qu’est-ce que l’homme ? rien. – Qu’est-ce que la femme ? rien. – Qu’est-ce que l’être-humain ? – TOUT.

Du fond de la Louisiane où m’a déporté le flux et le reflux de l’exil, j’ai pu lire dans un journal des Etats-Unis, la Revue de l’Ouest, un fragment de correspondance entre vous, P.J. Proudhon, et une dame d’Héricourt.

Les quelques mots de Madame d’Héricourt cités par ce journal me font craindre que l’antagoniste féminin ne soit pas de force – polémiquement parlant – à lutter avec son brutal et masculin adversaire.

Nouvelle-Orléans, mai 1857.

23 novembre 2011 - Julia Serano

Le privilège cissexuel

(HTML) (PDF,524.1 ko)

Ce texte de Julia Serano constitue le chapitre 8 de son livre "Whipping girl, a transsexual woman on sexism and the scapegoating of femininity", paru en 2007. Il s’agit là de sa première édition publiée en français.

Dans son livre, Julia Serano part en partie de sa vie pour tirer une analyse politique féministe de la situation des femmes trans dans la société occidentale et les milieux féministes et LGBT. Elle défend la thèse que les femmes trans, avant de subir des formes évoluées de transphobie, sont le plus souvent les cibles du sexisme traditionnel et de la misogynie banale et parfois insidieuse qui sévit historiquement dans nos sociétés et milieux. Elle propose donc, avant de partir en guerre contre de nouveaux systèmes d’oppression, de revoir en profondeur nos rapports à la féminité et à sa (dé)valorisation. Elle propose de nouveaux cadres de réflexion, via une remise en cause radicale des comportements misogynes et des perceptions des féminités.

Dans ce chapitre, elle s’attarde sur les privilèges cissexuels ainsi que sur les mécanismes que les personnes cissexuelles mettent en place pour justifier et maintenir leurs privilèges. L’idée est de mettre en lumière un statut opprimant (en l’occurrence, le statut cis), pour l’étudier et en comprendre les fonctionnements. Ce qui permet, pour une fois, de ne pas placer les personnes transsexuelles comme objets d’étude, mais à l’inverse de mettre les personnes cissexuelles et leurs comportements sous la loupe d’une analyse matérialiste visant à questionner la norme.

17 juillet 2011 - Collectif

Femmes trans en prison

(HTML) (PDF,1 Mo)

Cette brochure tente de mettre à jour la situation des femmes trans en prison.

« Le directeur est venu dans ma cellule et m’a dit "Tu as un pénis ou un vagin ?" J’ai dit "un pénis". Il m’a dit "voyons voir", alors j’ai dû lui montrer. Et puis il a dit "On ne va pas te soigner, ici. Il est plus que probable que tu finisses par te tuer." Il a eu un sourire narquois, il est sorti et voilà. »
« Le sergent est passé derrière moi, m’a touché les seins, m’a pincé les tétons avec ses doigts, les a fait rouler et m’a touché les fesses, les a serré, les a claqué. J’ai porté plainte et ils sont venus me dire que je ne quitterais jamais la prison vivante. »
« Ils ont mis cet homme dans ma chambre. Il m’a dit : "Voilà pourquoi tu es dans ma chambre : pour être ma femme." C’est ce qu’ils veulent tous ici, ils veulent une jolie transgenre. C’est leur cerise sur le gâteau. »
« Je me sens femme dans une prison d’hommes. J’ai des seins, un traitement hormonal, pas de pénis, mon nom officiel est féminin. Je devrais être dans une prison pour femmes. »

La transphobie en prison n’est que le reflet exacerbé de la transphobie générale de la société. De même, les personnes trans en prison ne font que subir, d’une manière exacerbée par la transphobie, les mauvais traitements infligés aux prisonnierEs en général.

4 juin 2011 - Collectif

Réflexions autour d’un tabou : l’infanticide

(HTML) (PDF,747.5 ko) (PDF,5.1 Mo)

Aujourd’hui et ici, dans nos sociétés occidentales modernes, des femmes de tous les âges et tous les milieux sont emprisonnées sous l’accusation d’infanticide - nous parlons ici de néonaticide. Leurs vies et leurs personnalités sont décortiquées par des spécialistes de toute sorte, elles sont malmenées dans les médias et maltraitées par l’opinion publique.
Comment peut-on croire qu’il y ait parmi nous, les femmes, des « anomalies sociales » à soigner ou à enfermer ; les autres femmes n’auraient rien à voir avec cette histoire de souffrance et de solitude, elles ne seraient pas traversées par les mêmes contraintes liées à la maternité et à la domination des hommes sur les femmes ?
Nous, les huit femmes qui avons écrit cette brochure, de situations et d’âges divers, affirmons que tout le monde, femmes et hommes, dans cette société, est concerné par cette histoire. En analysant ce qui nous formate dans la sexualité et ce qui nous contraint dans la maternité, nous voulons en finir avec le tabou de l’infanticide.

Ouvrage collectif paru en juillet 2009.

22 avril 2011 - Collectif

L’amour nuit gravement…

(HTML) (PDF,2.4 Mo) (PDF,2.4 Mo)

Ce petit recueil propose quelques stimulations pour réfléchir à la question de l’amour, une contribution à un débat (à construire) afin de trier les choses de l’amour qui nous sont trop souvent présentées en kit : soit tu prends tout, soit la solitude éternelle te guette !

14 janvier 2011 - Leslie Feinberg

Le mouvement de libération transgenre

(HTML) (PDF,1000.6 ko) (PDF,993.8 ko)

"Cette brochure constitue une tentative de retracer le développement historique d’une oppression qui, à ce jour, ne porte pas encore un nom bien connu. Nous parlons ici de personnes qui sont un défi aux frontières sociales de genre."

14 décembre 2010 - Queer Nation

Queer Nation Manifesto

(HTML) (PDF,333.6 ko) (PDF,341.9 ko)

Queer Nation était un groupe transpédégouine radical fondé en mars 1990 à New York aux Etats Unis par des militantEs d’ACT UP. Les quatres actvistes à l’origine du groupe étaient outragéEs par l’augmentation de la violence homo et lesbophobe dans les rues et les préjugés dans les arts et les médias. Le groupe est connu pour ses stratégies « dans ta face », ses slogans, et la pratique du « outing » (le fait de révéler publiquement, sans son consentement, qu’une personnalité a des relations homosexuelles). Queer Nation était un groupe d’action directe, se démarquant ainsi des associations lesbiennes, gaies, bi et trans assimilationnistes.

Le texte suivant est un manifeste initialement distribué en 1990 par des personnes marchant aux côtés du contingent d’Act Up à la Gay Pride de New York.

12 juin 2010 - Collectif

Soutenir un-e survivant-e d’agression sexuelle

(HTML) (PDF,1.3 Mo) (PDF,1.3 Mo)

Si vous êtes une personne qui vit et évolue sur cette planète, vous connaissez quelqu’un qui a survécu à une agression sexuelle. Le nombre de femmes, hommes et personnes trans (c’est-à-dire des personnes qui ne rentrent pas dans un système de genre binaire mâle/femelle) qui subissent des agressions sexuelles est inconnu, ceci à cause des phénomènes de silence culturel, mise en doute de la parole de la personne, et de la peur d’encore plus de violence autour du viol.

La liste de principes qui va suivre a été faite dans le but de vous aider à soutenir quelqu’un dans son processus « d’aller mieux », au cas où vous vous trouveriez dans une situation où vous pourriez le faire.

Neuf principes pour le soutien aux survivant-e-s :

1/ La santé et la sécurité d’abord
2/ Restaurer le choix
3/ Croire
4/ Se taire et se laisser guider
5/ Pas de violence supplémentaire
6/ Connaître ses limites
7/ Rester impliqué-e et rester flexible
8/ Il ne s’agit pas de vous. Il ne s’agit pas de vous. Il ne s’agit pas de vous
9/ Travailler pour comprendre le processus de survie

19 décembre 2009 - Leslie Feinberg

Nous sommes touTEs en devenir

(HTML) (PDF,657.4 ko) (PDF,660.2 ko)

Nous sommes un mouvement de femmes biologiques masculines, d’hom­­mes biologiques féminins, de cross-dressers, d’hommes et de femmes trans, d’inter­sexes qui sommes néEs dans ce large intervalle qu’il y a anatomiquement entre femelle et mâle biologiques, de gender-blenders, de beaucoup d’autres variantEs de sexe et de genre, et d’autres définitions qui nous sont importantes. En somme, nous élargissons la vision du nombre de manières qu’il y a d’être humainE.
(...)
Pour beaucoup d’entre nous, les mots femme et homme, m’dame ou m’sieur, elle ou il – en eux-mêmes comme d’eux-mêmes – ne complètent ni la som­me de nos identités, ni celle de nos oppressions. Pour ce qui est de moi, ma vie ne devient visible que lorsqu’on ajoute à l’équation le mot transgenre.

10 octobre 2009 - Fanny Bugnon

Quand le militantisme fait le choix des armes : les femmes d’Action directe et les médias

(HTML) (PDF,3 Mo) (PDF,3 Mo) (web)

Ce texte se penche sur les représentations des femmes ayant commis des actes politiques violents en France au cours de la décennie 80, à travers le cas du groupe Action directe (1979-1987). Dans une perspective d’analyse du discours médiatique, il s’agit d’interroger la réception de l’engagement et de la violence politiques de ces femmes, en soulignant les résistances à l’oeuvre, à travers un double processus de relativisation et de stigmatisation. Interrogé sous l’angle du genre, cet engagement dans la lutte armée s’inscrit à rebours des stéréotypes sexués et contribue à la mise en lumière des dynamiques de régulation mobilisées pour répondre à la crainte du désordre et de l’anormalité.

Publié à l’origine en mai 2009 sur le site de la revue internationale Sens public.

23 septembre 2009 - Stella

Stella et le débat sur la prostitution

(HTML) (PDF,185.4 ko) (web)

Article sur la prostitution, publié en septembre 2002 sur le site de l’association Stella, organisation québecoise de travailleuses/eurs du sexe, ayant pour but l’amélioration des conditions de vie de ces dernier/ères.

15 septembre 2009 - Les Enrageuses

Lavomatic - lave ton linge en public

(HTML) (PDF,667.4 ko) (PDF,666.4 ko)

Des pistes de réflexion sur la justice et la prise en charge des violences de genre dans les milieux anti-autoritaires (et aussi des ras-le-bol...).

Sommaire :

- Les Enrageuses
- Quelques réflexions en guise d’introduction
- Point de départ

1ère partie : À propos de la violence

- Pour réfléchir à un concept
- Quelques évidences
- Quelques questions

Éléments théoriques
- Autour de ce qui peut être considéré comme violent
- Binarité et réciprocité
- Au-delà d’une vision binaire

Dans l’espace et le temps
- Terrains propices aux violences de genre et leur invisibilisation
- Avec le temps va... tout s’en va ?

2ème partie : À propos de la justice

Réflexions anti-carcérales dans une perspective féministe
- Autogestion et responsabilisation
- Nous ne sommes ni des juges ni des flics

Personnel et politique
- Les Grandes Luttes... prioritaires ?
- Le rapport aux « monstres »

Et maintenant ?

16 juin 2009 - Les Farfadettes

Plaisirs de femmes

(HTML) (PDF,17.3 Mo)

Réflexions et témoignages de femmes, sur nos sexualités, nos corps, nos plaisirs, nos blocages, nos aventures heureuses et malheureuses...

10 mai 2009 - Les Farfadettes

Les témoignages des chattes

(HTML) (PDF,3.7 Mo)

Textes sur le corps et la sexualité des femmes :

Au départ, on avait envie de monter les "Monologues du Vagin" de Eve Ensler. On les a travaillé, et puis, au fil du temps, on a rajouté un texte par ci, un texte par là dans le spectacle... Des textes qui nous parlaient, des textes dont, nous semblait-il, le thème était moins abordé dans les "Monologues du Vagin". On les a rassemblés ici dans les "Témoignages des Chattes".

15 avril 2009 - Anonyme

Le Consentement

(HTML) (PDF,3.1 Mo) (PDF,5.3 Mo)


100 questions sur les interactions sexuelles


04_As-tu déjà parlé de consentement avec ton/ta partenaire ou avec des ami-e-s ?
42_T’arrive-t-il de te sentir obligé-e d’avoir une relation sexuelle ?
64_As-tu déjà essayé de demander à une personne ce qu’elle ressentait ?
70_Que penserais-tu de ta/ton partenaire s’ille décidait de ne pas avoir de relations sexuelles pendant une semaine, un mois, un an ?
96_Parles-tu de sexe et/ou de consentement lorsque tu n’es pas au lit ?

Le but de ces questions est d’élaborer une réflexion sur les interactions sexuelles et la notion de consentement. Nous vous invitons à vous les poser réellement et profondément, en prenant le temps et sans être sur la défensive, afin qu’elles puissent réellement enclencher des processus de réflexion qui seront bénéfiques tant pour vous que pour vos partenaires et le milieu dans lequel vous évoluez.

QUI NE DIT PAS OUI, NE CONSENT PAS !

20 février 2009 - Irene Zeilinger

Non c’est non

(HTML) (PDF,1.4 Mo) (PDF,3.7 Mo) (PDF,1.2 Mo) (web)

Manuel d’autodéfense émotionnelle, mentale, verbale et physique pour femmes.

En tant que femmes, nous sommes tous les jours les cibles d’interpellations, de harcèlement, d’agressions verbales, physiques ou sexuelles, plus ou moins graves, plus ou moins violentes, au travail, dans l’espace public et privé. Souvent, nous ne savons comment réagir, comment dire non, et comment faire comprendre que lorsque nous disons non, c’est non.
L’autodéfense pour femmes, qui n’a rien à voir avec du kung-fu, ce sont tous les petits et grands moyens de se sentir plus fortes, plus sûres de soi et plus aptes à se protéger et à se défendre dans toutes les situations de la vie quotidienne, que ce soit au niveau mental, emotionnel, verbal ou en dernier recours physique.

11 février 2009 - Daniele Bocchetti , Giorgio Cuccio

Transsexuels Incroyables

(HTML) (PDF,9.9 Mo)

Dans ce texte à deux voix Daniele Bocchetti et Giorgio Cuccio parlent de leurs expériences personnelles et de leurs réflexions politiques en tant que trans FtM (female to male = femelle à mâle), en racontant des bouts de l’histoire du mouvement trans en Italie et l’invisibilisation des trans FtM face à une survisibilisation caricaturale des femmes trans (MtF) entre autres dans les milieux trans, gay et lesbiens. Ils expliquent aussi la difficulté d’exister autrement qu’à travers des regards discriminants et voyeuristes et questionnent la notion de masculinité et les limites bien trop étroites de l’imaginaire binaire des genres. Ils mettent surtout en valeur pourquoi il serait bien plus intéressant de ne pas accorder autant d’importance aux majuscules F et M mais de s’interroger sur le potentiel du "t" minuscule ouvrant des perspectives bien plus émancipatrices...

25 novembre 2008 - Anonyme

Combien de fois quatre ans ?

(HTML) (PDF,310.9 ko) (PDF,313.3 ko)

En 2000, j’ai été violée par un mec qui gravite dans le milieu militant/squat/punk.
Je me suis longtemps demandée ce que je pouvais faire, et là, huit ans après, j’ai eu envie de publier ces 3 textes.
Les deux premiers se ressemblent beaucoup, ils ont pourtant été écrits à 4 ans d’intervalle.
Le troisième est sorti comme ça, très vite.
Je ne sais pas encore quelles vont être les suites de tout ça, ça me fait du bien de sortir toute cette merde.

9 novembre 2008 - Michael Seidman

L’individualisme subversif des femmes à Barcelone, années 1930

(HTML) (PDF,152.5 ko) (PDF,157.8 ko)

L’historien Michael Seidman essaye dans ce texte de démontrer comment les révolutionnaires espagnol-e-s n’ont pas réussi, en 1936, à dépasser les contradictions inhérentes au travail comme forme d’organisation sociale dominante.

Quand la révolution a éclaté à Barcelone en juillet 1936, les révolutionnaires ont eu besoin de toute l’aide et de l’appui qu’ils pourraient obtenir, aussi bien des travailleurs que des travailleuses qu’ils prétendaient représenter. À la radio et dans d’autres médias, les partis et syndicats ont fait des appels pour obtenir l’appui des femmes dans la lutte contre les nationalistes de Droite (...) De nombreuses femmes ont refusé de se sacrifier pour le bien de la lutte et ont défendu leurs besoins personnels, pas ceux de la république ou la révolution.

30 septembre 2008 - Collectif

Avorter

(HTML) (portfolio) (PDF,3.5 Mo)

Cette brochure est le fruit d’un travail de recherche sur les luttes et les conditions d’avortement depuis les années 1960. Nous* avons travaillé à partir d’archives et d’entretiens avec d’ancienNEs militantEs pour la liberté et la gratuité de l’avortement afin de plonger dans l’histoire d’un mouvement social des plus importants : celui des femmes et collectifs féministes qui se sont battuEs pour que chacune ait la possibilité d’avorter quand et où elle le souhaite, sans culpabilisation, sans trafic financier, sans danger pour sa vie et ses éventuelles futures maternités.

Cette brochure est la synthèse d’un travail de recherche édité aux éditions Tahin Party : Collectif IVP, Avorter, histoires des luttes et des conditions d’avortement des années 1960 à aujourd’hui.

*Nous : un collectif féministe non mixte grenoblois, minoritairement issues de classes Pauvres ; blanches ; valides ; RMIste, sans profession, étudiante en médecine ou en sociologie...

Pour toute remarque, info, désir de rencontres... : ivp at boum.org (Interruption Volontaire du Patriarcat).

24 septembre 2008 - TPGboulets Editions

À la conquête d’Hétéroland

(HTML) (PDF,2.1 Mo) (PDF,2 Mo)

Cette brochure rassemble des textes qui ont été écrits par trois personnes. Ces textes, sauf celui sur l’activisme, avaient été écrits individuellement et chacun a son histoire. En tout cas, à l’origine ce n’était pas prévu qu’ils soient diffusés ensemble dans un même projet.
Des lectures collectives, des discussions et des moments de vie passés ensemble nous ont pourtant fait apercevoir qu’il y avait un fil commun qui reliait ces textes, qu’ils allaient dans la même direction et surtout qu’ils exprimaient un même malaise dans notre vie… le malaise de se vivre en tant que trans, pédé ou femme dans un milieu squat-libertaire-activiste trop souvent « masculin » et hétéronormé.
Parce qu’il n’y a pas que l’Etat, le capitalisme et la police qui nous oppressent dans la vie de tous les jours… mais bien d’autres choses encore.
On a donc décidé de publier les textes dans une même brochure. Et aussi d’écrire un dernier texte (le seul collectif) sur l’activisme, afin d’élargir le champ de notre critique. Notre envie est donc d’apporter, à partir de notre vécu, une voix différente sur ce milieu par rapport à plusieurs domaines : le relationnel, l’activisme, le discours et la rhétorique politiques…

18 septembre 2008 - Anonyme

Le viol ordinaire

(HTML) (PDF,3 Mo) (PDF,3 Mo)

Il est question dans ce texte de viol ordinaire, « une forme de "viol doux" (pourrait-on dire), un de ces viols qui se cachent dans les relations amicales, amoureuses, conjugales. C’est peut-être la plus répandue des formes de viols. Et aussi celle dont on ne parle pas beaucoup parce que ce n’est pas un de ces viols de parkings ultra violents, où un inconnu use de sa force physique pour nous soumettre à ce qu’il veut en nous tabassant. C’est le viol sournois, le viol déguisé en amour, le viol de la soirée entre copains, le viol du foyer, le viol du petit copain… »

11 août 2008 - Emma Goldman , Nancy Antisexist , Non Fides

Points de vue sur le sexisme

(HTML) (PDF,6.7 Mo) (web)

Cette brochure est une compilation de textes déjà parus dans le numéro un du journal apériodique Mon crayon dans ta gueule !, organe d’expression papier du groupe anarchiste autonome Non Fides. Elle n’a pas forcément vocation à convaincre le dernier ou la dernière des sexistes (soyons réalistes), mais d’informer sur des thèmes peu abordés dans les milieux anarchistes. Ce petit dossier est suivi d’un texte d’Emma Goldman, L’anarchisme et la question sexuelle, ainsi que d’une affiche de l’APF et d’un tract contre le sexisme publicitaire.

Sommaire :

- L’ancrage du sexisme (Non Fides)
- Le cas des chasses aux sorcières, deux siècles de sexocide (Non Fides)
- La Grèce antique, une civilisation misogyne (Non Fides)
- L’anarchisme et la question sexuelle (Emma Goldman)
- Chaque fille, chaque garçon (APF)
- Contre le publisexisme (Collectifs antipub & antipatriarcat)
- Colères de femmes (Nancy Antisexist)
- Resistance is fertile (Crimethinc)

Vous pouvez télécharger la brochure au format PDF page par page lisible sur votre écran sur le site de Non Fides.

18 juillet 2008 - Anonyme

Juste une histoire de fille

(HTML) (PDF,374.7 ko)

Cette brochure est un témoignage sur des violences exercées par un homme « anti-sexiste » dans un couple hétéro. Y est racontée cette histoire de couple, comment j’en suis sortie et aussi quelle solution collective a été apportée pour que ces violences soient reconnues et que je puisse tourner la page.

En espérant que ce témoignage ouvre la porte à une prise en charge collective plus systématique de ces situations, trop souvent confinées dans la sphère privée.

13 juillet 2008 - Leslie Feinberg

Stone Butch Blues

(HTML) (PDF,1.5 Mo) (PDF,1.5 Mo)

Leslie Feinberg milite aux États Unis pour les droits des trans et dans les mouvements sociaux radicaux. Son roman Stone Butch Blues d’inspiration autobiographique raconte l’histoire de Jesse qui découvre l’univers des lesbiennes dans les années 50 à Buffalo : les bars, les amours, la repression et la solidarité, mais aussi les limites des identités butch et fem pour sa recherche d’une identité personnelle. Le roman a été publié aux États Unis en 1993 et depuis traduit dans de nombreuses langues. Malheureusement le texte n’a jamais été traduit en français dans son intégralité.

4 juin 2008 - Dorothy Allison

Passive

(HTML) (PDF,1 Mo) (PDF,1 Mo)

Dorothy Allison est lesbienne, originaire de Caroline du nord, du « white trash », littéralement déchet blanc, terme péjoratif américain désignant la population pauvre de race blanche, en particulier les cajuns. « J’ai grandi dans la pauvreté, la haine, victime de violences physiques, psychologiques, et sexuelles, et je sais que souffrir ne rend pas noble. Cela détruit. Afin de résister à la destruction, la haine de soi, ou le désespoir à vie, nous devons nous débarrasser de la condition de méprisé, de la peur de devenir le « eux » dont ils parlent avec tant de mépris, refuser les mythes mensongers et les morales faciles, nous voir nous-mêmes comme des êtres humains, imparfaits et extraordinaires. Nous tous - extraordinaires. »

28 avril 2008 - Joan Nestle

La question Fem

(HTML) (PDF,75.8 ko) (PDF,73.8 ko)

Joan Nestle est une fem juive de 60 ans qui fait ses débuts de lesbienne dans les bars de la classe ouvrière de Greenwich Village à New York, à la fin des années 50. Sa vie s’est construite autour de ses passions de fem et des mouvements historiques qui l’ont marquée : le maccarthysme, le mouvement pour les droits civiques, le mouvement de liberation des femmes, celui des queers, les luttes à propos des questions sexuelles. En 1973, elle a co-fondé les Lesbian Herstory Archives de New York. Deux de ses livres, A Restricted Country et A fragile Union décrivent ses explorations des univers du désir, de la mémoire et de la resistance.

13 mars 2008 - Guy de Maupassant

La mère aux monstres

(HTML) (PDF,2.3 Mo) (PDF,682.4 ko)

Une nouvelle de Maupassant, d’abord, « La Mère aux monstres », où la société masculine et capitaliste crée des corsets, qui créent eux-mêmes des monstres. Corset de bourgeoise, corset de paysanne : la mutilation traverse les classes. Où se trouve alors la responsabilité de cette monstruosité qui écorche la vue ?

Une courte étude, ensuite, quelques pistes de lectures pour réfléchir sur les sens possibles de la mise en scène d’une société corsetée, tant par ses valeurs que par ses individus.

13 février 2008 - Nancy Antisexist

De la misère sexiste en milieu anarchiste

(HTML) (PDF,1.3 Mo)

Ces textes ont étés écrits dans le stress, la précipitation, l’urgence mais surtout la colère...
La colère d’évoluer dans un milieu qui se prétend déconstruit, révolutionnaire, mais au sein duquel se perpétue le sexisme, sexisme d’autant moins dénonçable que personne ne veut admettre son existence.

Au mois de novembre 2007, des femmes ont commencé à parler de violences sexistes subies dans le milieu anarchiste. Un groupe mixte s’est constitué de façon formelle (sur la base d’un groupe affinitaire préexistant) dans le but d’agir collectivement sur ces violences, à partir des questions suivantes :
comment faire cesser ces situations ?
comment aider la femme à en sortir ?
comment amener l’homme à remettre en question ses comportements ?
qu’est ce qui est réparateur pour la femme ?

Ce groupe a décidé d’intervenir dans des situations de violence particulières, notamment de viol et de violences conjugales. Il a mis en place des confrontations entre agressée et agresseur, des espaces de parole pour réfléchir aux situations de violence rencontrées.

Les textes rassemblés ici ont été distribués à un maximum de personnes dans le milieu anar nancéien, afin de briser le silence et d’amener chacun-e à regarder ce que trop souvent on feint d’ignorer.

Ce que nous voulons, c’est que l’antisexisme cesse de s’arrêter à la dénonciation d’un système abstrait et extérieur à nous, mais qu’il devienne une réalité concrète. Qu’il soit au centre de nos quotidiens, que chacun-e accepte de le regarder en lui/elle-même, chez son ami-e, son amant-e, dans son groupe militant. Et qu’enfin les choses changent.

13 février 2008 - Collectif

Les violences conjugales

(HTML) (PDF,247.1 ko)

Le couple hétéronormé est le bastion de la violence machiste. En son sein se perpétuent les mécanismes de la domination masculine, bien à l’abri derrière la frontière de l’intime. Si nous voulons changer les rapports sexistes qui sous-tendent tout notre système social, nous devons nous montrer particulièrement attentifs/ves à ce qui se cache dans le « privé ». Parce que nous sommes tou-te-s imprégné-e-s des constructions sociales qui font de nous des hommes ou des femmes, nous les reproduisons tou-te-s. A chacun-e de nous d’accepter de les regarder, de les remettre en cause dans nos propres relations comme dans celles de notre entourage.

13 février 2008 - Les Farfadettes

La menstruation

(HTML) (PDF,340.4 ko)

Regroupement de trois petits textes sur la menstruation et les alternatives aux produits jetables, une critique du marché de la protection périodique et une petite histoire des règles.

13 février 2008 - Les Farfadettes

DIY pads

(HTML) (PDF,285.2 ko) (PDF,2.1 Mo)

Petit guide de couture à l’usage des débutantes pour confectionner soi-même ses serviettes périodiques en tissu (patrons inclus).

30 janvier 2008 - Eve Ensler

Les monologues du vagin

(HTML) (PDF,2.4 Mo)

Voici le lieu pour penser à nos vagins, pour apprendre grâce à ceux des autres femmes, pour écouter des histoires et des points de vue, pour répondre à des questions et pour nous en poser. Voici le lieu pour s’affranchir des mythes, de la honte et de la peur. Voici le lieu pour s’entraîner à dire le mot, parce que, comme chacun sait, c’est le mot qui fait avancer et c’est le mot qui rend libre. "VAGIN".

22 janvier 2008 - Gaëlle

La sorcirènecière à l’assaut de patriacatastrophe

(HTML) (PDF,4.6 Mo)

Petit conte imagé narrant les aventures d’une super-justicière...

Réalisé à Lyon en 1998.

10 janvier 2008 - Les Fées du logis

500 bonnes raisons d’en finir avec le patriarcat

(HTML) (PDF,395.6 ko)

"Si vous ne savez plus quoi répondre à tous ceux qui osent encore vous dire, sans rougir « De toute façon, être féministe ça ne sert plus à rien », « les féministes sont toutes des frustrées anti-mec ».
Si parfois le découragement vous gagne et que vous ne savez plus trop pourquoi vous luttez.
Voici quelques raisons tirées du quotidien par des femmes et des hommes qui pourront peut-être vous redonner de l’inspiration.
"

500 raisons concrètes, 500 exemples tirés du quotidien pour alimenter notre colère...

19 novembre 2007 - Collectif

Je ne suis pas un égoût séminal

(HTML) (PDF,1.5 Mo)

Les quatre textes de cette brochure présentent le viol comme s’enracinant dans un ensemble de valeurs et de normes en même temps qu’il se fait un des vecteurs de la domination masculine. (On pourrait presque le voir comme un privilège du genre masculin qui a toute liberté (ou presque) pour satisfaire/assouvir ses désirs et/ou pulsions sexuelles.)

- L’arbre qui cache la forêt – ou le contraire…, par Claud[e].
- La femme comme champ de bataille, par Matei Visniec.
- "Impossible de violer cette femme pleine de vices", par Virginie Despentes (in King-Kong Théorie).
- “Viol, domination – soumission et pornographie”, par Shere Hite (in The Hite Report on Men and Male Sexuality).

11 septembre 2007 - Audre Lorde

Age, race, classe sociale et sexe : les femmes repensent la notion de différence

(PDF,71.8 ko)

Au moment où elle écrit ce texte, Audre Lorde est une "lesbienne noire de 49 ans, féministe, socialiste[pas au sens du Parti Socialiste...], mère de deux enfants, dont un garçon, vivant en couple avec une femme blanche".

"Dans une société qui détermine le bien en termes de profit, plutôt qu’en termes de besoins humains, il existe toujours un groupe donné de personnes qui, sous le joug d’une oppression systématique, peut se vivre comme surplus, occuper la place de l’inférieur déshumanisé. Dans cette société, ce groupe est composé des personnes Noires, de celles du Tiers-Monde, de la classe ouvrière, des personnes âgées et des femmes".

Ce texte a été présenté au colloque Copeland, Amherst College (Massachusetts, USA) en avril 1980.

14 août 2007 - Corinne Monnet

A propos d’autonomie, d’amitié sexuelle et d’hétérosexualité

(HTML) (PDF,1.5 Mo) (PDF,756.8 ko)

Texte extrait d’Au-delà du personnel, ouvrage collectif épuisé, publié en 1997.

Sommaire :
- Les choix de vie relationnels, une histoire de goût ?
- Autonomie et rapport à l’autre
- Présentation du cadre de la non-monogamie responsable
- L’amour exclusif
- Le paradigme de l’amitié
- La réunion de l’amitié et du désir
- Amour et hétérosexualité - Point de vue féministe
- Pascale Noizet et la fonction de l’amour dans l’hétérosexualité
- Pour une pratique hétérosexuelle féministe

28 juin 2007 - Des féministes libertaires nantaises , Narjo KKG

Le viol c’est quoi ?

(PDF,254 ko) (PDF,329.6 ko)

Petite bande dessinée sur le viol : "Un viol, c’est une relation sexuelle non consentie, avec ou sans pénétration, avec ton/tes compagnons, avec un inconnu, avec ou sans violence physique. Le viol, ce n’est pas seulement l’image stéréotypée d’un gros méchant qui nous poursuit avec une arme dans une rue sombre, mais c’est aussi un moment où on n’entend pas notre NON".

11 mars 2007 - emma

"Je t’aime... oui mais non, l’amour c’est mal"

(HTML) (PDF,790.7 ko) (web)

À propos de la non-exclusivité affective, de nos exigences politiques, de la jalousie, de nos limites, de nos contradictions et autres joyeusetés en amour et compagnie.

8 janvier 2007 - Bill Ryan , Jean-Yves Frappier

Quand l’autre en soi grandit : les difficultés à vivre l’homosexualité à l’adolescence

(HTML) (PDF,61.4 ko) (RTF,43 ko)

"Les adolescents homosexuels, garçons et filles, constituent un groupe hétérogène peu étudié. La connaissance de l’homosexualité à l’adolescence est donc partielle ou même erronée. Si tous les adolescents traversent des périodes communes de développement, les adolescents et adolescentes homosexuels font face à des dilemmes particuliers qui peuvent avoir des répercussions sur leur développement et leur adaptation. De fait ils et elles présentent un risque plus élevé de crises psychologiques, liées à la découverte de leur homosexualité, au rejet par la famille ou par le réseau des pairs, au harcèlement ou aux agressions homophobes dont certains sont victimes et enfin au risque d’infection par le VIH ou autres MTS. Souvent des jeunes constatent qu’une personne ressource qui a accueilli positivement la divulgation de leur orientation homosexuelle a par ailleurs joué un rôle crucial dans l’acceptation de cette orientation et dans l’amélioration de leur estime de soi. D’où la nécessité de s’intéresser à leur sort".

Texte publié dans l’ouvrage collectif La Peur de l’autre en soi (Montréal, VLB, 1994).

31 octobre 2006 - Audre Lorde

De l’usage de la colère : la réponse des femmes au racisme

(HTML) (PDF,1.1 Mo) (PDF,1.1 Mo)

Audre Lorde (1934-1992) se définissait noire, lesbienne, féministe, mère, guerrière, poétesse, essayiste... Elle a prononcé ce discours lors de l’ouverture de la conférence de l’association nationale des études femmes à Storrs dans le Connecticut en juin 1981. Il présente une critique précise du racisme des féministes universitaires blanches et une réflexion sur la colère en tant qu’outil de lutte des femmes de Couleur contre le racisme. Il s’agit d’une contribution importante pour l’analyse des mécanismes de domination et des stratégies de luttes contre l’oppression.

30 juillet 2006 - Collectif

Oppression et libération de la grosseur

(HTML) (PDF,557.9 ko) (web)

Les éditions turbulentes proposent ici un recueil de textes sur l’oppression de la grosseur, avec surtout des textes écrits par des féministes lesbiennes radicales.

Au sommaire :
- Introduction des Editions Turbulentes
- Nos corps sont politiques ! : grossophobie#
par Kangara Alaezia
- Oppression et libération de la grosseur : quelques notions de base*
par Judith Stein
- La grosse illusion ou le contrôle des corps comme forme de contrôle social*
par Vivian Mayer
- A propos d’une mythologie scientifique : la maladie de l’obésité*
par Johanne Coulombe, Pascale Noizet et Louise Turcotte
- Manifeste pour la libération des personnes grosses*
par Judy Freespirit et Aldebaran
- Une torche sert à éclairer ; une "grosse torche" à insulter ou C’est dans la tête qu’on est grosse ! Hommage à LG5*
par Marie-Michèle

Le texte suivi de # est extrait du n°3 (hiver 2000-2001) de Onward (anarchist news, opinion, theory, and strategy of today).
Les textes suivis de * sont extraits du n°23 (décembre 1992) de Amazones d’Hier, Lesbiennes d’Aujourd’hui (revue d’information et de réflexion politique produite par des lesbiennes radicales), intitulé "La grosseur : obsession ? Oppression !".

17 juillet 2006 - Daniel Guérin , L’Empereur Tomato Ketchup

Proudhon, un refoulé sexuel

(HTML) (PDF,116.5 ko) (web)

Daniel Guérin s’attache ici à "considérer l’un des aspects les moins connus de l’œuvre du grand réformateur social : sa vive et insolite curiosité à l’égard de l’homosexualité. Curiosité d’autant plus surprenante qu’il passait, a juste titre, pour un homme de mœurs rigides et que, par ailleurs, l’auteur de la posthume Pornocratie était enclin a tonner contre les écarts de la chair."

A la suite du texte de Daniel Guérin, quelques citations réactionnaires de divers personnages célèbres accompagnent d’autres citations de Proudhon, toutes aussi rétrogrades, notamment au sujet des femmes...

21 juin 2006 - Collectif

Est-ce aimer à tout vent ?

(HTML) (PDF,1 Mo) (web)

Gendertrouble.Org propose pour sa seconde brochure (après SelFrissons) quelques textes sur les relations affectives :
- Disclaimer par Mercredi (automne 2005).
- Affection et hiérarchisation, sans issue... par Phall (mai 2005).
- Manifeste contre la culture de l’irresponsabilité affective par Colère (mai 2004).
- Rapport aux autres... et à soi par Camille (juillet 2005).
- Deux-trois trucs à dire sur les relations affectives par Aude (juin 2005).
- 500mg/30mg voie orale par Lousalomé (août 2005).
- Sur les relations affectives hétéronormées - pour les hommes et les femmes qui les vivent et les critiquent par Phall (mars 2004).
- Le balancier affectif par Darkveggy (mars 2003).
- Questions de genre et relations affectives par Fin (juillet 2005).

15 juin 2006 - Emilie Lamotte , Shalazz

Emilie Lamotte [1877-1909]

(HTML) (PDF,1.7 Mo)

1877-1909 : Emilie Lamotte. Anarchiste, ancienne institutrice, néo-malthusienne, auteure de brochures sur l’éducation et la contraception, d’une pièce de théâtre, rédactrice au Libertaire et L’anarchie, propagandiste, peintre et dessinatrice, milieu-libriste, nomade en roulotte et volage... Voici quelques uns de ses textes sur l’éducation, la contraception, l’amour, parus entre 1905 et 1911, brochures, articles de presse ou pièce de théâtre.

8 février 2006 - Alice Schwarzer

Comment des êtres humains ont été transformés en hommes et en femmes

(HTML) (PDF,103.3 ko)

Ces deux textes, extraits de la deuxième partie ("La fonction de la sexualité dans l’oppression des femmes") du livre d’Alice Schwarzer La petite différence et ses grandes conséquences (paru en 1977 aux éditions des femmes) se penchent sur l’idée que les catégories "homme" et "femme" ne sont pas plus "naturelles" que ne l’est la norme hétérosexuelle...

18 octobre 2005 - feministesCVM at yahoogroups.ca

Pour en finir avec les comités Femmes

(HTML) (PDF,146.3 ko)

Pour en finir avec les comités femmes
"Dans le cas des comités Femmes, c’est pire. Ces comités sont, le plus souvent, de petits ministères de la condition féminine, et ce que le comité fait au sein de l’organisation ne doit jamais dépasser celle-ci, sinon ce serait la mort de l’organisation."

La pilule me fait chier
"Voilà où je n’aime pas les anovulants. Ayant écarté le risque d’être enceinte, ils ont donné libre cours à l’emprise de la pénétration sur la sexualité. Femmes, vous êtes libres ! Libres de quoi ? Libres de se faire posséder n’importe où, n’importe quand, par n’importe qui, sans aucune prise de responsabilité ?"

Axe Tampax !
"C’est un truc qui arrive
Une fois de temps en temps
C’est un truc qui se passe
En dedans d’mon ventre
Et qu’aucun garçon n’y
comprend jamais rien."

11 mai 2005 - Corinne Monnet

La répartition des tâches entre les femmes et les hommes dans le travail de la conversation

(HTML) (PDF,770.2 ko)

En s’appuyant sur de nombreuses recherches sur la communication, ce texte montre comment la conversation, loin d’être une activité anodine et spontanée, est traversée par des rapports de pouvoir. Il s’intéresse particulièrement aux différentes formes que peut prendre la domination masculine dans le domaine de la conversation et permet ainsi de prendre conscience que la lutte contre le sexisme passe aussi et surtout par un changement de nos comportements au quotidien.

Cette étude a été réalisée en 1997 dans le cadre des études de genre à Genève. Elle a été publiée dans les Nouvelles Questions Féministes Vol.19 en 1998.

9 mars 2005 - Collectif

SelFrissons

(HTML) (PDF,866.5 ko) (PDF,4.7 Mo) (web)

Gendertrouble.Org propose ici quelques textes sur la masturbation et autres formes de plaisir sensuel solitaire... A savourer et à questionner :

- Premier orgasme par Solveig (novembre 2004).
- De comment je prends du plaisir seul par Petite fleur (janvier 2005).
- Mon plaisir est à moi par intrigeri (mars 2004).
- Crème par Bili (juin 2003).
- Poème de salle de bain par Bili (février 2004).
- Le bain de Simon par un Simon (mai 2003).
- 15 janvier 2005 par Phall (janvier 2005).
- Des fois... par acacia (janvier 2005).
- Masturbation, fantasmes, frustrations, pornographie, interdits et compagnie par kyi (mai 2004).
- ABCD, Barbie aime se masturber par les Pom-pom queers (juillet 2004).

9 août 2004 - Zig

La Culture du Valide (occidental)

(HTML) (PDF,168.5 ko)

Tu es une personne valide et tu n’y as jamais tant réfléchi jusqu’à cette phrase ?

Tu te dis que ça doit être (trop) dur de vivre en tant qu’handicapé-e, genre tu pries pour ne (surtout) jamais l’être ?
Tu admires le courage quasi héroique des handicapé-e-s ? (mais Batman reste ton super héros)
Tu te rassures avec le Téléthon et ce que te racontent les médias quant aux avancées en matière de handicaps ?

Tu hésites à savoir si un-e handicapé-e est ultra débile ou hypra intelligent-e ? (cherche encore...)
Tu as un-e pote handicapé-e et c’est trop cool pour toi de le dire ?

Tu es une personne handicapé-e et tu te sens dans une société faite pour et par les valides ? tu te demandes si le bug c’est toi ou cette société ?

Tu vois des marches partout ? (ne te sens pas parano !)
Satan est en toi ? (ouais ouais !)
T’es terriblement sexy et les valides ne le voient pas ?
Ton héros c’est le Dr Charles Xavier ?

... le validisme ça te concerne !

3 juillet 2004 - Mémé

BIBI à la recherche d’une alternative (identitaire et sexuelle)

(HTML) (PDF,252 ko)

Ou comment se dépatouiller des normes sociales, en particulier les normes genrées, sexuées, sexuelles et autres, sans retomber dans de nouvelles normes qui ne sont finalement pas plus satisfaisantes...

27 mai 2004 - Collectif

Contre l’amour

(HTML) (PDF,1.3 Mo)

5 textes courts pour abandonner l’Amour avec un grand A, l’Amour mièvre, romantique, exclusif, hétéronormé, codé, catégorisé, possessif... Et pour entamer la construction d’une affection abondante, sans dominations et sans dépendances. Petites analyses de la culture de l’Amour, idées pour s’en défaire progressivement...

26 avril 2004 - Anonyme

Et la guerre est à peine commencée

(HTML) (PDF,1.2 Mo)

Transcription d’un court métrage en couleurs de 18 minutes.

1er avril 2004 - Nicolu

Réflexions sur la (dé)construction masculine et le militantisme anticapitaliste

(HTML) (PDF,639.7 ko)

Point de vue masculin sur la (dé)construction masculine et les oppressions patriarcales dans les milieux militants et en dehors - sur les liens entre capitalisme et patriarcat - sur comment déconstruire les genres et réinventer ce qui nous plaît.

10 mars 2004 - Claudie Lesselier

L’extrême-droite, ça fait mâle !

(HTML) (PDF,35.1 ko)

"L’extrême droite - ou même les extrêmes droites -, termes commodes mais dont l’usage tend à séparer les théories, pratiques, discours, valeurs de ces groupes d’avec l’ensemble de la société où ils prennent place. En fait, dans les politiques d’extrême droite, on voit comme dans un miroir grossissant l’interaction du sexisme et des racismes, des pensées biologisantes et du nationalisme, de la domination de classe, de la violence, tant de l’Etat que d’instances "privées" - on voit la radicalisation de notions, d’images, de mythes, qui sont répandus dans toutes les structures de domination et peuvent être même reproduits dans les mouvements de libération."

Texte paru en 1994 dans l’ouvrage collectif La peur de l’autre en soi, du sexisme à l’homophobie.

6 mars 2004 - Collectif antipatriarcat de Lille , Collectif antipub 59

Contre le publisexisme

(HTML) (PDF,66.2 ko)

Bref décryptage des relations entre publicité et patriarcat.

27 février 2004 - Christophe Gentaz

L’homophobie masculine : préservatif psychique de la virilité ?

(HTML) (PDF,161.5 ko) (PDF,330.2 ko)

"Le mot homophobie n’existe pas, ou pas encore, dans nos dictionnaires français. Cependant, nous avons d’emblée une idée au moins approximative de ce dont il s’agit : un ensemble de préjugés, attitudes, jugements de valeur et comportements qui s’exercent, sur le mode négatif, à l’encontre des personnes homosexuelles. Cette définition de départ réfère cependant plus à une notion de sens commun qu’à un concept construit de manière scientifiquement rigoureuse. Ce texte voudrait contribuer à une telle construction".

Sommaire

- Introduction

- 1. De la catégorisation de la sexualité à sa déconstruction
1.1 - La sexualité : une invention récente
1.2 - L’homosexualité et sa pathologisation
1.3 - La virilité, désormais questionnable ?

- 2. Les phobies ou les peurs irrationnelles

- 3. Évolution et diversité des acceptions autour du mot homophobie
3.1 - L’apport des discours savants
3.2 - L’apport du mouvement social

- 4. De l’homophobie dans la virilité

- 5. De l’homophobie dans le rapport aux femmes

- 6. Le moi peau : enveloppe psychique du moi

- 7. Quand le fait d’être pénétré est assimilé au genre féminin
7.1 - De la peur de la pénétration sexuelle
7.2 - De la peur de la pénétration psychique dans son intimité de mâle
7.3 - De la peur de se laisser pénétrer dans son intimité corporelle

- Conclusion

- Bibliographie

14 février 2004 - Bernard , Gile

De la place des hommes dans la lutte contre le patriarcat

(HTML) (PDF,51.5 ko) (web)

"Il est commun de penser que les hommes ont beaucoup à perdre à la libération des femmes et pourtant des hommes participent aux luttes antisexistes, antipatriarcales. Est-ce par solidarité désintéressée, est-ce que se sont des refoulés, veulent-ils se faire pardonner des fautes inavouables, sont-il des espions, ont-ils d’autres intérêts ?"

Texte paru dans Bang Bang n°3 (juillet 2000).

8 juin 2003 - Saloua Chaker

La "macdonaldisation" du travail du sexe

(HTML) (PDF,386.8 ko) (PDF,658.4 ko) (web)

L’étude ethnographique d’une société de téléphone rose permet de mettre au jour les nouvelles formes du travail du sexe et de la domination. L’usage des technologies s’y conjugue à une logique économique néo-libérale et mondialisée. On y repère les nouvelles formes dérégulées de l’exploitation au travail, génératrices de souffrances.

Ré-édition 2007

8 juin 2003 - Thomas Genty

La démarche cathartique controversée d’Otto Muehl

(HTML) (RTF,121.8 ko) (PDF,158.9 ko)

- Introduction : Sortir du trauma post-nazi
- Première partie : L’élan cathartique de l’actionnisme viennois
- Seconde partie : Le quotidien dans l’Organisation d’Analyse Actionnelle de Friedrichshof
- Troisième partie : Otoot Muehl, la personnification du dépassement de l’art perdu dans les méandres du patriarcat
- Conclusion : Pour une vision pro-féministe du dépassement de l’art
- Bibliographie

15 février 2003 - Valérie Solanas

SCUM Manifesto

(HTML) (PDF,388 ko) (PDF,239.2 ko)

SCUM, c’est l’énorme crachat que Valerie Solanas renvoie aux hommes. Sa violence est une réponse à la violence. Avant que Kate Millett ne théorise la politique sexuelle du mâle, Valerie Solanas l’a dénoncée au niveau viscéral, et à la différence de Betty Friedman elle ne s’en prend pas aux institutions mais aux hommes qui les incarnent, tous les hommes, avec férocité.

13 février 2003 - Jo Freeman

La tyrannie de l’absence de structure

(HTML) (RTF,51.6 ko)

Le texte suivant a été écrit en 1970 par une activiste du Mouvement de Libération des Femmes américain. Ayant "déjà inspiré de vastes débats" dans la mouvance autonome espagnole, il a été re-publié "pour l’actualité de son contenu" dans la revue ContraPoder numéro 3, en 1999, dans le cadre d’un dossier sur les questions d’organisation.