Brochures subversives à lire, imprimer, propager

A (RE)LIRE CES TEMPS-CI

Les « espaces safe » nous font violence ?

Depuis quelques années, on a remarqué l’utilisation de plus en plus importante des expressions « se sentir safe » et « espace safe » dans les milieux féministes et/ou transpédégouines/queers que l’on côtoie ou dans lesquels on évolue. Leur utilisation courante, qui pour nous n’a pas été assez questionnée, nous a interrogé sur leur signification politique. Le partage de ces réflexions est une des raisons qui nous a amené à écrire ce texte, qui se veut un apport à la discussion que nous voulons avoir dans ces milieux. Il s’adresse en effet à des personnes qui prennent en compte l’existence de plusieurs systèmes d’oppression (racisme, sexisme, hétérosexisme, oppression de classe, validisme, ...) qui est pour nous une donnée de départ évidente et sur laquelle on ne s’est pas attardé.

Nous avons constaté que quand on utilise le terme safe, on ne met pas forcément les mêmes choses derrière et que ces diverses significations impliquent aussi des visions politiques différentes, qui ne sont pas explicites. On avait donc envie de rendre visible le flou qu’il y a autour du terme safe et de l’analyser. Et aussi de s’attarder sur les implications politiques qui vont avec les différentes utilisations de ce terme.

auteur-e : Anonymes

publié le 28 mars 2018

formats : (HTML) (PDF,450 ko) (PDF,441.1 ko)

DOSSIER

Mauvaises intentions

Dossier "antiterrorisme vs. mouvance anarcho-autonome".

publié le 29 février 2012

formats : (HTML) (PDF,331.8 ko) (PDF,58.8 ko) (PDF,288.9 ko) (PDF,73.6 ko) (PDF,42.4 ko)

LA DERNIÈRE BROCHURE

Étranger.e à soi

Étranger.e à soi

Dans les années 1980, alors qu’elle luttait contre le cancer, Audre Lorde a affirmé que de prendre soin d’elle-même était « un acte de guerre politique ». Depuis, le self-care est devenu un mot à la mode dans les milieux activistes. La rhétorique du self-care est passée de spécifique à universelle, de provocative à obligatoire. Lorsqu’on parle de self-care aujourd’hui, parle-t-on de la même chose que Lorde ? Il est temps de réexaminer ce concept.

auteur-e : Anonyme

publié le 10 mars

formats : (PDF,4.3 Mo) (PDF,4.3 Mo) (PDF,1.4 Mo) (PDF,1.5 Mo) (HTML)

MAIS ENCORE...

Des animaux assoiffés de liberté
Anonyme (HTML) (PDF,400.8 ko) (PDF,460.3 ko) (PDF,391.2 ko) (PDF,453.8 ko)
Tourner autour
Des insurgés sans bandeau (HTML) (PDF,262.3 ko) (PDF,256.2 ko)
La dictature du mental
elliote at riseup.net (HTML) (PDF,770.8 ko) (PDF,738.2 ko)
Balade sans emploi
anonymes (HTML) (PDF,211.5 ko) (PDF,220.7 ko) (PDF,249.7 ko)
Manuel de survie en garde à vue
Anonyme (HTML) (PDF,696.2 ko) (PDF,704.2 ko)
Contre la grève des matons
Marina , Un collectif de détenus incarcérés à la maison d’arrêt des hommes de Fleury-Mérogis (HTML) (PDF,2 Mo) (PDF,2 Mo)
Accounting for ourselves
Anonyme (HTML) (PDF,1.8 Mo) (PDF,1.8 Mo) (PDF,730 ko) (PDF,440.7 ko) (web)
Lettre au milieu militant
Harakiri (HTML) (PDF,158.9 ko) (PDF,159.3 ko)
ZADissidences 3
Anonyme , Blackarabian , Des copaines, habitantes expulsées ou de passage , Lama furieux , MNI , Un habitant de l’extreme ouest , Une habitante de la zad , Une occupante (très) en colere , Une révoltée (HTML) (PDF,8.2 Mo) (PDF,8.2 Mo)
ZADissidences 2
Comité El Condor passa , D’innombrables occupant·e·s intemporelles et déterminé·e·s , Des ami·e·s d’ici, des ami·e·s d’ailleurs , Des habitant.e.s de la zad et d’ailleurs , Juju , Légal team de la ZAD , Un camarade lointain (HTML) (PDF,9.4 Mo) (PDF,9.4 Mo)

Toutes les brochures classées par date