Brochures subversives à lire, imprimer, propager

A (RE)LIRE CES TEMPS-CI

Sensations volées

"De nombreux textes circulent aujourd’hui sur la drague lourde, le viol, les insultes subies par les femmes... Dans les infokiosks, dans les débats, la question du consentement se diffuse et tant mieux. Les institutions elles-mêmes s’emparent de ce sujet.

Mais concernant ce que peuvent subir les enfants au niveau sexuel, je trouve rien. On a bien parfois des brochures sur l’oppression des adultes sur les enfants. Mais souvent (pas toujours, heureusement), ce thème est porté par des abrutiEs qui confondent non-oppression et négation des besoins particuliers des enfants, et pensent que ne rien interdire suffit à assurer l’égalité. L’oppression est plus sournoise que ça. On peut manipuler sans donner d’ordres ni d’interdits (...).

Lorsqu’il y a « affaire de pédophilie », tout le monde est scandalisé. On agit, on s’occupe des victimes, on punit l’agresseureuse. Très bien. Mais après ? Qu’est-ce qu’on fait pour créer les conditions favorables pour que ça ne se reproduise plus ? Plus jamais ? Pour que les enfants n’aient plus à subir des intrusions sexuelles (physiques, verbales, visuelles...) ?"

Cette brochure est constituée d’un récit critique à la première personne, environ 25 ans plus tard, de violences sexuelles subies avant l’âge adulte.

auteur-e : Anonyme

publié le 14 janvier 2019

formats : (HTML) (PDF,482.6 ko) (PDF,705.1 ko)

DOSSIER

Mauvaises intentions

Dossier "antiterrorisme vs. mouvance anarcho-autonome".

publié le 29 février 2012

formats : (HTML) (PDF,331.8 ko) (PDF,58.8 ko) (PDF,288.9 ko) (PDF,73.6 ko) (PDF,42.4 ko)

LA DERNIÈRE BROCHURE

Inceste

Inceste

"On est trois à écrire/récolter d’autres contributions/mettre en page. (...) On fait partie du milieu féministe radical et on trouve que le sujet de l’inceste n’est (quasi) jamais abordé alors on fout les pieds dans l’plat ! (...) Parce qu’on parle beaucoup de viols/agressions sexuelles mais quand ça arrive quand tu es enfant, quand ça arrive par quelqu’un.e de ta famille, ça fait d’autres enjeux, et qu’ils sont peu pris en compte quand on parle en général de viol, ou de riposte par exemple."

Sommaire :
- La première fois que j’ai parlé
- Sans nom ou presque (partie 1)
- Ta famille fait du déni ?
- Sans nom ou presque (partie 2)
- Portrait de famille
- Pourquoi c’est dur de parler ?
- Des billes si un.e ami.e te parle de son histoire d’inceste
- Sans nom ou presque (partie 3)
- Taper sur des casseroles
- Epilogue
- Ressources

auteur-e : anonymes

publié le 7 juin

formats : (PDF,94.6 Mo) (PDF,92.9 Mo) (PDF,88.7 Mo) (PDF,88.7 Mo) (HTML)