THEMES

Mouvements sociaux

26 avril 2014 - La letra armada

Quelques idées sur le mouvement zapatiste

(HTML) (PDF,1.4 Mo) (PDF,1.4 Mo)

Ce texte a été publié en mars 2013 en espagnol, par La letra armada, un collectif anti-autoritaire du Mexique, et traduit en français en août 2013. Il s’agit d’une rapide présentation du mouvement zapatiste tel qu’il existe de nos jours, et d’une critique de l’implication d’anarchistes dans ce mouvement.

27 avril 2012 - anonymes

Mauvaises intentions #3

(HTML) (PDF,10.7 Mo)

Il nous importe de partager des expériences et de construire un discours collectif et une solidarité la plus large possible face à la répression. Partager ses expériences, c’est aussi tenter de comprendre et d’expliquer certaines limites de l’antirépression qui reste un moment auquel il est difficile d’échapper.

Recueil de textes- avril 2012
contact : solidaritesinculpesAAAriseup.net
soutien financier : billet ou chèque à l’ordre de "Les" à envoyer à Mauvaises Intentions, 21 ter rue Voltaire 75011 Paris


Infokiosques.net, pour sa part, propose le DOSSIER "Mauvaises Intentions", où se trouvent archivés - de la manière la plus exhaustive possible - les textes, analyses, comptes-rendus d’actions glanés sur les sites d’informations "alternatifs"...

8 mars 2012 - Charles Reeve

Occupy, cette agaçante interruption du business as usual

(HTML) (PDF,2.6 Mo) (PDF,2.6 Mo)

« Pour restituer la vraie dimension du mouvement Occupy, sa nouveauté et sa richesse, il faut le replacer dans son contexte, une société dominée au plus haut point par l’individualisme marchand, où des années de déstructuration et d’appauvrissement des classes exploitées semblaient avoir enseveli l’esprit collectif. Le jour même où la police a rasé le campement de Zuccotti Park, on apprenait par la presse la révision à la hausse du calcul officiel de la pauvreté et l’augmentation du nombre d’enfants américains vivant dans un foyer pauvre – un million de plus en un an, soit plus d’un enfant sur trois.
Occupy s’intègre dans une montée des mouvements de révolte au niveau mondial. Tout comme les Indignés en Europe, Occupy est animé à la fois par un fort rejet de la vie sous le capitalisme et par la recherche obstinée de nouvelles façons d’affronter le système. »

8 mars 2012 - Loren Goldner

La lutte de classes aux États-Unis depuis le krach de 2008

(HTML) (PDF,3.3 Mo) (PDF,3.3 Mo)

« Les « indicateurs sociaux » du « pays le plus riche du monde » montrent que la société est encore plus polarisée qu’avant la dépression des années 1930. Depuis la vague de grèves ouvrières de 1966-1973, les travailleurs américains ont subi des décennies de régression, perdant une lutte défensive après l’autre. Au cours de ce « long atterrissage forcé », et particulièrement depuis la crise de 2007-2008, toute la structure de la société américaine d’après-guerre s’est défaite. Dans ce contexte, le sentiment de colère est général dans la classe ouvrière mais n’a pas encore trouvé une forme de lutte adéquate. La question qui se pose est de savoir quand et comment ce processus s’inversera. »

7 octobre 2011 - Léon de Mattis

Grève versus blocage

(HTML) (PDF,243.7 ko) (PDF,235.4 ko)

« Le blocage viole le droit de grève. Il vise à empêcher ceux qui veulent exercer leur droit au travail de le faire. Le blocage rompt avec la logique du droit, et d’ailleurs il a tendance à devenir illégal (le délit de blocage des trains existe depuis les lendemains de la lutte anti-CPE, et l’UMP a le projet de l’étendre à tout type de blocage). Il permet de faire jouer à la grève ce rôle de paralysie de l’économie que son encadrement citoyen lui fait perdre. Il est comme une contre-tendance à cette évolution qui fait que la grève tend à être de moins en moins une pratique de lutte.
Contrairement à la grève dans sa version citoyenne qui tend à devenir un choix individuel qui renvoie chacun à sa propre atomisation (je fais la grève et je reste chez moi), le blocage suppose l’action collective, et qui plus est l’action collective qui n’a pas à être majoritaire – même s’il faut être un certain nombre pour pouvoir tenir un blocage. Le blocage est une activité qui rompt avec la passivité de la grève citoyenne.
 »

18 février 2011 - Spartacus , Zanzara athée

Des mouvements lycéens à Colmar en 2009 et 2010

(HTML) (PDF,542.9 ko) (PDF,645.7 ko)

Dans cette brochure se trouve principalement un récit écrit par un lycéen de Colmar après le mouvement lycéen de 2009-2010.
Ce lycéen dresse une analyse simple et efficace de ce qu’il y a vécu... et cela résonne avec ce qui peut se vivre, à peu de choses près, dans d’autres villes, depuis des décennies. A lire et à relire au moment de se lancer dans des mobilisations semblables, en plus des brochures, peut-être plus inspirantes, qui abordent les mouvements qui ont partiellement/temporairement réussi à déborder (voire dépasser) le cadenassage social-démocrate.

Ensuite, venant de Colmar également, un an auparavant, un exemple de « punition » est présenté comme un symptôme des rapports hiérarchiques qui opposent un maire et un proviseur à des lycéen-ne-s...

26 décembre 2010 - Peter Vener

L’idéologie du blocage

(HTML) (PDF,118.2 ko) (PDF,343.7 ko) (PDF,495.2 ko)

[...] Des individus et des cercles affinitaires, en particulier anarchistes, croient que l’octobre 2010 annonce, sinon les prémices de révolutions mesurées à l’aune de l’octobre russe de 1917, de réputation finalement douteuse, au moins celles d’oppositions plus profondes et plus radicales, sanctionnées par le « blocage de l’économie ». Dans cette optique, la perturbation de la filière pétrolière en serait l’embryon.
Or, loin de favoriser l’apparition de quelque chose de neuf, de ruptures inédites à venir, les délires autour du « blocage pétrolier » révèlent essentiellement les propres limites de la militance à prétention révolutionnaire, qui « débloque » plus qu’elle ne « bloque » quelque chose d’essentiel, qui joue le rôle de claque turbulente, mais de claque quant même, à gauche de la vieille gauche instituée, même lorsqu’elle endosse le costume chatoyant de l’insurrectionnalisme. [...]

3 décembre 2010 - anonymes

En grève jusqu’à la retraite !

(HTML) (PDF,5 Mo)

« Que nous ayons l’espoir de nous retrouver un jour enfin à la retraite, ou, au contraire, que nous ayons la certitude que nous n’en aurons jamais, une chose est sûre : ce que nous voulons c’est simplement être en grève jusqu’à la retraite ! Car nous ne voulons plus trimer, nous ne voulons plus nous faire exploiter, ni survivre avec les miettes que nous laissent les patrons et l’État. Au contraire, nous voulons détruire le Capital et ses flics, pour que d’autres possibles s’ouvrent à nous, pour que des horizons nouveaux se dessinent... »

Extrait de En grève jusqu’à la retraite !, journal francilien de lutte contre le Capital et contre l’État (novembre 2010).

2 mars 2010 - anonymes

Un pavé dans les rouages

(HTML) (PDF,113.1 ko)

Le sabotage, le grain de sable dans les rouages de la machine, l’opposition directe, physique, matérielle à une partie d’un dispositif.

12 janvier 2010 - anonymes , Blaumachen , flesh machine // ego te provoco // comrades , TPTG

Grèce : la révolte de décembre 2008

(HTML) (PDF,7.2 Mo)

« Nous on travaille pour qu’ils mangent. IL Y EN A MARRE, eux avec leur ventre et nous avec notre faim. Où est l’égalité dont parle leur SOI-DISANT démocratie ? Le salaire de base de 600 euros ? C’est donc ça leur égalité, c’est ça l’égalité des chances ? C’EST LES 600 EUROS QUI LES BRÛLENT. Ça va être l’allume-feu qui fera flamber votre monde, bande de salauds ! »

«  Nous venger non seulement pour la mort de Alexis, mais aussi pour les milliers d’heures qu’on nous vole au travail, pour les milliers de moments où l’on a senti l’humiliation au bureau du directeur, les milliers de moments où l’on a retenu notre colère devant un CONNARD de client ‘exigeant’ ! Pour nos rêves qui sont devenus publicités, pour nos idées qui sont devenues orientations gouvernementales et votes, pour la vie qui s’use continuellement, pour nous-mêmes qui devenons petit à petit des ombres dans une vie quotidienne qui se répète…  »

sommaire :
Athènes : Brève présentation des récents événements d’Athènes vus par quelques prolétaires qui y ont participé (6-31 décembre)...
Thessalonique : Une première mise à jour sur le récent soulèvement (6-23 décembre)
Décembre 2008 en Grèce : une tentative de mise au jour de la force et des limites de notre lutte
Rien n’est fini, rien ne finira ! Tout continue, tout...
Interview de quelques anarchistes grecs à propos du soulèvement en cours
Konstantina Kuneva : Lorsqu’ils s’attaquent à l’une d’entre-nous, c’est à tous qu’ils s’attaquent
2e communiqué des occupants de la Faculté d’Économie
Déclaration de l’Assemblée Générale des Travailleurs Insurgés d’Athènes
Fin de l’occupation de l’École Polytechnique
Chronologie de la solidarité internationale avec les incendiaires grecs
Une pincée de sucre, et tout s’adoucit...
...divers tracts...

21 août 2009 - anonymes , Bachibouzouk

Un aperçu du mouvement anti-CPE à Alès

(HTML) (PDF,2.1 Mo) (PDF,2 Mo)

« La Mission Locale d’Insertion. On est allé là-bas. On a bloqué un peu, enfin on a parlé avec les gens. C’était une ambiance cool, c’était pas un affront, en fait. On a fait un blocus du rond-point des Mineurs. On a fait divers trucs, y a eu des taggages, y a eu des affiches un peu partout, notamment au Macdo. Et tout ça ça s’est fait à l’arrache. Et c’était beaucoup plus efficace que de faire un truc organisé. Comme autre truc, il y a eu la préfecture. On l’avait déjà fait. Mais là, on l’a refait spontanément, pareil. Il y a eu une prise de la préfecture pendant un petit moment. C’était un truc avec des ballons. Et ensuite, on est allé à un truc de police. On est rentré là-dedans, pareil, c’était avec des ballons, c’était plutôt cool, on s’est marré, on a fait de la musique, du bruit, tout ça. Au bout d’un moment, ça faisait un peu bide presque. Alors, après on est allé à la gare, pareil, on a fait des jeux dans la gare, on est allé un peu partout, on a fait tomber plein de trucs, tu sais au guichet y a des trucs, les files, on a fait tomber les trucs de files. Enfin voilà, on jouait, on foutait un peu le bordel, on était un peu envahissants. Et puis après, en fait, on voulait aller à la CCI, à la mairie, tout ça.  »

Longue discussion avec Grieg, un lycéen, quelques mois après le mouvement contre le CPE et son monde à Alès (Gard).

Paru dans Bachibouzouk n°1 - hiver 2006-2007.

27 juillet 2009 - André Dréan

La Forme D’Abord !

(HTML) (PDF,337.5 ko) (PDF,340.3 ko) (web)

Depuis quelques mois, des publications et des sites labellisés révolutionnaires font, sans trop se poser de questions, quasiment l’apologie des formes d’action qui sont apparues dans les entreprises privées et publiques, telles que les séquestrations de managers. Comme si, par leur seule existence, elles fournissaient la preuve de la radicalité de leur contenu. Il y aurait là quelque vide créé par la désyndicalisation et l’acceptation accrue, par les grandes centrales syndicales, des règles du jeu de l’économie mondiale. De jeunes et moins jeunes fossoyeurs du monde s’emploieraient donc à le combler à leur façon. Sauf qu’il n’y a pas de vide, mais la poursuite de la domination du capital par d’autres moyens, assez différents des modes de régulation des tensions auxquelles nous avaient habitués des décennies d’Etat providence. Et les fossoyeurs présumés ne dépassent pas aujourd’hui, en règle générale, l’horizon du syndicalisme, même lorsqu’ils emploient des moyens peu orthodoxes. Nous allons le voir à travers l’exemple emblématique des luttes dans le secteur de l’énergie. Sans généraliser outre mesure, vu que les différences de situations, de motifs, d’objectifs, de moyens, de dispositifs de contrôle, etc., n’en font pas le modèle universel à plaquer tel quel sur toutes les luttes en cours. De celles qui démarrent dans des sociétés en faillite, comme Continental, en passant par celles qui perdurent dans l’Education, jusqu’aux émeutes en banlieue et dans les centres de rétention.

Texte rédigé en juin 2009 du côté de Paris.

18 juillet 2009 - anonymes , Firestarter Press , Nicolas Dessaux , Solidarité Irak , Wildcat

Luttes sociales en Irak

(HTML) (PDF,374.9 ko) (PDF,707.1 ko)

Au sommaire :
1/ Irak : un siècle de guerre et de rébellion
2/ Témoin oculaire à Halabja
3/ La lutte des classes en Irak : un entretien avec un vétéran
4/ 10 jours qui ébranlèrent l’Irak
5/ L’insurrection de mars 1991 au Kurdistan
6/ Un aperçu des luttes sociales en Irak (2003-2006)
7/ Luttes sociales et féministes dans l’Irak occupé (juin 2004)
8/ Mythes et réalités de la résistance irakienne (octobre 2004)
9/ Comment combattre l’occupation en Irak ? (décembre 2005)

24 juin 2009 - Barthélémy Schwartz , Jérôme

Juin 1936 - Le Front populaire au secours du capitalisme français

(HTML) (PDF,1.3 Mo) (PDF,1.3 Mo)

Pour mettre un terme au mythe du Front populaire... ou l’hypocrisie de la gauche dans toute sa splendeur.

Sommaire :
- Juin 36 : l’envers du décor, par Barthélémy Schwartz (publié dans le numéro 2 de la revue Oiseau-tempête, automne 1997)
- 1936 : le Front populaire contre les occupations d’usines, par Jérôme (publié dans le hors-série n°2 de la revue Courant alternatif, troisième trimestre 1999)
- Chez Salmson à Billancourt, par un gréviste libertaire (publié dans le journal Le Libertaire, 19 juin 1936)

12 juin 2009 - Collectif

« Aux armes ! » - Le mouvement lycéen en guerre contre l’État

(HTML) (PDF,21.4 Mo)

Grenoble a vécu lors du printemps 2008 un mouvement lycéen d’une intensité qui se situe dans la continuité des mouvements de révolte de ces dernières années (...).
Le titre de cette brochure fait écho au slogan principal de ce mouvement, celui qui était repris lors de chaque manif, connu de tous les lycées, avec une variante selon les moments :

Aux armes ! Nous sommes les lycéens en guerre contre Darcos / Sarko / l’État
Ce slogan résume à lui seul l’état d’esprit de ce mouvement : une révolte présente bien au-delà des projets de réforme du ministre de l’éducation nationale, une révolte qui a pu prendre corps collectivement, s’exprimant sur les lycées (notamment lors des blocages) et surtout dans la rue, agrégeant des tas d’autres personnes, ex-lycéennes ou déscolarisées, de tous âges (même si ce mouvement est resté « jeune » dans sa grande majorité).

Sommaire :
- Considérations préliminaires
- Chronologie du mouvement lycéen, Grenoble 2008
- Textes du mouvement lycéen
- Textes de la presse bourgeoise (dans la version PDF seulement)
- Quelques autres lectures pour aller plus loin...

22 février 2009 - Quelques révoltés métropolitains

A toute allure. La lutte du Val Susa contre le TGV Lyon-Turin

(HTML) (PDF,2.5 Mo) (PDF,2.1 Mo)

De 1996 à fin 2005, état des lieux de la lutte, toujours en cours, menée en Italie contre le TGV Lyon-Turin.

Sabotages, manifestations, blocages, occupations, actions directes, textes critiques, etc.

30 janvier 2009 - anonymes

Mauvaises intentions #2

(HTML) (PDF,3.1 Mo) (PDF,5.5 Mo) (PDF,128.3 ko) (web)

« Comment parler de cette répression qui nous touche dans nos façons de lutter, parce qu’elle vise des modes d’organisation et des pratiques dans lesquels nous nous reconnaissons ? Comment ne pas se considérer comme des martyrs ni comme des victimes ?
On peut tenter de faire d’une situation de répression un moment de lutte, sur lequel nous devrions être capables de trouver des prises. Choisir le discours que nous voulons porter, défendre des pratiques de lutte inscrites dans leur contexte social.
On a choisi de parler de ces arrestations, avec la certitude qu’elles s’inscrivent dans une réalité politique plus vaste, qu’elles sont liées à la question du système dans lequel on est, à son contrôle, à ses taules... Parce que d’une répression “spécifique” surgissent des questions plus larges qui touchent tout un chacun, l’aspect défensif de l’anti-répression doit s’allier à d’autres batailles. Quand plusieurs personnes se retrouvent en prison, accusées de l’incendie du centre de rétention de Vincennes, cela devrait logiquement entraîner une solidarité au moins de la part de tous ceux qui participent à la lutte contre les centres de rétention et aux côtés des sans-papiers. Il y a un enjeu, au sein même de cette lutte, à être solidaire des inculpés et à se battre pour leur libération.
 »

Recueil de textes publics - janvier 2009
contact : solidaritesinculpesAAAriseup.net


Infokiosques.net, pour sa part, propose le DOSSIER "Mauvaises Intentions", où se trouvent archivés - de la manière la plus exhaustive possible - les textes, analyses, comptes-rendus d’actions glanés sur les sites d’informations "alternatifs"...

19 janvier 2009 - anonymes , Tout doit partir

Auto-réductions !

(HTML) (PDF,265.6 ko) (PDF,255.4 ko)

« Le Parti communiste (PCI) et les syndicats appellent la population à se serrer la ceinture, mais les comités autonomes répondent que les prolétaires n’ont pas à se sacrifier pour la bonne marche de l’économie, et défendent plutôt le vol et l’auto-réduction. L’auto-réduction, ça consiste à refuser ensemble de payer le prix demandé pour différents services, l’électricité, le téléphone, les transports, les loyers, et même la nourriture et les autres biens de consommation. On paye soit l’ancien prix (lorsqu’il augmente), soit moitié prix, soit rien du tout. »
Italie, années 70’s

23 octobre 2008 - Meeting

Le mouvement étudiant anti-CPE en région parisienne suivi de Occupations de la Sorbonne et de l’EHESS

(HTML) (PDF,465.8 ko)

Cette brochure revient sur le mouvement anti-CPE en région parisienne, et notamment sur l’occupation de l’EHESS. Elle rassemble des textes écrits juste après le mouvement, dans le cadre de la revue Meeting.

12 mai 2008 - Collectif Libertaire Marius Jacob

Mai 68 : quelques repères historiques

(HTML) (PDF,1.6 Mo) (web)

Le texte qui suit ne constitue pas une énième analyse de Mai 68 et de ses conséquences. Il n’est pas non plus le fait d’un historien. Son seul mérite serait de mettre (ou remettre) en mémoire la trame, non exhaustive évidemment, des "événements", assortie des traits qui nous ont paru importants. Nous avons dû faire des choix…
Pour écrire ces lignes, nous avons largement fait appel à un certains nombres d’ouvrages déjà "anciens". Notre parti pris fut de valoriser le courage des révolutionnaires authentiques, de souligner les attitudes autoritaires et de ne pas minimiser les saloperies du gouvernement gaulliste et des complices de tous bords du pouvoir étatique.

Nous n’en finirions pas de citer les groupes et "catégories" dans lesquels une majorité, sinon une forte proportion d’individus, alors en grève illimitée, contestaient - hors théorie mais avec parfois une lucidité et une radicalité d’une ampleur inédite - le monde qu’il subissaient et la vie que le capital leur avait imposée ou qu’ils avaient acceptée par facilité, obéissance ou résignation, des instituteurs aux fossoyeurs, en passant par les cadres, les publicitaires, les musiciens professionnels et les footballeurs… L’heure était à l’urgence de vivre, à la contestation du travail et de toutes les hiérarchies, au « vivre sans temps mort, jouir sans entrave ».

22 novembre 2007 - Collectif

Récits grenoblois des luttes contre le CPE et son monde (février-avril 2006)

(HTML) (PDF,7.5 Mo)

Ce recueil de textes est constitué quasi uniquement de récits écrits à chaud, à Grenoble, pendant ce qu’on a appelé le « mouvement anti-CPE ». De la toute première manif anti-CPE, le 7 février 2006, jusqu’à la fin du mouvement, avec notamment l’évacuation de la galerie des amphis (qui a été occupée pendant plus d’un mois, sur le campus universitaire de Saint-Martin-d’Hères), des récits de beaucoup de choses qui se sont passées sur Grenoble pendant ces deux mois et quelques de luttes sont proposés ici, dans l’ordre chronologique. Manif institutionnelle ou sauvage, action en petit groupe ou émeute massive, occupation de fac ou blocage de lycée, tout est raconté par des personnes qui ont participé activement à ces événements.

20 novembre 2007 - Anonyme

Récit du mouvement dit anti-CPE à Lyon

(HTML) (PDF,1.9 Mo)

Ce récit du mouvement dit "anti-CPE" à Lyon a été publié sur le site d’informations alternatives lyonnais Rebellyon.info. Il s’appuie en grande partie sur les articles publiés à l’époque sur ce site. Il ne prétend en aucun cas être une retranscription "objective" de ce qu’il s’est passé pendant ces quelques semaines .

"Ce récit ne cherche pas à dire la Vérité sur le mouvement anti-CPE, mais à retranscrire l’atmosphère, l’agitation, la dynamique du printemps 2006. Notamment pour qu’on n’attende pas dix ans pour relancer ce genre de trucs..."

19 novembre 2007 - Mouvement pour les occupations

A propos des retraites et de l’utilité à faire grève

(HTML) (PDF,138.4 ko) (PDF,150.5 ko)

Quelques remarques pour élever le débat dans les AG et les manifs à propos du système des retraites... Peut être utile lorsque le sujet ressort pendant un mouvement social, par exemple.

L’argumentaire part de lieux communs pour poser la question du système salarié qui implique celui des retraites.

17 novembre 2007 - Nadarlana

Récit et impressions sur le mouvement dit « anti-CPE » à Montpellier

(HTML) (PDF,1.4 Mo)

Cette brochure est un extrait d’un mémoire de sociologie rendu à la fin de l’année. Le mémoire dans son ensemble est un projet de thèse sur les imaginaires et pratiques radicaux aujourd’hui. Il devait contenir une espèce de chapitre de la future thèse. L’objectif de départ était de présenter et d’analyser le contenu des brochures que l’on trouve dans les infokiosques. Mais l’auteur étant totalement impliqué dans l’action, il n’a rien foutu. Alors au moment de rendre son mémoire, il a préféré raconter ce qu’il avait vu durant le mouvement. C’est cette partie qui est présentée ici. On remarquera donc que le style employé n’est pas aussi énervé que l’auteur aurait voulu...

Bonne lecture quand même !

19 juillet 2007 - Alain C.

L’impasse citoyenniste

(HTML) (PDF,356.6 ko)

"Si les citoyennistes peuvent parler de crise, c’est que l’Etat en a parlé d’abord. Depuis trente ans, la France est, paraît-il, en crise. Cette “crise”, bien réelle au début, a bien plutôt été ensuite une façon de justifier l’exploitation. Aujourd’hui, c’est la “reprise” qui joue ce rôle, et les réformistes sont bien embêtés. Les voilà contraints de réajuster leur discours, toujours calqué sur celui de l’Etat, et ceux qui il y a six mois nous parlaient d’une crise mondiale généralisée nous parlent aujourd’hui de “répartir les fruits de la croissance”. Où est la cohérence ?

Où sont-ils donc, ces keynésiens antilibéraux, ces réformistes sans réformes, ces étatistes qui ne peuvent participer à un Etat, ces citoyennistes ?

La réponse est simple : ils sont dans une impasse."

juin 2007 - Eldridge Cleaver , John Gerassi , Weathermen

Lutte armée aux Etats-Unis

(HTML) (PDF,742.8 ko)

« Pendant cette semaine de protestation contre la guerre, nous avons placé des explosifs dans les bureaux de la Chase Manhattan, de la Standard Oil et de la General Motors. Les gardiens de ces trois immeubles et les agences d’information de toute la ville ont été prévenues par téléphone de trente à soixante minutes à l’avance, de façon à garantir que les immeubles seraient vides de monde.
La guerre du Vietnam n’est que la preuve la plus manifeste de la façon dont le pouvoir qui règne sur ce pays détruit le peuple. Les trusts géants de l’Amérique ont désormais étendu leur emprise sur le monde entier, contraignant les économies tout entières de pays étrangers à une dépendance totale à l’égard de la monnaie et des marchandises américaines.
Chez nous, les mêmes trusts nous ont transformés en consommateurs déments, dévorant un nombre croissant de cartes de crédit et d’appareils ménagers. Nous exerçons des métiers sans intérêt, d’énormes machines polluent notre air, notre eau et notre nourriture.
L’empire s’effondre au fur et à mesure que les peuples du monde entier se dressent pour contester sa puissance. A l’intérieur, le peuple noir mène une révolution depuis des années.
Et enfin, au cœur même de l’empire, les Américains blancs sont eux aussi en train de porter des coups pour la libération de tous.
 »

Sommaire :
I. Lutte armée aux Etats-Unis
II. Manifeste des Weathermen
III. Entretien avec Eldridge Cleaver

2 mai 2006 - Les enragé-e-s ouvrent le bal

Le CPE, une goutte d’eau dans un lac de rage

(HTML) (PDF,2.5 Mo) (PDF,2.4 Mo) (PDF,2.5 Mo) (PDF,2.5 Mo) (PDF,2.4 Mo) (PDF,2.5 Mo)

Texte issu du mouvement dit anti-CPE à Grenoble, posant quelques réflexions sur :
- La violence comme moyen de se faire entendre
- L’illégalité comme conséquence de la désobéissance
- Des médias et de l’orientation des luttes sociales

« En nuisant à la police et plus largement aux tenants du maintien de l’ordre, nous sortons de la résignation et de l’impuissance habituellement ressenties. Destructions et transformation de la ville pacifiée en lieu d’émeute sont synonymes de création (...). Nous avons tou-te-s plus ou moins conscience que vivre dans un monde que nous choisirions devient impossible sans la destruction complète du monde actuel. Ainsi, lorsque nous détruisons ce qui nous opprime, nous participons à ouvrir les brèches qui nous permettent de créer de nouveaux rapports sociaux. »

Ici, le même texte, traduit en allemand...
Et , le même texte, traduit en anglais.

7 avril 2006 - Le CUL

Beautés de la Disconvenance

(HTML) (PDF,1.2 Mo)

Ces textes sont extraits du Papier CUL, journal aux allures variées qui servait d’organe de propagande aux délires du CUL (Comité Universitaire de Libération), publié entre 2003 et 2005, et remis en page ici par la CRETE (Cellule de Restitution Editoriale des Travaux Empiriques).

"A l’écart des AG, nous avons pu vivre des débats intenses, des repas collectifs, voir des tags apparaître, des murs se briser : une violence et une joie qui, pour une fois, n’étaient pas entravées par l’atmosphère tristement citoyenne des luttes étudiantes. Nous avons senti qu’à ce niveau se jouait tout autre chose qu’une simple contestation ponctuelle, qu’à cet endroit s’élaborait puissamment un refus de ce monde et de ces règles du jeu. Nous avons vu que, la disconvenance aidant, la lutte étudiante pouvait devenir, dans ses marges, un moment de communisation, un moment où le partage des pratiques et des expériences s’exprime telle une nécessité sensible pour abattre ce qui nous réduit. Peut-être nous appartient-il, à présent, de jouer avec cette disconvenance, d’utiliser ce mal-être que nous avons en partage avec bon nombre de ceux qui nous entourent, dans notre pratique politique quotidienne."

29 mars 2006 - Collectif

CPE - Le Monde se referme-t-il ?

(HTML) (PDF,149.1 ko) (PDF,211.4 ko) (PDF,594.8 ko) (PDF,541.9 ko) (PDF,71.5 ko) (PDF,105.1 ko)

Textes parisiens issus du mouvement "anti-CPE", mais qui sont en réalité bien plus que de l’anti-CPE... Un bon coup d’air frais pour les "mouvements sociaux" !

- Le monde se referme-t-il ?
- Pousser le monde qui s’écroule
- Appel de Raspail
- Mais où est passé le mouvement réel ?

26 août 2005 - Collectif

Des bouts du mouvement lycéen 2005 - Paris

(HTML) (PDF,513.4 ko) (PDF,497.3 ko)

Un des buts de cette brochure, au-delà de la volonté de témoigner / participer à l’histoire des luttes sociales, est d’inciter à agir, à ne pas rester passif ou isolé face au pouvoir. Celui-ci cherche à nous diviser : les lycéen-ne-s dans une case, les intermittent-e-s du pestacle dans une autre, les retraité-e-s encore dans une autre, les profs, les fonctionnaires, les chômeur-euse-s, les squatteur-euse-s, les sans-papiers, etc., en gros c’est chacun-e sa merde et plus ou moins chacun-e pour sa gueule, dans sa « corporation ». Ce mouvement lycéen a dépassé, par ses pratiques, son énergie, ses envies, le cadre strict des revendications lycéennes. C’était chouette, joyeux, enthousiasmant. Tout cela le sera encore plus quand il ne s’agira plus d’un mouvement « lycéen » ou « étudiant » ou même contre telle ou telle réforme, contre tel ou tel gouvernement, mais carrément pour un autre monde, d’autres modes de vie, d’autres pratiques collectives. Le mouvement lycéen a aussi démontré qu’il était possible de ne pas céder au chantage de la répression, et que l’action directe restait LE moyen de pression le moins sclérosant, celui qui permet de vivre pleinement nos luttes, sans délégation de pouvoir ni récupération politique. La rue reste un lieu privilégié pour les luttes sociales.

Pour ces raisons très subjectives, les textes mis en avant dans cette brochure sont avant tout des récits de manifs et autres actions. Ceux-ci peuvent être inspirants, motivants, en tout cas ils témoignent d’une possibilité d’agir, sans forcément avoir une expérience folle des manifs sauvages, par exemple... Ensuite, un texte revient sur la fameuse manif parisienne du 8 mars, et un autre sur certaines des raisons pour lesquelles il peut être intéressant de participer aux luttes lycéennes, notamment quand soi-même on n’est pas (ou plus) lycéen-ne.