THEMES

Insurrections, révoltes, émeutes

29 juin 2015 - Christian Maurel , Jean Rambaud , Philippe Bourguignon , Pierre Dupont

Plantons le thym, la montagne fleurira et autres textes

(HTML) (PDF,1 Mo) (PDF,1012 ko)

Le 2 décembre 1851, Louis-Napoléon Bonaparte, président de la République française depuis trois ans, refuse de quitter le pouvoir à quelques mois de la fin de son mandat, alors que la Constitution de la Deuxième République lui interdisait de se représenter. Il dissout l’assemblée, rétablit le suffrage universel masculin et convoque le peuple français à des élections et à la préparation d’une nouvelle constitution pour succéder à celle de la Deuxième République. Si le peuple de Paris réagit relativement peu pour défendre une assemblée conservatrice qui l’a dépouillé d’une partie de ses droits politiques, ce n’est pas le cas dans les zones rurales de près d’une trentaine de départements, en particulier dans les « Basses-Alpes », aujourd’hui les Alpes-de-Haute-Provence.

8 avril 2015 - Sandra C.

Révolution bourgeoise et luttes de classes en France, 1789-1799

(HTML) (PDF,2.2 Mo) (PDF,1.2 Mo) (web)

L’histoire grand public montre la Révolution française comme un moment de violence extrême et aveugle exercé par les classes populaires manipulées par des leaders révolutionnaires, tout en focalisant sur l’épisode fatidique de la Terreur vue comme une dérive regrettable. Loin de ces clichés servant des intérêts de classe, les faits montrent comment les travailleurs urbains et ruraux ont mené des luttes autonomes pour un monde meilleur dépassant ainsi le contenu bourgeois de la Révolution, et forgeant des expériences pour les combats à venir.

Cette approche de la période révolutionnaire française entend rappeler que la lutte des classes n’est pas un concept construit de toute pièce. Aujourd’hui, face aux ravages du capitalisme, qui puise ses racines dans ce moment-charnière que constitue la fin du XVIIIe siècle, les prolétaires d’ici et d’ailleurs ne peuvent rien attendre d’un réformisme qui n’en finit pas de nous resservir les mêmes recettes miracles pour « humaniser » ce système.

Cette brochure constitue la 1ère partie d’un travail sur la Révolution française et couvre la période 1789-1792, de la crise de l’Ancien Régime à la chute de la monarchie. La période qui suit la chute de la monarchie jusqu’au coup d’État du 18 brumaire fera l’objet d’une autre publication, à suivre...

19 mars 2015 - Collectif

Les radicaux urbains et paysans dans la révolution anglaise (1641-1649)

(HTML) (PDF,9.7 Mo) (PDF,9.7 Mo)

Que les Diggers et leur vision d’une société basée sur la propriété collective de la terre et de ses produits, malgré leur faible nombre (la vingtaine de personnes qui accompagnait Winstanley pour squatter St Georges Hill inspira d’autres groupes, mais à peine plus nombreux) et la courte durée de leur expérience (à peine un an) continuent, 360 ans après leur défaite, non seulement à être évoqués, mais aussi à être une inspiration pour nombre de gens et de collectifs semble incroyable.

L’une des explications pourrait être que Winstanley, ainsi que d’autres Diggers restés anonymes, a beaucoup écrit, et que la clarté, l’enthousiasme et la passion de ces textes font toujours sens de nos jours.

Mais aussi que l’un des grands slogans des Diggers appelait avant tout à l’action qu’ils considéraient comme indispensable au point qu’ils affirmaient que la théorie n’était rien si elle n’était pas suivie d’action. Non seulement disaient-ils (et écrivaient-ils) ce qu’ils faisaient, mais ils faisaient aussi ce qu’ils disaient. On peut les considérer comme les précurseurs, aussi bien du squat politique, que de l’action directe non violente, et c’est sans doute ce qui continue de les rendre populaires auprès de générations successives d’activistes.

11 janvier 2015 - Collectif Marseille-Rojava

Où en est la révolution au Rojava ? - #1

(HTML) (PDF,3.4 Mo) (PDF,3.6 Mo)

Ce petit recueil de textes est proposé par le collectif Marseille-Rojava

Sommaire :

INTRODUCTION
LA RÉSISTANCE À KOBANÊ : ENTRE GUERRE ET GÉOPOLITIQUE
• Un reportage sur la ville assiégée de Kobanê.
• Kobanê, l’État Islamique et la Turquie.
• Kobanê, la lutte des kurdes et les dangers qui la guettent.
• Reportage sur Kobanê avec l’Action Anarchiste Révolutionnaire (DAF).
VERS L’AUTOGESTION AU ROJAVA ?
• Deux semaines au Rojava.
ANNEXES
• Glossaire.
• Plus d’infos.

10 mai 2014 - Anonyme

Mémoire combative

(HTML) (PDF,3.7 Mo) (PDF,3.7 Mo)

Au cours de la décennie des années 90, au Chili, ont surgi différentes formes d’expressions anticapitalistes dans les campus universitaires, et pas seulement dans ces endroits bien sûr, mais l’intention de ce texte est de se réapproprier la mémoire et la lutte des minorités actives qui convergeaient dans les espaces universitaires, en pleine époque de la joie qui n’est jamais arrivée et des nouveaux temps des deux premiers gouvernements de la concertation, après la fin négociée de la dictature militaire fasciste, la fameuse transition.

22 juin 2013 - Sans Papiers Ni Frontières

Quelques textes autour de la lutte contre les Centres d’Identification et d’Expulsion

(HTML) (PDF,1.1 Mo) (PDF,1.1 Mo)

Depuis longtemps déjà, plusieurs quotidiens nationaux et locaux crient au scandale à propos des conditions de vie auxquelles sont soumis les retenus des CIE [Centres d’Identification et d’Expulsion]. À moins de vivre dans une bulle, tous sont informés de l’infâme réalité de ces lieux. Mais pas seulement. Les voix qui se lèvent ne se réduisent pas à la dénonciation de l’invivabilité, à la demande d’une amélioration des conditions hygiénico-sanitaires, aux accusations de violences auxquelles sont soumis les détenus. De plusieurs côtés parvient l’évocation de la fermeture des CIE, pas seulement la campagne LasciateCIEntrare (Laissez-nous rentrer) lancée par quelques journalistes de gauche, mais dans quelle direction vont ces propositions abolitionnistes ? Certainement pas vers un monde sans frontières. En outre, même si ces propositions légalistes de fermer les CIE passaient d’absurdes à écoutées, pensons-nous qu’il soit opportun d’attendre que cela arrive ? Si l’État décide de fermer les CIE, il ne le ferait qu’après s’être donné de nouveaux et plus fidèles instruments pour le contrôle et la répression des flux migratoires. L’unique manière de créer une faille irréparable dans le système d’oppression qui génère les CIE est celui de brûler définitivement et d’un coup la possibilité de l’existence même de ces lieux, et de multiplier les rapports subversifs qui se créent dans les fissures de la forteresse sociale.

10 avril 2013 - Collectif

Queer Ultra Violence

(HTML) (PDF,6 Mo)

Ceci est une traduction d’extraits du livre "Queer Ultra Violence : Bash Back ! Anthology" publié en 2011 par Ardent Press aux États-Unis, anthologie du mouvement queer insurrectionnaliste Bash Back !

« Les queers sont marquéEs comme des victimes tandis que la violence n’est jamais vue que comme l’outil des maîtres. Le projet anarcho-queer incarné par Bash Back ! est avant tout un refus du statut de victime et une réappropriation de la violence qui nous a été enlevée par l’idéologie progressiste et utilisée contre nous par nos agresseurs et par l’État. Le tournant opéré par Bash Back ! lors de sa rupture avec celleux qui ont refusé de reconnaître l’importance de cette réappropriation a été crucial. Il a permis de solidifier et de construire la cohérence de la tendance queer insurrectionnelle autour de la question de la violence... »

Sommaire :
- Introduction à l’édition française
- Vers la plus queer des insurrections
- Intimité criminelle
- “L’Enfer n’a de Furie plus grande” : Chronologie de l’insurrection Genderfuck
- Vers un transféminisme insurrectionnel
- Théorie de la Pute
- Le Pronom que je préfère est la Négation
- Anarchie de la mode : Entretien avec Le Boulevardier
- Milwaukee : Solidarité avec toutes les Tueureuses de Flics
- Bash Back ! est mort ; Vive Bash Back !
- Glossaire

23 mai 2012 - Mathieu Rigouste

Retour sur la bataille de Villiers-le-Bel

(HTML) (PDF,668.4 ko) (PDF,778.5 ko)

Ce texte est extrait de "Vengeance d’Etat - Villiers-le-Bel : des révoltes aux procès" édité en 2011 aux éditions Syllepse.

Le 25 novembre 2007, Lakhamy et Moushin, deux adolescents de Villiers-le-Bel, décèdent suite à la collision de leur moto avec une voiture de police. Plusieurs nuits de révoltes éclatent, laissant s’exprimer la colère de centaines d’habitants qui refusent de croire à la version policière d’un accident. Des dizaines de policiers sont blessés, notamment par des tirs d’armes à feu.

La répression judiciaire succède à la pacification policière. Trois séries de procès ont lieu, apportant chacun leur lot de condamnations. Le 21 juin 2010, s’ouvre le procès des tireurs présumés.

Un procès pour l’exemple, au terme duquel cinq habitants de Villiers-le-Bel seront condamnés à des peines allant de 3 à 15 ans de prison, en l’absence de preuves, et essentiellement sur la base de témoignages anonymes.

17 janvier 2012 - Collectif

De l’esclavage au salariat, deux facettes d’une même exploitation

(HTML) (PDF,1 Mo) (PDF,940.6 ko)

Cette brochure est un recueil de textes divers qui analysent de manière critique le passage de l’esclavage à l’exploitation salariée. Ils tirent leurs réflexions de contextes différents, que ce soit la Russie en 1861 ou les Etats-Unis en 1988. Ils tentent de montrer que l’abolition de l’esclavage n’a pas été qu’une tentative humaniste mais a surtout été une manière de changer le mode d’exploitation de ceux qui devinrent de véritables esclaves salariés tout en présentant une soupape de sécurité en réponse à des troubles croissants.

14 octobre 2011 - Collectif

The Tottenham Chronicles

(HTML) (PDF,6.4 Mo)

Les Tottenham Chronicles, c’est un recueil de textes qui viennent, pour la plupart d’entre eux, d’Angleterre. S’y trouvent aussi bien des témoignages à chaud que des analyses présentées avec un peu plus de recul.

Au sommaire :

Analyse critique d’une révolte
– Les yeux grands ouverts à Londres (Occupied London collective)
– Londres brûle – causes et conséquences des émeutes, une perspective anarchiste (Workers Solidarity Movement)

“On cible les richesses...”
– Émeutes à Londres : combats sur Mare Street (Libcom)
– Quand le silence s’ébruite (Restructuration-sans-fin)
– Criminalité et récompenses (Max von Sudo)
– Cinq postes de police attaqués à Nottingham (Joseph K)

Traque & répression
– Vengeance de classe (Federico Campagna)
– Pas de panique, ne parle pas (anonyme)
– Camouflage digital (Le Réveil)
– Remplir les comicos, remplir les tribunaux, remplir les prisons (Zanzara athée)
– Nouvelles technologies + police + citoyenneté = répression 2.0 (Zanzara athée)

3 décembre 2010 - anonymes

En grève jusqu’à la retraite !

(HTML) (PDF,5 Mo)

« Que nous ayons l’espoir de nous retrouver un jour enfin à la retraite, ou, au contraire, que nous ayons la certitude que nous n’en aurons jamais, une chose est sûre : ce que nous voulons c’est simplement être en grève jusqu’à la retraite ! Car nous ne voulons plus trimer, nous ne voulons plus nous faire exploiter, ni survivre avec les miettes que nous laissent les patrons et l’État. Au contraire, nous voulons détruire le Capital et ses flics, pour que d’autres possibles s’ouvrent à nous, pour que des horizons nouveaux se dessinent... »

Extrait de En grève jusqu’à la retraite !, journal francilien de lutte contre le Capital et contre l’État (novembre 2010).

26 octobre 2010 - Collectif

Ya du baston dans la taule

(HTML) (PDF,2.1 Mo) (PDF,2.2 Mo) (PDF,2.6 Mo) (PDF,2.6 Mo) (PDF,2.8 Mo) (PDF,2.8 Mo)

Une histoire partielle et partiale des luttes anticarcérales en deux temps : un premier volume constitué de récits de mutinerie, où les mutins nous offrent leur point de vue, et deux volumes consacrés à une chronologie de ces luttes des années 1820 à nos jours. Mettant l’accent sur les luttes collectives, ces brochures répondent à l’envie de lire l’histoire à travers des événements cristallisant les rapports de force qui caractérisent chaque situation de détention. De la réappropriation des lieux à la prise de parole, chacun de ces mouvements représente un obstacle potentiel dans les rouages toujours plus huilés de la machine carcérale. Des mouvements qui, comme les détenus, restent étouffés derrière les murs des prisons, pour en nier la portée. Mais l’union faisant la force et décuplant les volontés, de la sujétion au statut du sujet il y a un fossé que la lutte collective aide parfois efficacement à franchir.

Volume 1 : Récits de mutins et d’une mutine
Volume 2 : Chronologie des mutineries dans les lieux de détention français (1820-1987)
Volume 3 : Chronologie des mutineries dans les lieux de détention français (1988-2010)

13 septembre 2010 - Aufheben , Mike Davis

Les émeutes de Los Angeles [mai 1992]

(HTML) (PDF,2.2 Mo) (PDF,2.2 Mo)

« Le 29 avril 1992, Los Angeles explosait dans ce qui devait constituer l’un des plus importants soulèvements urbains du siècle aux États-Unis. L’armée fédérale, la garde nationale et les forces de police venues de tout le pays mirent 3 jours pour rétablir l’ordre. Entre-temps les habitants de L.A. s’étaient réappropriés des millions de dollars de marchandises et avaient détruit pour plus d’un milliard de dollars de capital immobilier. »

sommaire :
1/ Le contexte d’un soulèvement prolétarien par Aufheben
2/ Los Angeles n’était qu’un début par Mike Davis
3/ Une chronologie des émeutes de Los Angeles

27 août 2010 - Collectif

Retour sur la récente flambée sécuritaire, réactionnaire et raciste à Belleville

(HTML) (PDF,25.7 Mo) (PDF,25.7 Mo) (web)

Le 20 juin 2010, avait lieu dans le quartier de Belleville (Nord-Est de Paris) une manifestation pour la « sécurité  », organisée par diverses associations censées représenter la « communauté asiatique » pour demander aux autorités le renforcement d’un arsenal répressif qui nous pourrit déjà la vie (plus de flics, de caméras, de sanctions etc.). Durant cette manifestation, des échauffourées ont éclaté dans le quartier entre des centaines de manifestants contre la police, accusée de mal faire son travail, puis après le départ programmé de celle-ci, contre quelques gamins isolés et identifiés par la vindicte populaire comme des « voleurs » à punir par des critères tels que la tenue vestimentaire et la couleur de peau.

Les quelques textes recueillis ici sont des analyses de la situation dans le quartier, sur fond de tensions communautaires, ainsi que des tracts et affiches diffusés et collées aux alentours par quelques anarchistes antagonistes. En réaction à ces évènements d’abord, mais aussi dans l’espoir d’ouvrir de nouvelles perspectives pour la guerre sociale ici comme ailleurs, pour que la haine se retourne contre ceux qui nous dominent au quotidien, qu’il s’agisse des flics et des patrons ou de tout autre représentant officiel ou informel de l’autorité capitaliste, étatique, communautaire, religieuse et patriarcale ; qu’elle ne serve plus à nourrir les intérêts des ennemis de la liberté pour tous par le biais de la guerre entre exploités.

Sommaire
- Réflexions à chaud sur les émeutes réactionnaires de Belleville (texte publié le soir du 20 juin 2010, quelques heures après la fin de l’émeute, sur le site "Base de Données Anarchistes")
- A Belleville comme ailleurs... (texte trouvé en juin 2010 sous forme de tract et d’affiche sur les murs et dans les rues de Belleville)
- Non, vraiment, t’aimes ton quartier ? (tract trouvé dans les rues de Belleville à Paris, juillet 2010)
- Aprés la vague... (texte d’analyse sur la situation à Belleville, son histoire, et retour sur les événements récents ainsi que sur l’agitation anarchiste autour de ceux-ci)
- Au hasard des promenades murales (photographies de quelques inscriptions murales apparues depuis le 20 Juin)
- Qui sommes-nous ?

1er juin 2010 - Collectif

Incidents de classe en Chine

(HTML) (PDF,4.3 Mo)

Ce bref aperçu des révoltes prolétariennes chinoises aujourd’hui, ô combien intrigantes tant par les formes, le nombre et l’intensité, nous rappelle que, quoi qu’on en dise, la lutte des classes est loin d’être moribonde. Être curieux de ce qui se passe au bout du monde, en particulier dans les « ateliers du monde » rend plus lisible ce qui se passe ici, tant le capital (et donc l’antagonisme de classe) s’organise internationalement.

Ce recueil comporte des brèves générales (liste non exhaustive de conflits qui ont perturbé l’harmonieuse société chinoise de 2008 à début 2010), un témoignage d’une ouvrière mingong paru dans la revue Echanges, un texte de Bruno Astarian qui réactualise son livre Luttes de classes dans la Chine des réformes, (1978-2009) paru chez Acratie en 2009, des extraits du dit bouquin, etc.

nousvoulonstout(at)gmail.com

26 mai 2010 - Johann Kaspar

Nous ne revendiquons rien

(HTML) (PDF,702.9 ko) (PDF,571.9 ko)

« Les luttes au contenu insurrectionnel aux États-Unis sont passées de revendiquer quelque chose (années 1880-1940), à revendiquer tout (années 1960 à 70), jusqu’à ne rien revendiquer (1992 à nos jours). [...] Ce changement pratique délocalise le pouvoir d’écrire l’histoire, passant de ceux qui réconcilient les conflits à ceux qui les rendent irréconciliables. La compréhension actuelle de l’histoire est représentée sous les formes par lesquelles les luttes ont aujourd’hui lieu, et ces formes sont marquées par un ensemble d’actes de violence sociale sans revendications, contre le capital dans toutes ses manifestations. »

Brochure proposée par les éditions Senonevero.

2 mai 2010 - Collectif

Oaxaca 2006 : entretien avec L., activiste autonome

(HTML) (PDF,5.4 Mo) (PDF,5.4 Mo)

Oaxaca, 2006 : une grève de profs qui installent un campement dans le centre-ville, une attaque de la police contre ce campement, la population qui se solidarise et repousse l’attaque... C’est le point de départ d’une lutte qui dura presque six mois. Une lutte multiforme, contre un gouverneur haï, et contre tout un système social et économique invivable. Une lutte à laquelle prirent part des secteurs extrêmement variés de la population : indigènes et punks, femmes au foyer, profs, étudiant-es, pères de familles...
Les formes d’organisation et d’action aussi bien que les enjeux sont multiples. L’APPO, Assemblée populaire des peuples d’Oaxaca, qui fédère le mouvement, se veut une organisation d’organisations, sur des bases autogestionnaires et assembléistes.
Des radios, et même une chaîne de télé, sont prises par les insurgé-es, et défendues avec rage (une attaque de flics contre la radio Universidad est repoussée après sept heures de combat). La ville se couvre de barricades.
De la défense contre les raids meurtriers de pistoleros à l’apprentissage de la prise de décision collective, c’est toute la vie quotidienne qui est bouleversée.
Pour des militant-es autonomes, comment se fondre dans un tel mou- vement ? Comment y participer, quelle place y prendre ?
L. nous raconte ici ce qu’il a vécu pendant ces mois d’insurrection. Ce qui nous intéresse dans ses propos, ce n’est pas le récit d’une révolution exotique. C’est au contraire ce qui nous concerne directement, ce en quoi nous pouvons nous reconnaître, et ce qui pourra enrichir nos pratiques de lutte.

Extrait du livre Duro companero ! Récits d’une insurrection mexicaine, Oaxaca 2006-2009, éditions Tahin-Party.

19 avril 2010 - Alessi Dell’Umbria

Postface à l’édition castillane de "C’est de la racaille ? Eh bien, j’en suis !"

(HTML) (PDF,548.6 ko) (PDF,546.4 ko)

C’est de la racaille ? Eh bien, j’en suis !, sorti eu pritemps 2006, est un livre traitant des émeutes qui ont eu lieu en France en octobre-novembre 2005.

L’auteur, Alessi Dell’Umbria, n’est ni sociologue ni journaliste. Son livre, aux propos incisifs, replace les événements de l’automne 2005 dans le contexte d’une désintégration sociale et d’un renforcement de l’Etat-Léviathan. Il met également en évidence ce qui a fait la force de cette révolte quand des centaines de groupes se sont organisés pour s’affronter avec l’Etat. Sans mot d’ordre, mais en frappant juste ; sans délégation ni organe de liaison, mais communiquant entre eux à travers leurs actes ; une partie de la jeunesse pauvre du pays s’est identifiée à un sort commun et a fait preuve de solidarité loin de toute prose idéologique.
Sans discours moralisant ou victimisant, l’auteur s’adresse d’égal à égal aux révoltés des banlieues pauvres.

Dans le texte présenté ici, issu d’une postface rédigée pour l’édition castillane de C’est de la racaille ? Eh bien, j’en suis !, il revient de manière auto-critique sur son livre et en profite pour développer quelques points.

10 mars 2010 - Dominique Misein

Au centre du volcan

(HTML) (PDF,2.1 Mo) (PDF,7.4 Mo) (web)

Il y a des écrits, parfois, rarement même, qui réussissent à parler à toutes les parties de votre cerveau en même temps. Au centre du volcan, qui apparait ici pour la première fois en français est de ceux-là. Dans ce texte qui prend pour fil conducteur la critique du concept de Progrès, l’auteur examine de façon critique les révolutions des XIXe et XXe siècles à la lumière de la réalité des émeutes et des insurrections qui n’ont pas suivi les traces des quelques architectes politiques de la révolution (on y cite par exemple, l’avènement du socialisme). Il explore également, sur les traces de Bakounine et Coeurderoy, les relations généralement considérées comme dichotomiques, entre la raison et les passions, afin de se réapproprier les deux dans un souci d’émancipation totale. C’est de l’inconnu que tente de nous parler ce texte, de cette grande inconnue qu’est l’insurrection, qui arrête le temps et le démolit comme le Vésuve contre Pompéi. Comme la guerre sociale contre la routine du quotidien. Mais c’est aussi de la peur qu’elle inspire dont nous parle ce texte italien, lorsque le retour à la normale n’est plus possible. Nous vous invitons donc à le lire avec intérêt, à en diffuser le contenu, plus que le bout de papier que vos doigts triturent.

12 janvier 2010 - anonymes , Blaumachen , flesh machine // ego te provoco // comrades , TPTG

Grèce : la révolte de décembre 2008

(HTML) (PDF,7.2 Mo)

« Nous on travaille pour qu’ils mangent. IL Y EN A MARRE, eux avec leur ventre et nous avec notre faim. Où est l’égalité dont parle leur SOI-DISANT démocratie ? Le salaire de base de 600 euros ? C’est donc ça leur égalité, c’est ça l’égalité des chances ? C’EST LES 600 EUROS QUI LES BRÛLENT. Ça va être l’allume-feu qui fera flamber votre monde, bande de salauds ! »

«  Nous venger non seulement pour la mort de Alexis, mais aussi pour les milliers d’heures qu’on nous vole au travail, pour les milliers de moments où l’on a senti l’humiliation au bureau du directeur, les milliers de moments où l’on a retenu notre colère devant un CONNARD de client ‘exigeant’ ! Pour nos rêves qui sont devenus publicités, pour nos idées qui sont devenues orientations gouvernementales et votes, pour la vie qui s’use continuellement, pour nous-mêmes qui devenons petit à petit des ombres dans une vie quotidienne qui se répète…  »

sommaire :
Athènes : Brève présentation des récents événements d’Athènes vus par quelques prolétaires qui y ont participé (6-31 décembre)...
Thessalonique : Une première mise à jour sur le récent soulèvement (6-23 décembre)
Décembre 2008 en Grèce : une tentative de mise au jour de la force et des limites de notre lutte
Rien n’est fini, rien ne finira ! Tout continue, tout...
Interview de quelques anarchistes grecs à propos du soulèvement en cours
Konstantina Kuneva : Lorsqu’ils s’attaquent à l’une d’entre-nous, c’est à tous qu’ils s’attaquent
2e communiqué des occupants de la Faculté d’Économie
Déclaration de l’Assemblée Générale des Travailleurs Insurgés d’Athènes
Fin de l’occupation de l’École Polytechnique
Chronologie de la solidarité internationale avec les incendiaires grecs
Une pincée de sucre, et tout s’adoucit...
...divers tracts...

1er janvier 2010 - Renzo Novatore

Et notre haine rit...

(HTML) (PDF,6.7 Mo) (PDF,6.1 Mo) (web)

Dans ce bref recueil de textes de ce combattant de l’anarchisme individualiste, la poésie vengeresse et paroxystique croise du regard le browning de l’anarchiste bandit. La ferveur éclatante de la prose d’Abele Rizieri Ferrari, alias Renzo Novatore, en dit long sur ce qui anime celui qui passe à l’acte, qui donne à ses idées le tournant pratique qu’elles impliquent, au prix de la vie, d’une vie menée contre toutes formes d’utopies, contre toutes métaphysiques, le sort d’un certain iconoclaste de La Spezia qui fabriquait des vers comme il fabriquait des grenades.
Ici Novatore nous parle de solidarité, de l’innocence et de la culpabilité, sujets d’une actualité brûlante, en 1922 comme aujourd’hui. Il nous parle du sacré, qu’il soit Christ ou Droit-de-l’homme. Il nous parle, de façon détournée, de la révolution à l’Est. Il nous parle aussi de ce que nous voulons y lire, c’est là la force du poète capable de transformer sa lyre en poignard.

« Notre tâche ultime, à nous individualistes anarchistes, sera de faire sauter la dernière Arche à coups de bombes et le dernier dictateur à coups de Browning. La nouvelle société restaurée, nous retournerons en marge d’elle pour vivre notre vie dangereusement, notre vie de nobles criminels et d’audacieux pécheurs ! »

1er décembre 2009 - anonymes

Après avoir tout brûlé...

(HTML) (PDF,222.4 ko) (PDF,188.1 ko)

Cette brochure est une correspondance à propos de stratégies et émotions révolutionnaires. A partir de la résistance face au sommet de l’Otan en avril 2009, elle ouvre un débat sur des formes d’organisation et d’intervention autonomes et directes, sur ce que l’on peut y vivre et y porter.

Au sommaire : une lettre et des morceaux choisis de réponses, suivis en annexe du communiqué "Otan en emportent les blacks blocs".

27 novembre 2009 - anonymes

À l’assaut des centres de rétention

(HTML) (PDF,2.6 Mo) (PDF,1.4 Mo)

– Toucher au cœur - À propos des rackets sur les immigrés.
– À l’assaut de Ceuta et Melilla.
– Beau comme des centres de rétention qui flambent.
– À ceux qui ne sont pas restés au chaud pendant la tempête.

Ces 4 textes sont tirés de la revue À Corps Perdu n°1, décembre 2008.

22 novembre 2009 - Rémi Demmi

Liberté privée, intensité collective et autonomie politique

(HTML) (PDF,257.5 ko) (PDF,294 ko)

Liberté privée, intensité collective et autonomie politique, est une réflexion autour du témoignage d’un homme ayant vécu pendant la période de 1914 à 1933 à Berlin, du déclenchement de la guerre à la montée du nazisme (Histoire d’un Allemand).
Son auteur, Sebastian Haffner, n’aborde pas l’histoire du côté des grands hommes ou des événements marquants – désormais bien documentée – mais s’attache au contraire à comprendre les ressorts subjectifs qui ont permis aux Allemands sinon d’accepter, du moins de laisser s’installer le parti nazi. Parmi la jeunesse, il observe que l’ennui dispose au nihilisme, car il pousse à rechercher l’action, la violence et la guerre pour elles-mêmes, afin de rompre la monotonie de la vie bourgeoise. Parce qu’elle ne s’articulait pas à des idéaux de justice, cette révolte légitime contre une société trop policée, trop organisée, où chacun vaque à ses affaires sans qu’aucun élan ou projet collectif ne vienne rompre la routine, a conduit certains jeunes « révolutionnaires » à passer « naturellement » du drapeau pirate au salut fasciste. Mais face à ces tendances totalitaires, ce n’est pas sur la « liberté privée » qu’il faut se replier, comme le fait Haffner : ce qu’il faut, c’est construire l’autonomie politique.

15 novembre 2009 - fermetureretention AT yahoo . fr

Histoires de révoltes dans les Centres de Rétention en Europe [2005-2009]

(HTML) (PDF,222.6 ko) (PDF,276.5 ko)

Cette brochure présente les révoltes dont nous avons eu connaissance dans les prisons pour étrangers de divers pays d’Europe et de pays « coopérants » (Turquie, Libye).

Les luttes dans les centres de rétention et les lieux d’enfermement en général restent trop souvent étouffées entre 4 murs. Au-delà des contextes particuliers propres à chaque pays, et donc au-delà des conditions de rétention, ces révoltes qui ont lieu partout témoignent du fait que le véritable enjeu est celui de la liberté pour tous et toutes. A chacun/e d’entre nous d’envisager comment y participer...

23 octobre 2009 - Collectif

Jours de Rage

(HTML) (PDF,13.3 Mo) (web)

Les événements insurrectionnels consécutifs à l’assassinat d’Alexis Grigoropoulos par un flic constituent une suite logique à un état de tension culminant entre les anarchistes et les autorités depuis plusieurs années. Rien qu’en novembre 2008, un nombre conséquent d’actions directes et d’actes de sabotage ou de vandalisme avait de quoi mettre la police sur les dents. Tout comme les assassinats (ou bavures) et tortures légitimés par le pouvoir n’étaient que des étincelles pour allumer le feu de la révolte. Cette brochure reprend des textes provenant de blogs anarchistes ou de sites Indymedia, et son contenu chronologique cherche à montrer comment survient une période insurrectionnelle et comment un soulèvement populaire se met en place, et surtout ce qui s’y passe, d’un côté comme de l’autre. Ces témoignages peuvent donc nous permettre d’envisager comment cela pourrait se dérouler dans n’importe quel autre pays d’Europe...

Cette brochure ne se prétend pas exhaustive. Les textes et infos contenus dans cette brochure proviennent essentiellement d’Indymedia-Athènes, Emeutes & Amour, Le Jura libertaire et la revue Cette Semaine (n° 97 et 98).

Sommaire :
- Novembre-décembre 2008 - Communiqués de presse (médias autonomes et presse bourgeoise)
- Du 6 au 31 décembre 2008 - Chronologie de l’insurrection populaire consécutive à l’assassinat d’ Alexis Grigoropoulos par la police grecque (médias autonomes)
- Communiqués émis pendant l’insurrection de décembre 2008

18 juillet 2009 - anonymes , Firestarter Press , Nicolas Dessaux , Solidarité Irak , Wildcat

Luttes sociales en Irak

(HTML) (PDF,374.9 ko) (PDF,707.1 ko)

Au sommaire :
1/ Irak : un siècle de guerre et de rébellion
2/ Témoin oculaire à Halabja
3/ La lutte des classes en Irak : un entretien avec un vétéran
4/ 10 jours qui ébranlèrent l’Irak
5/ L’insurrection de mars 1991 au Kurdistan
6/ Un aperçu des luttes sociales en Irak (2003-2006)
7/ Luttes sociales et féministes dans l’Irak occupé (juin 2004)
8/ Mythes et réalités de la résistance irakienne (octobre 2004)
9/ Comment combattre l’occupation en Irak ? (décembre 2005)

30 juin 2009 - Leopold Roc , Os Cangaceiros

La domestication industrielle

(HTML) (PDF,1.8 Mo) (PDF,6.4 Mo) (web)

Ce texte revient sur deux siècles d’une industrialisation menée à grand train dans le processus d’expansion du capitalisme moderne, de son accompagnement par l’idéologie du progrès et du travail, ses multiples apôtres et relais, notamment parmi les souteneurs auto-proclamés de ceux et celles qui devaient faire les frais de cette domestication, les classes laborieuses. Il nous parle de la perte progressive d’autonomie, des diverses résistances à la construction de la société carcérale dans laquelle nous vivons, et contre laquelle d’autres se sont battus avant nous. Il nous rappelle aussi que, des luddites d’Angleterre aux révoltes insurrectionnelles qui ont traversées l’Histoire, la destruction du Capital ne sera possible que si des exploités décident de se lever et d’en finir avec ce qui nous détruit.

12 juin 2009 - Collectif

« Aux armes ! » - Le mouvement lycéen en guerre contre l’État

(HTML) (PDF,21.4 Mo)

Grenoble a vécu lors du printemps 2008 un mouvement lycéen d’une intensité qui se situe dans la continuité des mouvements de révolte de ces dernières années (...).
Le titre de cette brochure fait écho au slogan principal de ce mouvement, celui qui était repris lors de chaque manif, connu de tous les lycées, avec une variante selon les moments :

Aux armes ! Nous sommes les lycéens en guerre contre Darcos / Sarko / l’État
Ce slogan résume à lui seul l’état d’esprit de ce mouvement : une révolte présente bien au-delà des projets de réforme du ministre de l’éducation nationale, une révolte qui a pu prendre corps collectivement, s’exprimant sur les lycées (notamment lors des blocages) et surtout dans la rue, agrégeant des tas d’autres personnes, ex-lycéennes ou déscolarisées, de tous âges (même si ce mouvement est resté « jeune » dans sa grande majorité).

Sommaire :
- Considérations préliminaires
- Chronologie du mouvement lycéen, Grenoble 2008
- Textes du mouvement lycéen
- Textes de la presse bourgeoise (dans la version PDF seulement)
- Quelques autres lectures pour aller plus loin...

17 mai 2009 - Anonyme

OTAN en emportent les black blocs

(HTML) (PDF,3 Mo) (web)

Début avril 2009 s’est tenu à Strasbourg le sommet de l’OTAN. A cette occasion, des manifestations ont été organisées, tournant à l’émeute les 2, 3 et 4 avril. La brochure présentée ici revient surtout, via un texte écrit par personnes ayant été actives parmi les black blocs, sur les événements du 4 avril.

Sommaire :

- OTAN en emportent les black blocs, notes sur la journée strasbourgeoise du 4 avril 2009
- Florilège de citations bien pensantes
- Mesures diverses
- Coût du sommet et coût des dégâts
- Dispostif policier
- La répression

16 mars 2009 - Anonyme

Bref aperçu sur de vives flammes algériennes

(HTML) (PDF,3.5 Mo)

Quelques mots sur les émeutes et autres troubles sociaux de l’année 2008 et du début de l’année 2009 qui ne cessent de traverser l’Algérie...

C’est dans ces moments d’intenses émotions collectives, que les travailleurs (avec ou sans emploi) s’extirpent d’un quotidien particulièrement apathique, que les gueux reprennent le temps de vivre à toute allure. Et le choix déterminé de l’affrontement est en soi une critique en actes de ce monde qui voudrait régir l’entièreté de nos vies – il est particulièrement revigorant de voir que la rue peut encore être cet espace politique si vif, et pas seulement ce lieu de circulation si policé où l’on voudrait nous enfermer. Puissent les flammes de l’Algérie et autres banlieues malfamées du monde réchauffer nos longs hivers…

12 mars 2009 - Venomous Butterfly et Willful Disobedience

Notes sur l’anarchisme insurrectionaliste

(HTML) (PDF,1.7 Mo) (PDF,7.5 Mo) (web)

L’anarchisme insurrectionaliste n’est pas une solution idéologique à tout les problèmes sociaux, un produit sur les étals du marché des idéologies et des opinions, mais une pratique en mouvement qui vise à mettre fin à la domination de l’Etat et à l’écoulement tranquille du capitalisme. Nous ne sommes pas à la recherche d’une société idéale fournie clé en main, ni d’une utopie consommable.

Texte original en anglais de Venomous Butterfly et Willful Disobedience, paru dans le N°2 de la revue Killing king Abacus, en 2001.
Traduction par Non Fides, 2009.
Nous nous sommes permis d’adapter quelque peu ce texte, sans toutefois ne jamais dévier de son essence.

4 janvier 2009 - Julius

Nothing to lose

(HTML) (PDF,258.2 ko) (PDF,472.6 ko) (web)

Texte écrit à chaud par un camarade français, de passage à Bristol (en Angleterre) lors des émeutes du quartier Saint-Paul en septembre 1986.

En Grande-Bretagne, malgré l’offensive de l’Etat et des défaites sérieuses comme celle de la grève des mineurs, l’esprit d’insoumission reste vivant. Aussi, quel plaisir d’être au bon endroit, au bon moment, pour prendre part aux réjouissances !

20 novembre 2008 - Éditions clandestines , C.I.A.

Manuel de sabotage

(HTML) (PDF,1.2 Mo) (PDF,4.6 Mo)

Ce manuel fut, à la base, élaboré par la CIA pour soutenir les Contras, la guérilla anti-sandiniste du Nicaragua. Ronald Reagan, ne pouvait tolérer qu’une expérience communiste se déroule dans un pays aussi proche des U$A. D’où la diffusion de ce manuel aux paysans et aux ouvriers qui devaient assurer le soutien aux Contras dans les centres urbains et ruraux en pratiquant gaiement le sabotage.
Le Nicaragua n’est plus communiste depuis longtemps, et Reagan ne sait même plus qu’il a été un jour maître du monde. En attendant, ce manuel refait surface, avec certes quelques modifications. Alors puisque les capitalistes et leurs flics ont décidé de nous mâter à coups de triques, et qu’ils veulent nous redonner le goût du travail, ce manuel de sabotage tombe à point pour leur montrer que leur société inhumaine est sur le point de s’effondrer grâce aux stratégies qu’ils ont eux-mêmes échafaudées.
Encore une fois, merci la CIA...

17 novembre 2008 - John Zerzan , Non Fides , Paula Zerzan

Qui a tué Ned Ludd ?

(HTML) (PDF,5 Mo) (PDF,3.1 Mo) (web)

Ce texte de John Zerzan, bref exposé sur les révoltes luddites du XIXe siècle en Angleterre est en fait un plaidoyer contre le syndicalisme, vu ici comme outil de la collaboration de classe dés sa naissance en Angleterre. Une partie de l’histoire du syndicalisme souvent négligée mais qui pourtant révèle sa véritable nature : sa nature d’outil du pouvoir pour détruire et saboter les luttes et la spontanéité des exploités. Il est précédé d’une introduction au texte de Non Fides et est suivi d’une chronologie orientée du syndicalisme.

23 octobre 2008 - Meeting

Le mouvement étudiant anti-CPE en région parisienne suivi de Occupations de la Sorbonne et de l’EHESS

(HTML) (PDF,465.8 ko)

Cette brochure revient sur le mouvement anti-CPE en région parisienne, et notamment sur l’occupation de l’EHESS. Elle rassemble des textes écrits juste après le mouvement, dans le cadre de la revue Meeting.

5 août 2008 - Alfredo M. Bonanno

La joie armée

(HTML) (PDF,231.8 ko)

La Joie armée a été écrite en 1977, au moment où des luttes révolutionnaires se déroulaient en Italie, il faut avoir à l’esprit la situation de l’époque pour le lire aujourd’hui.
Le mouvement révolutionnaire, y compris les anarchistes, étaient dans une phase d’extension et tout semblait possible, même une généralisation de l’affrontement armé.

Dépêche-toi de jouer.
Dépêche-toi de t’armer.

23 juin 2008 - Collectif

Compile classe... contre classe

(HTML) (PDF,1.4 Mo)

SOMMAIRE

- Textes sur les événements
Rappel des faits
Que crève la démocratie !
La rupture tranquillou
La démocratie quelle connerie
A fond la caisse
Le problème ce n’est pas la luciole mais bien la nuit
Le geste était simple, plein en lui-même
Il fallait se décider à lutter contre le système

- Textes contre la démocratie
Démocratie (définition anarchiste)
Démocratie (définition mordicante)
Des chiens de garde à plus savoir quoi en flammer
Mort à la démocratie
Discours de Durruti
La démocratie n’est pas la dictature, mais la prépare et s’y prépare
Le capitalisme moderne est sage
Réflexions sur quelques mythes électoraux
L’élection est un exercice vain
La prison

- Bibliographie

- Play list de la compile

les morceaux sont en téléchargement libre au format mp3 et ogg, ainsi que le livret avec les paroles des chansons sur le "reposito" d’internetdown.org.

8 juin 2008 - Collectif

Tibet : La rage en éclats

(HTML) (PDF,2.8 Mo) (PDF,2.8 Mo)

Visions romantiques et spiritualistes ou critiques à tout va sur la Chine sont tour à tour invoquées pour parler du Tibet. Mais force est de constater qu’elles échouent à rendre compte de la complexité de la situation. En synthétisant ici pour l’essentiel un travail de Steve Lehman et Robbie Barnett, nous espérons pouvoir faire entendre une voix moins souvent portée par les médias ou l’opinion commune, celle d’opprimé-e-s en lutte contre ce que l’on nomme trop peu souvent un fait colonial. Mais il s’agit également de redonner une cohérence autant qu’une visibilité aux résistances et aux multiples soubresauts de révoltes qui émaillent l’histoire de ce peuple. Les évènements de mars 2008 apparaissent alors comme les plus récents éclats visibles de cette rage qui, quoi qu’en disent les autorités chinoises, prouvent que la détermination des Tibétain-e-s à reconquérir leur indépendance est loin d’être anéantie.

Au sommaire :

- La politique chinoise au Tibet (bref aperçu)
- Les soulèvements tibétains
- L’essai de Robbie Barnett
- Chronologie du Tibet au XXe siècle

Nota bene : Cette brochure comportant de nombreuses illustrations, il est préférable de l’imprimer sur des photocopieurs numériques plutôt que standards, afin d’obtenir une qualité optimale.

12 mai 2008 - Collectif Libertaire Marius Jacob

Mai 68 : quelques repères historiques

(HTML) (PDF,1.6 Mo) (web)

Le texte qui suit ne constitue pas une énième analyse de Mai 68 et de ses conséquences. Il n’est pas non plus le fait d’un historien. Son seul mérite serait de mettre (ou remettre) en mémoire la trame, non exhaustive évidemment, des "événements", assortie des traits qui nous ont paru importants. Nous avons dû faire des choix…
Pour écrire ces lignes, nous avons largement fait appel à un certains nombres d’ouvrages déjà "anciens". Notre parti pris fut de valoriser le courage des révolutionnaires authentiques, de souligner les attitudes autoritaires et de ne pas minimiser les saloperies du gouvernement gaulliste et des complices de tous bords du pouvoir étatique.

Nous n’en finirions pas de citer les groupes et "catégories" dans lesquels une majorité, sinon une forte proportion d’individus, alors en grève illimitée, contestaient - hors théorie mais avec parfois une lucidité et une radicalité d’une ampleur inédite - le monde qu’il subissaient et la vie que le capital leur avait imposée ou qu’ils avaient acceptée par facilité, obéissance ou résignation, des instituteurs aux fossoyeurs, en passant par les cadres, les publicitaires, les musiciens professionnels et les footballeurs… L’heure était à l’urgence de vivre, à la contestation du travail et de toutes les hiérarchies, au « vivre sans temps mort, jouir sans entrave ».

24 avril 2008 - Balthasar Martinez

Mémoires d’un ouvrier en Espagne durant la période 1920-1940

(HTML) (PDF,324.1 ko) (Word,387.5 ko)

Balthasar Martinez raconte sa vie d’ouvrier syndiqué à la CNT avant l’éclatement de la guerre, puis son internement par le régime franquiste dans le camp de concentration de Pampelune.

Ces Mémoires ressemblent à un scénario de film. Mais c’est bien la réalité qui est décrite. Celle de la vie d’ouvriers espagnols avant le début de la guerre civile. Un témoignage édifiant sur la faiblesse de l’État Républicain qui a laissé la réaction organiser son coup d’état tout en maintenant l’exploitation des ouvriers. Un témoignage sur une conscience révolutionnaire loin des théoriciens de salon.

22 novembre 2007 - Collectif

Récits grenoblois des luttes contre le CPE et son monde (février-avril 2006)

(HTML) (PDF,7.5 Mo)

Ce recueil de textes est constitué quasi uniquement de récits écrits à chaud, à Grenoble, pendant ce qu’on a appelé le « mouvement anti-CPE ». De la toute première manif anti-CPE, le 7 février 2006, jusqu’à la fin du mouvement, avec notamment l’évacuation de la galerie des amphis (qui a été occupée pendant plus d’un mois, sur le campus universitaire de Saint-Martin-d’Hères), des récits de beaucoup de choses qui se sont passées sur Grenoble pendant ces deux mois et quelques de luttes sont proposés ici, dans l’ordre chronologique. Manif institutionnelle ou sauvage, action en petit groupe ou émeute massive, occupation de fac ou blocage de lycée, tout est raconté par des personnes qui ont participé activement à ces événements.

5 novembre 2007 - Collectif Riot Not To Work

We want to riot not to work [Brixton, 1981]

(HTML) (PDF,1.9 Mo)

" Avant 1981 la violence de masse contre la police résultait généralement de mobilisations autour de revendications spécifiques, habituellement négociées par des organisations politiques ; les armes étaient limitées pour quiconque était prêt à en venir aux mains (pavés, bouteilles, bâtons, pierres). En 1977, par exemple, quand la police a tenté de protéger la marche du Front National dans Lewisham au Sud Est de Londres, elle a attaqué les anti-fascistes ce qui a conduit à une émeute durant laquelle la police utilisa pour la toute première fois en Angleterre des boucliers anti-émeutes. En avril 1981 cependant, ces boucliers prirent feu quand les émeutiers de Brixton utilisèrent des Molotov pour la première fois comme arme de rue. Cette émeute, et la vague nationale qui suivit trois mois après, sont issues d’un conflit de longue date avec la présence policière comme telle, et non d’une demande de négociation pour une issue « politique » au conflit. "

Sommaire :
1. "C’était ce qu’il fallait faire"
2. La classe impossible
3. De l’attaque à la défense à...

16 octobre 2007 - Mademoiselle C

Pour une Internationale voyoute

(HTML) (PDF,490.7 ko) (web)

Ce texte a été rédigé à la suite des émeutes qui ont eu lieu à Genève lors des manifestations organisées contre l’Organisation Mondiale du Commerce, en mai 1998.

Reprenant diverses citations anti-émeutières significatives, issues des médias suisses, Mademoiselle C enchaîne en appelant à une délinquance révoltée et assumée.

11 octobre 2007 - Collectif

Anthologie de la subversion carabinée

(HTML) (PDF,995.8 ko) (PDF,676.1 ko)

Textes extraits de l’Anthologie de la subversion carabinée de Noël Godin, publiée en 1988 par l’éditeur L’Age d’Homme.

Sommaire :
Les arnaques robinhoodesques
Les coups d’wassingue de la racaille
Les enfants terribles
Flamme-flamme
Les furies tumultuaires
Les guérilleros de la farce-attrape
Les jacqueries vampiriques
Les martins-pêcheurs du sabotage
Les révoltes espatrouillantes
Tracts saccageurs
Les parfaits voyous

18 mars 2007 - Un « Incontrôlé » de la Colonne de Fer

Protestation devant les libertaires du présent et du futur sur les capitulations de 1937

(HTML) (PDF,829.3 ko)

Cet appel d’un milicien anarchiste inconnu, appartenant à la fameuse « Colonne de Fer », paraît bien être, jusqu’à ce jour, l’écrit le plus véridique et le plus beau que nous ait laissé la révolution prolétarienne d’Espagne. Le contenu de cette révolution, ses intentions et sa pratique, y sont résumés froidement, et passionnément. Les principales causes de son échec y sont dénoncées : celles qui procédèrent de la constante action contre-révolutionnaire des staliniens relayant, dans la République, les forces bourgeoises désarmées, et des constantes concessions des responsables de la C.N.T-F.A.I. (ici amèrement évoqués par le terme « les nôtres ») de juillet 1936 à mars 1937.

25 février 2007 - H.S.

Bangladesh, une révolte ouvrière

(HTML) (PDF,565 ko)

Révolte ouvrière dans un de ces pays d’Asie où les conditions d’exploitation et de survie ne sont plus supportables... Où l’on en vient à incendier l’usine elle-même...

Texte tiré de Echanges et Mouvement (http://mondialisme.org)

8 février 2007 - A. Vega , Cajo Brendel

17 juin 1953, insurrection ouvrière en Allemagne de l’Est

(HTML) (PDF,1.6 Mo)

Les 16 & 17 juin 1953 éclate une insurrection ouvrière à Berlin-Est, qui se répand rapidement dans toute l’Allemagne de l’Est.
A l’origine : des ouvriers du bâtiment qui travaillent sur la Stalinallee et qui dénoncent l’augmentation des cadences dans les usines et les chantiers, à salaire constant.

Un des événements majeurs du xxème siècle, où le capitalisme d’Etat du "bloc de l’Est" perd, aux yeux de beaucoup, sa façade dite "communiste"...

sommaire
1/ Emeute à Berlin. Les journées de Berlin-Est racontées par des anarchistes qui y prirent part. Contre-courant n°11, 1953.
2/ L’insurrection ouvrière en Allemagne de l’Est. Lutte de classe contre le bolchevisme. Cajo Brendel, Echanges & Mouvement, 1980.
3/ Signification de la révolte de juin 1953 en Allemagne Orientale. A. Vega, Socialisme ou Barbarie n°13, mars 1954.

6 novembre 2006 - Jaime Semprun

Apologie pour l’insurrection algérienne

(HTML) (PDF,1 Mo)

Ce texte retrace les événements survenus en Kabylie et dans le reste de l’Algérie au printemps 2001. Ce mouvement populaire né de l’insurrection de la jeunesse kabyle face aux meutres de plusieurs lycéens par l’Etat et ses milices fut rejoint par une vaste partie de la population et donna naissance à des tentatives locales de démocratie directe en opposition frontale avec le pouvoir et les manoeuvres des islamistes.

9 septembre 2006 - Pierre Kropotkine

La Commune de Paris

(HTML) (PDF,1 Mo) (web)

Pierre Kropotkine revient dix ans après sur les événements de la Commune de Paris afin de tirer les enseignements de ses réussites et de ses échecs.

23 juillet 2006 - Collectif

Seattle, 30 novembre 1999

(HTML) (PDF,120.4 ko) (web)

Retour sur les émeutes de fin novembre 1999 qui ont eu lieu à Seattle à l’occasion d’un sommet de l’Organisation Mondiale du Commerce...

Au sommaire :
- Communiqué du black bloc du 30 novembre à propos de Seattle, par le collectif ACME
- Seattle : point de vue anarchiste radical, par un groupe d’intellectuels activistes
- Déclaration de solidarité avec le "Black bloc anarchiste" de Seattle, par l’Initiative pour une Fédération des communistes libertaires du Nord-est
- Solidarité avec les anarchistes arrêtéEs à Seattle, par Seattle Legal Defense
- Pourquoi il faut toujours manifester masqué, texte anonyme

2 mai 2006 - Les enragé-e-s ouvrent le bal

Le CPE, une goutte d’eau dans un lac de rage

(HTML) (PDF,2.5 Mo) (PDF,2.4 Mo) (PDF,2.5 Mo) (PDF,2.5 Mo) (PDF,2.4 Mo) (PDF,2.5 Mo)

Texte issu du mouvement dit anti-CPE à Grenoble, posant quelques réflexions sur :
- La violence comme moyen de se faire entendre
- L’illégalité comme conséquence de la désobéissance
- Des médias et de l’orientation des luttes sociales

« En nuisant à la police et plus largement aux tenants du maintien de l’ordre, nous sortons de la résignation et de l’impuissance habituellement ressenties. Destructions et transformation de la ville pacifiée en lieu d’émeute sont synonymes de création (...). Nous avons tou-te-s plus ou moins conscience que vivre dans un monde que nous choisirions devient impossible sans la destruction complète du monde actuel. Ainsi, lorsque nous détruisons ce qui nous opprime, nous participons à ouvrir les brèches qui nous permettent de créer de nouveaux rapports sociaux. »

Ici, le même texte, traduit en allemand...
Et , le même texte, traduit en anglais.

3 novembre 2005 - Sébastien Schifres

La mouvance autonome en France de 1976 à 1984

(HTML) (PDF,1.6 Mo) (PDF,692.1 ko) (PDF,1.7 Mo) (PDF,739.7 ko)

La mouvance autonome est en France une composante généralement méconnue de l’extrême-gauche. Si elle a fait une apparition assez médiatisée entre 1977 et 1979, la forme groupusculaire sous laquelle elle a survécu jusqu’à aujourd’hui l’a fait relativement tomber dans l’oubli. Il est vrai que parler de mouvance autonome en France après 1979 est controversé. Pour beaucoup d’autonomes de cette époque, le mouvement est définitivement mort peu après la manifestation du 23 mars. Pourtant, les formes de survivance sont multiples, en particulier dans les squats parisiens ou dans des apparitions de type émeutières. Le Centre Autonome Occupé (1983-1984), le Réseau Autonome Parisien de 1990, l’Assemblée de Jussieu de 1998, ou plus récemment les Black Block dans le mouvement altermondialiste témoignent de cette survivance. Mais cette analyse historique est critiquée par ceux qui préfèrent insister sur les différences entre les mouvements et les époques.

Texte tiré d’un mémoire universitaire de maîtrise lisible sur http://sebastien.schifres.free.fr.

Nous proposons une tétralogie de brochures (mémoire, entretiens vol. 1 & 2, et une chronologie) qui peuvent se lire séparément, mais qui se complètent bien l’une l’autre...

30 octobre 2005 - Fabrizio Calvi

Chronologie de six mois de révolte en Italie 77

(HTML) (PDF,306.9 ko)

En Italie, au printemps 77, l’histoire s’est embrasée. C’est l’explosion du mouvement des emarginati marquant une avancée sans précédent de la guerre sociale. Un formidable mouvement de révolte parcourt la péninsule. Les indiens métropolitains prennent le sentier de la guerre. Le vent d’illégalisme se transforme en ouragan. Les untorelli se lancent au pas de charge à l’assaut du ciel. Le camarade P.38 fait une apparition remarquée dans les cortèges insurrectionnels de Autonomia Operaia, à Rome et à Milan. En voici la chronologie...

18 juin 2004 - Collectif

Pour que ce juillet-là redevienne une menace

(HTML) (PDF,401.3 ko) (web)

Un petit recueil de textes revient, trois ans après, sur les émeutes de Gênes en juillet 2001, et sur le procès qui a commencé le 2 mars 2004 contre 26 manifestant-e-s accusé-e-s de « dévastation et pillage ». Trouvé sur le site de l’APA (informations sur des prisonnier-e-s politiques).

8 décembre 2003 - Collectif

L’Union émeutière contre l’Union européenne

(HTML) (PDF,227.7 ko)

"Nice 2000" se lance dans un récit des manifs et actions qui ont eu lieu les 6, 7 et 8 décembre 2000 à Nice.

Le "communiqué de l’Union Emeutière sur les actions directes menées à Nice le 7 décembre 2000" revendique les « violences » commises lors du contre-sommet niçois.

8 décembre 2003 - Collectif

Evian 2003 : Il faut éliminer le G8 (mais pas seulement)

(HTML) (PDF,444.8 ko) (PDF,2.8 Mo)

Une intro par Zanzara athée, un extrait du texte anonyme "Contre-sommet du G8 à Evian : Du gaz dans l’eau minérale et de l’eau dans le vin rouge (et noir)...", "Le G8 vu de Lausanne - Des questions à propos de la violence" par Direct !, "Manifs anti-G8 à Lausanne : face aux mensonges médiatiques, des blacks & pinks témoignent et revendiquent", "Houmos attack !" par le Houmos bloc, communniqué de presse du Simili black bloc ("Deux vitrines cassées et tout s’écroule ?"), etc.

11 septembre 2003 - Anonyme

Black Bloc(s), au singulier ou au pluriel... mais de quoi s’agit-il donc ?

(HTML) (PDF,618.6 ko)

Qu’est-ce qu’un black bloc ? Voici un historique, axé sur le renouvellement de cette pratique, notamment en Amérique du Nord, depuis les années 1990 jusqu’à l’été 2000 (en passant, bien sûr, par les journées de Seattle en 1999).

7 juin 2003 - Attila Kotànyi , Guy Debord , Raoul Vaneigem

Sur la Commune

(HTML) (PDF,202.6 ko)

L’Internationale situationniste revient sur les échecs et les réussites de la Commune de Paris de 1871.

14 février 2003 - Collectif

Des black blocs pas vraiment sans Gênes...

(HTML) (PDF,1.3 Mo) (PDF,751.8 ko) (PDF,751.7 ko)

Sur le contre-sommet de juillet 2001 à Gênes :
- "Introduction" par Zanzara athée
- "Blindés, frontières fermées, armée dans les rues... Voilà la Démocratie !" par Eleonora
- "Déclaration d’activistes du black bloc"
- "Communiqué d’un groupe affinitaire actif au sein d’un black bloc lors de la journée d’actions et de la manifestation des 20 et 21 juillet 2001 à Gênes"
- "Lettre de l’intérieur du black bloc" par Mary Black
- "Critique du mouvement "anti-mondialisation" : Gênes : lutte de classe ou marché du militantisme ?" par P.R.O.L.
- Bibliographie
- Glossaire