AUTEURS

Nick Riotfag

11 novembre 2017 - Nick Riotfag

Mon Edge est tout sauf Straight : vers une critique queer radicale de la culture de l’intoxication

(HTML) (PDF,453.6 ko) (PDF,397.4 ko) (PDF,197.4 ko) (PDF,546 ko) (PDF,531.8 ko)

"J’ai toujours été intentionnellement sobre depuis que j’ai commencé à aller à des concerts punks lorsque j’avais 14 ou 15 ans, et j’ai toujours vu ma sobriété non comme une préférence personnelle mais comme une revendication sociale et politique, bien que je me sois toujours senti ambivalent au sujet de l’identité straight-edge, une des principales raisons étant que je m’identifie fortement aussi comme queer (...). D’un côté, je n’ai pas ressenti beaucoup d’espace pour être moi-même queer dans la plupart des scènes punk/hardcore, et la réputation hyper-masculine du straight-edge me rebute profondément. De l’autre côté, j’ai affronté beaucoup d’exclusion au sein des scènes queer en raison de ma sobriété.
Avec cet article je tente de réconcilier ces parties de moi-même, me demandant comment je pourrais rester accrochéE à l’
edge tout en me débarrassant du straight. J’espère que cela provoquera des conversations et débats à propos des drogues, de l’alcool, des communautés queer, du straight-edge, des politiques radicales, et sur les manières dont nous pouvons transformer notre société."

Sommaire :
- Le straight-edge est-il sexy ? Straight-edge, sexualité, et identité queer
- La consommation d’alcool dans les communautés queer
- Sexe, intoxication, et homophobie intériorisée
- La consommation de drogues dans les communautés queer
- Queer edge : construire une passerelle entre la culture queer et le straight-edge
- Vers une critique queer radicale de la culture de l’intoxication

11 décembre 2013 - Nick Riotfag , p.

Consentement : un truc... de pédé ?

(HTML) (PDF,7.3 Mo) (PDF,7.3 Mo) (PDF,644.9 ko) (PDF,654.5 ko) (PDF,1.5 Mo)

Cette brochure aborde la question du consentement à partir du point de vue et du vécu de garçons qui couchent avec d’autres garçons. Elle a l’intention d’en montrer les spécificités et les enjeux particuliers en même temps qu’elle insiste sur l’importance de se sentir concerné personnellement par cette question (du consentement) quand on est gay/pédé.
Elle est composée par deux textes qui partent de vécus personnels : une traduction de l’anglais du texte "Positive consent for dudes who get it on with dudes", suivie par un deuxième texte qui revient plus sur des histoires de constructions sociales de genre et de rapports de domination.