THEMES

Environnement

8 octobre 2016 - Mauvaise Troupe

NO TAV/ZAD Entretien n°11

(HTML) (PDF,3.3 Mo) (PDF,3.3 Mo)

«  La Credenza n’est pas un restaurant normal. C’est un restaurant, mais c’est aussi une association, un point de rencontre et d’accueil et c’est devenu un lieu d’élaboration politique. Tu dois être au milieu des gens, et donc pendant que tu manges une pizza, tu peux discuter. [...] Nous l’avons appelée la Credenza, c’est-à-dire à la fois le buffet que l’on trouve dans les cuisines et la croyance. C’est une référence à la règle des Dolciniens qui disait : "de chacun selon ses possibilités, à chacun selon ses besoins."  »

Entretien réalisé en plusieurs fois, entre la fin 2014 et le printemps 2016, pour transmettre un morceau de la lutte contre le TGV Lyon-Turin en val de Suse.

6 octobre 2016 - Mauvaise Troupe

ZAD/NO TAV Entretien n°10

(HTML) (PDF,2.1 Mo) (PDF,2.1 Mo)

"Il y a un combat à mener, on est une pièce de ce combat. Une pièce qui ne doit pas lâcher, donc on ne lâchera pas. Si dans six mois les CRS nous viraient et mettaient les vaches à la route, si ça se passait comme ça, on verrait combien ça leur coûterait politiquement en face. Je ne pouvais pas dire ça en janvier 2012, mais aujourd’hui je peux le dire. On pleurerait peut-être ce jour-là, mais on ne serait pas mis en morceaux, on aurait juste passé des moments difficiles et on aurait fait ce qu’on avait à faire."

Entretien réalisé en janvier 2015 au Liminbout, hameau de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, chez Marcel et Sylvie.

5 octobre 2016 - Mauvaise Troupe

ZAD/NO TAV Entretien n°9

(HTML) (portfolio) (PDF,1.6 Mo) (PDF,1.6 Mo)

"Pour moi, la volonté du long terme, ça vient de ma vie en squat, d’en avoir marre de devoir tout recommencer tout le temps, changer de quartier, de collectif, de ville, toujours tout reconstruire. Ça fait que quand je suis arrivée ici c’était avec l’idée que si j’y mettais les pieds c’était pour au moins dix ans."

Entretien réalisé en mai 2015, sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, dans la cabane de Jeanne, en présence de son amie Lætitia.

4 octobre 2016 - Mauvaise Troupe

ZAD/NO TAV Entretien n°8

(HTML) (PDF,1.1 Mo) (PDF,1.1 Mo)

«  Quand j’étais petit, mon voisin, il me disait : "Tu verras, là y’aura des avions, on ira les visiter avec l’école et ça sera la classe !"  »

Entretien réalisé sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes en février 2015, autour d’un cubi de vin blanc.

3 octobre 2016 - Mauvaise Troupe

NO TAV/ZAD Entretien n°7

(HTML) (PDF,2.8 Mo) (PDF,2.8 Mo)

"Je ne veux pas perdre ce que nous avons acquis jusqu’à aujourd’hui, je ne veux pas retourner au divan et à la télévision, et aux cartes au bar pour passer le temps en attendant la mort. La vie je veux la vivre jusqu’à la fin, et je la vis en luttant, pas en attendant là. Voir tant d’octogénaires de la vallée marcher, faire des kilomètres, participer à la lutte, être présents, construire, ça montre que c’est bon pour la santé, pour bien vivre le troisième âge !"

Entretien réalisé en italien en octobre 2014 à Bussoleno, pour transmettre un morceau de la lutte contre le TGV Lyon-Turin en val de Suse.

2 octobre 2016 - Mauvaise Troupe

ZAD/NO TAV Entretien n°6

(HTML) (PDF,2.6 Mo) (PDF,2.6 Mo)

« Je me souviens un peu du coup de téléphone. Le pote avec qui j’étais venu m’a dit : "Eh ça te dit pas qu’on aille habiter sur la ZAD ensemble ?" et je lui ai répondu : "Ben attends, t’es mignon je quitte pas ma vie du jour au lendemain".
Là j’ai fait le bilan de ma vie et en fait ma vie c’était un projet de cuisine itinérante alors, que j’habite ici où là-bas, ça changeait pas grand chose. Je vivais dans un appart’ qui ne me coûtait presque rien et que je pouvais quitter facilement. J’ai fini par dire que je le rappelais le lendemain ou dans deux jours le temps de faire le point. En fait j’ai rappelé au bout de 15 minutes : "C’est bon, on se retrouve dans deux jours sur la ZAD."  »

Entretien réalisé en février 2015, au dôme de Bollywood, en centre ZAD à Notre-Dame-des-Landes.

1er octobre 2016 - Mauvaise Troupe

NO TAV/ZAD Entretien n°5

(HTML) (PDF,3.5 Mo) (PDF,3.5 Mo)

"Moi, c’est pas pour faire l’héroïne, mais j’habitais encore à Asti à ce moment-là. Le soir à neuf heures, je mettais les petites au lit, je partais, et après une heure et demie de route, je venais passer la nuit ici, et à six heures du matin je repartais, car à sept heures les petites se réveillaient. Après quatre jours, je n’arrivais même plus à parler tellement j’étais crevée. Mais ici je me sentais bien, loin je me trouvais inutile. Il fallait que je vienne aider. Je dis toujours que la meilleure pizza que j’aie mangée, c’est celle que j’ai réchauffée une de ces nuits sur des restes de barricades enflammées."

Entretien réalisé en avril 2015, chez Alice à Bussoleno, pour transmettre un morceau de la lutte contre le TGV Lyon-Turin en val de Suse.

1er octobre 2016 - Mauvaise Troupe

ZAD/NO TAV Entretien n°4

(HTML) (PDF,1.7 Mo) (PDF,1.7 Mo)

« C’était le jour où il y avait le bordel dans la forêt de Rohanne. Et ce que j’y ai vu, la violence des flics, ça m’a énervée propre et net. Et depuis ça n’a pas arrêté de m’énerver. Ça ne m’a pas lâchée, ce jour-là je me suis dit : "Non mais faut faire quelque chose". Du coup, comme il y avait eu l’annonce dans le journal qu’il y avait un comité de soutien qui se créait à Blain... »

Entretien réalisé en présence de Jill, habitante de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, dans sa cabane, en février 2015.

29 septembre 2016 - Mauvaise Troupe

NO TAV/ZAD Entretien n°3

(HTML) (PDF,1.8 Mo) (PDF,1.7 Mo)

"Un presidio c’est bien si tu veux faire la fête, pour manger, mais le vrai presidio ne doit pas avoir de toit, ne doit pas avoir d’adresse, le presidio c’est nous quatre, là, où que nous soyons, si on a un cœur qui bat et qu’on est contre le système. Le presidio c’est le ciel, c’est nous, et les presidi disparaîtront si notre envie de continuer à nous battre disparaît."

Entretien réalisé en avril 2015, sur le marché de Sant’Ambrogio, pour transmettre un morceau de la lutte contre le TGV Lyon-Turin dans le val de Suse.

28 septembre 2016 - Mauvaise Troupe

ZAD/NO TAV Entretien n°2

(HTML) (PDF,3.2 Mo) (PDF,3.2 Mo)

"Les naturalistes et les punks, ce sont deux univers qui ne se rencontrent pas souvent, encore que je me sente finalement assez punk."

Entretien réalisé début mars 2015 à Bollywood, ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

27 septembre 2016 - Mauvaise Troupe

NO TAV/ZAD Entretien n°1

(HTML) (PDF,3.6 Mo) (PDF,3.6 Mo)

« Alors je commence à laisser mes compagnons de cellule, mais je te jure que ça me plaisait pas parce qu’on était... Ce détenu et moi, on espérait tous les deux sortir, alors j’ai commencé à saluer les uns et les autres, à un moment on entend crier : "Nucera, tu veux sortir ou rester là ?", et je réponds : "vous m’avez emmené ici, vous m’avez fait rencontrer plein d’amis et maintenant vous voulez me chasser dehors sans que je les salue ! Si vous voulez fermer les cellules, fermez-les, je resterai encore une nuit ici, mais je dois tous les saluer avant de m’en aller." »

Entretien réalisé le 14 avril 2015 au bar de Bussoleno, pour transmettre un morceau de la lutte contre le TGV Lyon-Turin en val de Suse.

9 juillet 2016 - Collectif

Décomposition

(HTML) (PDF,4.1 Mo) (PDF,3.5 Mo)

Parce que l’horreur de la civilisation présente se trouve dans son caractère totalitaire, dans l’infinité de formes sous laquelle elle se présente et de chemins sinueux où elle se duplique. C’est un monstre à combattre de l’intérieur car ses entrailles putréfiées constituent la cage dont nous devons nous échapper.

Sommaire :
- Introduction (par Breakdown, 2016)
- Playlist
- Pourquoi être anti-civ (paru dans "Why anti-civ ? A short introduction to green anarchism", 1990s)
- Civilisation et Effondrement (par Ainle, dans "Actualising collapse", 2015)
- Conquête patriarcale et civilisation industrielle (par Brent Taylor, dans "War on Patriarchy, War on the Death Technology", 1990s)
- Contre le cauchemar genré, fragments sur la domestication (par Bæden, extrait traduit de "Bæden 2, a queer journal of heresy", 2014)

3 août 2015 - Dwight Macdonald

La Bombe

(HTML) (PDF,1 Mo) (web)

« Si certains éléments humains se révoltent contre leurs rôles, ils seront remplacés par d’autres plus souples et leur révolte signifiera qu’ils sont tout bonnement écartés sans que rien ne change au fond. Les marxistes affirment que cela doit en être ainsi jusqu’à ce que se produise un changement révolutionnaire, mais un tel changement n’a jamais semblé aussi éloigné. Alors, que peut faire aujourd’hui un homme ? Comment peut-il éviter de tenir son rôle dans ce processus fatal ?

Tout simplement en refusant de le tenir. »

Dwight Macdonald.

Extrait de Politics, septembre 1945.

25 mai 2015 - André Gorz

L’idéologie sociale de la bagnole

(HTML) (PDF,238.5 ko) (PDF,240.4 ko)

Texte publié dans la revue Le Sauvage en septembre-octobre 1973, mais d’une actualité étonnante quant à la place de la bagnole dans nos vies et dans nos villes.

26 avril 2013 - André Dréan

Campagnes à vendre

(HTML) (PDF,796 ko)

Dans le passé, la France a été l’État le plus centralisé d’Europe, dont la grande majorité de la population était composée de paysans parcellaires. Mais, n’en déplaise aux nostalgiques, le capitalisme a depuis longtemps modifié la structure de la société campagnarde. Elle n’a plus grand-chose à voir, sauf parfois dans quelque vallée enclavée de haute montagne, avec les images d’Epinal. Deux guerres mondiales, puis l’accumulation forcenée du capital dès les années 50, sous l’égide de l’Etat et par le biais des plans d’aménagement du territoire national, l’ont labourée en profondeur.

21 avril 2013 - Anonyme

On nous appelle « les paysans »

(HTML) (PDF,460.5 ko) (web)

Nous sommes restés terrés à la campagne ou bien nous sommes partis loin du béton des villes.
Nous avons refusé d’être esclaves d’un boss..., mais nous sommes restés serviles car intégrés à ce système que l’on ne peut fuir.

Nous avons cherché un bout de terre, parce que nous n’étions pas (tous) nés avec. Toutes les terres sont sous le régime de la Propriété Privée. Il en est qu’elle délaisse et que le temps valorise pour la spéculation, d’autres qu’elle loue, d’autres qu’elle vend.

Nous avons signé de moches baux qui nous engagent à payer régulièrement cette terre que nous nourrissons et qui nous nourrit.
Nous avons dépensé notre sueur et économisé pour payer un lopin. Il nous a fallu garantir et emprunter, et il nous faut désormais rembourser pour bonifier l’action Crédit Agricole. Nous sommes devenus propriétaires de quelques ares difficilement lâchés par ceux qui ne les comptent plus, nous sommes intégrés à la Propriété en restant propriété de l’Argent et de ceux qu’il engraisse.
Bulletin de contre-info en Cévennes n°10, mars 2010.

28 octobre 2012 - Collectif libertaire anti-nucléaire amiénois

Le vent nous porte sur le système

(HTML) (PDF,452.1 ko) (PDF,11.4 Mo) (web)

De tous les tangibles désastres générés par le capitalisme industriel, le dérèglement climatique peut apparaître à la fois comme son aboutissement et son emblème. Le système capitaliste, en effet, aura à peu près tout investi et tout dévasté dans le monde, jusqu’au temps qu’il fait. Ce dérèglement climatique, étroitement lié à la consommation croissante de combustibles fossiles (pétrole, charbon, gaz naturel), suscite un engouement médiatique à la mesure de ses dégâts manifestes. Politiciens, hommes d’affaires, scientifiques lanceurs d’alertes, experts écologistes nous somment de rejoindre leur union sacrée, censée nous préserver durablement de la catastrophe tout en nous épargnant le sacrifice de ce mode de vie « non négociable », au premier rang duquel se tient fièrement notre consommation d’électricité (celle-ci a triplé en France entre 1973 et 2005, et on en peut mesurer tous les jours les incomparables « bienfaits », s’agissant de notre vie personnelle et sociale).
Collectif libertaire anti-nucléaire amiénois, juillet 2009

3 août 2012 - Guy Debord

La planète malade

(HTML) (PDF,639.8 ko) (PDF,101.5 ko) (web)

La « pollution » est aujourd’hui à la mode, exactement de la même manière que la révolution : elle s’empare de toute la vie de la société, et elle est représentée illusoirement dans le spectacle. Elle est bavardage assommant dans une pléthore d’écrits et de discours erronés et mystificateurs, et elle prend tout le monde à la gorge dans les faits. Elle s’expose partout en tant qu’idéologie, et elle gagne du terrain en tant que processus réel.
Guy Debord, 1971.

14 juin 2012 - Alliance pour l’opposition à toutes les nuisances

Relevé provisoire de nos griefs contre le despotisme de la vitesse à l’occasion de l’extension des lignes du TGV

(HTML) (PDF,923.8 ko) (web)

« Nombre d’arguments sensibles autrefois utilisés contre les premiers trains peuvent l’être aujourd’hui, à bien meilleur escient encore, contre le TGV. D’autant plus que son implantation ne comporte cette fois aucune contrepartie ; au contraire, elle contribue à un nouvel enclavement de régions entières, à la désertification de ce qu’il reste de campagne, à l’appauvrissement de la vie sociale. Et ce n’est pas dans la classe dominante, où tout le monde désormais travaille d’arrache-pied et joue des coudes pour rester dans la course économique, que l’on se risquera à juger tout cela à partir de goûts personnels, sans parler d’avancer quelque vérité historique que ce soit. Il faut donc qu’à l’autre pôle de la société des individus que ne presse aucun intérêt carriériste d’aucune sorte, pas même en tant que "contre-experts" ou opposants officiels, se chargent d’énoncer toutes les bonnes raisons, tant subjectives qu’objectives, de s’opposer à cette nouvelle accélération de la déraison. L’alliance qu’ils ont formée pour publier ce texte aura sans aucun doute d’autres occasions de se manifester et de s’étendre. »
Alliance pour l’opposition à toutes les nuisances, 1991

16 avril 2012 - Collectif

Servitude écologique

(HTML) (PDF,732.4 ko) (web)

Comme la plupart des idéologies, l’écologisme tente de tout ramener à un problème de mauvaise gestion et évite de toucher aux réelles causes des problèmes. Jamais ses défenseurs ne font le lien entre comment les hommes sont traités et comment tout ce qui les entoure est traité. Comme toute idéologie, l’écologisme sépare toutes les questions, refuse de voir la cohérence qui existe entre l’exploitation de l’homme par l’homme et l’exploitation de la “nature” par l’homme. C’est pourtant le même rapport de domination, d’exploitation, de destruction.

14 mars 2012 - Roger Belbéoch

Société nucléaire

(HTML) (PDF,815.9 ko) (PDF,731.4 ko)

« L’adoption de l’énergie nucléaire tant civile que militaire et sa mise en œuvre rapide se placent dans la logique du développement industriel. Elle mène cette logique jusqu’à un point limite qui confère à cette société certains caractères particuliers permettant de parler de société nucléaire. Que celle-ci s’instaure ou non dépend de forces antagonistes qui freinent ou accélèrent le processus. »

1er octobre 2011 - Anonyme

Gaz de schiste : scénario pour un gazage programmé

(HTML) (PDF,272.9 ko) (PDF,279.4 ko)

« Moins de six mois après le début de la contestation organisée contre l’exploitation des gaz de schiste, il semble déjà y avoir quelque chose comme une opposition « officielle ». Ce qui avait inquiété l’Etat au début de la mobilisation, à savoir son caractère populaire et donc imprévisible, est en train de s’étioler. Ça se bureaucratise. Il y a des colères qui se perdent. On parle d’un nouveau Larzac, puis on retourne au Parlement européen. On fait mollement des réunions d’information où on n’ose trop rien dire, de peur que ça ne soit pas dans la ligne…
Et après tout, si ça pouvait se régler comme ça, pourquoi pas ? Tant que ça marche… Mais la question est que non seulement ça ne marche pas, mais que l’Etat est en train de retourner ses propres armes contre la contestation. Qu’encore une fois, ils vont faire servir la loi contre les gaz de schiste à l’acceptation des gaz de schiste. Créer des réglementations qui feront accepter ce qu’on réglemente, alors qu’on n’en voulait tout simplement pas. Et ainsi de suite : on connaît la chanson. C’est celle du Grenelle, du développement durable, du partenariat et de la cogestion sous toutes ses formes…
 »

Contact : gasbull [AT] voila [.] fr

27 mars 2011 - André Dréan

Comme dix mille soleils

(HTML) (PDF,88.9 ko) (PDF,95.7 ko)

« La production nucléaire est devenue, en France plus qu’ailleurs, partie intégrante de la survie quotidienne. Nul citoyen n’y échappe comme consommateur. Et leur simple angoisse, en général refoulée, des catastrophes nucléaires ne fera pas le printemps de la subversion s’ils ne remettent pas en cause eux-mêmes, pour eux-mêmes, leur condition d’ilotes du capital. Le bluff et les gesticulations de quelques spécialistes de l’intervention spectaculaire ne leur seront d’aucun secours. Plus que jamais, il est impossible de combattre le nucléaire sans combattre la société qui lui a donné naissance, sans rompre sans retour avec les réformateurs des lobbies écologistes. Toute tentative de subversion du monde nucléarisé doit reprendre les choses là où elles ont été abandonnées, reprendre les questions laissées en suspens. Ainsi, il est impossible de se contenter de l’ancienne contestation de l’énergie nucléaire mais, à travers elle, de pousser la critique plus loin, vers la remise en cause du monde de l’énergie lui-même [...] »

27 mars 2011 - Roger Belbéoch

Les comprimés d’iode

(HTML) (PDF,46.9 ko) (PDF,53.1 ko)

« La décision de distribuer des comprimés d’iode stable au voisinage des centrales nucléaires françaises a donné lieu à des commentaires d’experts médicaux très proches du lobby nucléaire, pour qui seuls les iodes radioactifs auraient des effets néfastes sur la santé (du moins, c’est ce qu’ils prétendent dans les médias). Ainsi, en prenant ces comprimés d’iode stable, en cas d’accident grave, la population serait totalement protégée. »

Texte extrait de la Lettre d’information du Comité Stop Nogent-sur-Seine, n° 77 (Septembre 1997).

27 mars 2011 - anonymes

La java atomique

(HTML) (PDF,106.2 ko) (PDF,115.6 ko)

« Le terme démantèlement est d’abord un terme fourre-tout qui cache des réalités disparates. S’il y a des cas où il signifie "fermeture" d’installations nucléaires civiles ou militaires, dans bien d’autres, il n’est en fait qu’une "rénovation" pour faire durer plus longtemps un parc nucléaire vieillissant, ou encore une "adaptation" à une nouvelle donne économique et politique. »

8 mars 2009 - Collectif contre la société nucléaire

Notes sur l’écologisme d’État et le capitalisme vert

(HTML) (PDF,295.1 ko)

Si l’on critique le Grenelle de l’environnement aujourd’hui ou que l’on se bat contre les THT, par exemple, c’est pour tenter de soulever un peu, avec nos peu de forces et sans trop d’illusions, toute la merde qui est derrière. Nous prenons la peine et le temps de nous arrêter sur ce Grenelle du conditionnement alors qu’il est déjà loin dans l’actualité médiatique car nous refusons tout ce qu’il porte de résignation, de mensonge, de séparation et, déjà, de matraque. Parce qu’il va nous être décliné dans les prochaines années, pour les autres questions séparées qui constituent les agendas des techniciens du pouvoir : Grenelle du logement, Grenelle de la précarité, Grenelle des banlieues, Grenelle de l’insertion... Parce ce qu’il sanctionne la mise en place de formes de despotisme aggravé, à l’échelle mondiale, justifiées comme toujours par la protection que l’État est censé apporter aux individus en échange de leur subordination.

22 février 2009 - Quelques révoltés métropolitains

A toute allure. La lutte du Val Susa contre le TGV Lyon-Turin

(HTML) (PDF,2.5 Mo) (PDF,2.1 Mo)

De 1996 à fin 2005, état des lieux de la lutte, toujours en cours, menée en Italie contre le TGV Lyon-Turin.

Sabotages, manifestations, blocages, occupations, actions directes, textes critiques, etc.

30 novembre 2008 - Les ateliers permanents

Friteuse Magazine - Spécial Filtration, trois recettes faciles

(HTML) (PDF,579.3 ko) (PDF,617.2 ko)

Cette petite brochure sur des restitutions d’expériences sur la filtration des huiles végétales recyclées n’est pas exhaustive.

Elle représente quelques techniques simples et efficaces qui ont fait leurs preuves.

Elle se veut aussi entrer en complément des brochures déjà existantes, en particulier de « Mécanique des fleurs » dans sa dernière édition diffusée par le réseau Pétales.

Ce qui est génial dans l’aventure huileuse, c’est qu’il y a autant de méthodes de filtration que d’utilisa-teurs-trices. C’est pourquoi ce petit bout de papier doit être pris plus comme un guide de recettes de cuisine accessible à tou-te-s que comme une bible pompeuse.

Si tu trouves ça trop nase, tu peux toujours t’en servir pour allumer un feu, en l’imbibant d’huile au préalable, ou participer à son amélioration.
Si tu kiffes, alors photocopie, diffuse, mais surtout mets les mains dedans, essaie, améliore les recettes.

26 août 2008 - Kirkpatrick Sale

Le Mythe du Progrès

(HTML) (PDF,5.5 Mo) (PDF,3 Mo) (web)

Supposons que nous sommes sur un train du progrès, roulant en avant toute selon la méthode approuvée, alimenté par la croissance rapace et l’épuisement des ressources et encouragé par des économistes grassement récompensés. Et si nous découvrons alors que nous nous dirigeons vers le désastre certain d’une chute brutale à seulement quelques kilomètres de la fin des rails, devant un gouffre infranchissable ? Accepterons nous le conseil des économistes de mettre plus de carburant dans les moteurs pour continuer à une vitesse toujours plus élevée, probablement dans l’espoir de produire une pression assez forte pour nous faire atterrir sans danger de l’autre côté du gouffre ; ou nous précipiterons nous sur les freins pour stopper le train aussi rapidement que possible en faisant grincer les roues et tomber les bagages ?

Le progrès est le mythe qui nous assure que "en avant toute" n’a jamais tort. L’écologie est la discipline qui nous enseigne que c’est un désastre.

21 décembre 2007 - Theodore Kaczynski

La nef des fous

(HTML) (PDF,551.1 ko)

Par cette petite fable écrite en 1998, Theodore Kaczynski (aka Unabomber) invite à la réflexion sur la parcellisation des luttes qu’il opposerait à une vue plus globale de l’état "catastrophique" du monde. Il suggère également le dépassement de la lutte revendicative par la pratique sans concession de l’action directe...

29 mai 2007 - Collectif

Autour de la « catastrophe » Katrina à la Nouvelle-Orléans

(HTML) (PDF,636.4 ko)

Catastrophe humaine, catastrophe sociale... Catastrophe où le plus grand nombre se retrouve - semble-t-il - complètement paumé. Où de grandes difficultés à s’organiser pour l’immédiate survie se font sentir. Et où aller s’entasser dans le SuperDôme - gracieusement mis à disposition par les autorités - devient l’unique solution.

Quelques-uns cependant, tenteront de s’organiser par eux-mêmes, à trois ou quatre amis, ou bien à plusieurs dizaines, pour assurer récupération de denrées alimentaires et d’eau potable. Certains refuseront d’être parqués par l’armée et préféreront, les armes à la main parfois, s’organiser pour fuir la zone sinistrée.

Seulement, l’Etat capitaliste par son infinie nécessité de contrôler les flux - de marchandises et de travailleurs -, imposera une répression féroce à celles et ceux qui pratiqueront l’auto-organisation. Le premier objectif sera de protéger la marchandise avec autorisation de tuer les pillards. Ensuite, il s’agira de gérer les flux de populations et empêcher physiquement ceux qui veulent fuir par leurs propres moyens. Le tout dans un black-out médiatique digne de l’Irak.

« 300 soldats de la garde nationale viennent juste de rentrer d’Irak. Ils ont une certaine expérience des combats. Ils rétabliront l’ordre dans les rues. Ils ont des M-16 prêts à tirer. Ces troupes savent comment tirer et tuer et elles sont plus que jamais prêtes à le faire. »
La gouverneure de Luoisiane, Kathleen Blanco, septembre 2005.

27 mars 2007 - Nadarlana

Petite description de la technopole montpelliéraine

(HTML) (Word,276.5 ko) (PDF,65.6 ko) (PDF,619.3 ko) (PDF,83.9 ko) (PDF,738.7 ko)

La pharmacie est une spécialité bien pratique : elle associe des compétences informatiques, robotiques, agronomiques et génétiques qui ont également leurs propres applications.

Sommaire :
- Une histoire d’amour entre pouvoir, recherche et entreprises
- L’industrie pharmaceutique aux commandes
- Vive le cancer et la génétique !
- « La logique du profit n’exclut pas la logique humaniste »
- Des applications agricoles et de contrôle social

Et comme cette brochure date un peu, et en attendant une vraie version actualisée, je vous met en documents pdf à télécharger, trois brochures intermédiaires, prolongements de celle-ci :

Montpellier, une économie du cancer. Comment la ville se plie en quatre pour l’industrie pharmaceutique, les empoisonneurs de l’agroalimentaire, les géants de l’informatique et les start-ups des technologies de contrôle. (printemps 2009)

Le G20 sur la recherche agricole à Montpellier : se faire du beurre sur le dos des crève la dalle. (septembre 2011)

Montpellier, la ville qui aime la surveillance et le contrôle. (décembre 2011)

30 novembre 2006 - Ivan Illich

Énergie et équité

(HTML) (PDF,855 ko)

« Une vitesse élevée capitalise le temps de quelques-uns à d’énormes taux, mais paradoxalement cela coûte un énorme prix à ceux dont le temps est jugé beaucoup moins précieux ».

16 octobre 2006 - Encyclopédie des Nuisances

Adresse à tous ceux qui ne veulent pas gérer les nuisances mais les supprimer

(HTML) (PDF,653.9 ko)

"On nous dira - on nous dit déjà - qu’il est de toute façon impossible de supprimer complètement les nuisances, et que par exemple les déchets nucléaires sont là pour une espèce d’éternité. Cet argument évoque à peu près celui d’un tortionnaire qui, après avoir coupé une main à sa victime, lui annoncerait qu’au point où elle en est, elle peut bien se laisser couper l’autre, et d’autant plus volontiers qu’elle n’avait besoin de ses mains que pour applaudir, et qu’il existe maintenant des machines pour ça. Que penserait-on de celui qui accepterait de discuter la chose "scientifiquement" ?"

16 septembre 2006 - René Riesel

Aveux complets des véritables mobiles du crime commis au CIRAD le 5 juin 1999

(HTML) (PDF,324.2 ko)

Voici le texte lu par René Riesel lorsqu’il passa en comparution devant le tribunal correctionnel de Montpellier en février 2001 pour avoir réalisé une des premières destructions d’OGM en France.

22 novembre 2005 - Collectif

Récits et analyses de l’occupation du parc Paul Mistral

(HTML) (PDF,5.3 Mo) (PDF,5.3 Mo)

Les témoignages, analyses et images rassemblés dans cette brochure ont pour but d’alimenter la mémoire collective des luttes... en l’occurrence, celle d’une opposition aux projets destruction d’un parc et de construction d’un grand stade en pleine ville.

12 novembre 2004 - Association contre le nucléaire et son monde

Du mensonge radioactif et de ses préposés

(HTML) (PDF,277.9 ko) (PDF,282.7 ko)

"Au moment où, en France, le pouvoir nucléariste considère qu’il s’est suffisamment renforcé pour pouvoir envisager de lancer le renouvellement du parc nucléaire, nous avons jugé utile de montrer en partie sur quel terrain cette certitude se fonde : à la fois sur la volonté de compromettre chacun avec l’industrie nucléaire (à coups de campagnes de propagande publicitaire) et sur le fait que toute opposition s’est dissoute dans le verbiage citoyenniste quémandeur et respectueux de l’État." (Nouvelle édition augmentée par Quelques ennemis du meilleur des mondes.)

27 octobre 2004 - Quelques ennemis du meilleur des mondes

OGM : fin de partie

(HTML) (PDF,130.4 ko)

"Il s’agit ici de rendre compte de ce que nous avons trouvé sur notre chemin en cherchant à combattre les OGM et, au-delà, le monde qui les a produits : une fois de plus, nous avons été confrontés à la misère de l’époque, camouflée en mouvement social et citoyen regroupant, entre autres, les traditionnels conseillers du prince, médiateurs improvisés et autres médiatiques (...). Ce petit monde armé essentiellement de caméras a prétendu s’opposer aux OGM en négociant des conditions acceptables à leur mise en place. Il a, en fait, travaillé à désarmer les raisons d’une colère et les moyens d’une contestation."

27 juillet 2004 - Anonyme

Ecovegan

(HTML) (PDF,1.7 Mo) (PDF,1.5 Mo)

Ce texte propose une réflexion sur les raisons écologiques pouvant mener à adopter une alimentation végétalienne, et sur quelques questions qu’un-e écologiste radical-e peut se poser au sujet de l’exploitation animale.

Version mise à jour en décembre 2006