Brochures subversives à lire, imprimer, propager

A (RE)LIRE CES TEMPS-CI

L’organisation de la vindicte appelée Justice

Publié initialement en 1901 dans Les Temps nouveaux, le texte « L’organisation de la vindicte appelée Justice » donne un aperçu historique des relations entre l’État et « l’institution pour la vengeance sociétaire, nommée Justice », puis critique la Justice avec une perspective anarchiste.

La vindicte sociétaire organisée, appelée Justice, est une survivance d’un passé de servitude, développée d’une part par les intérêts des classes privilégiées et d’autre part par les idées du droit romain et celles de vengeance divine qui font tout aussi bien l’essence du christianisme que ses idées de pardon et sa négation de la vengeance humaine.
L’organisation de la vengeance sociétaire sous le nom de Justice est corrélative dans l’histoire avec la phase État. Logiquement aussi, elle en est inséparable.

auteur-e : Pierre Kropotkine

publié le 26 novembre 2016

formats : (HTML) (PDF,1 Mo) (PDF,1.4 Mo)

DOSSIER

Mauvaises intentions

Dossier "antiterrorisme vs. mouvance anarcho-autonome".

publié le 29 février 2012

formats : (HTML) (PDF,331.8 ko) (PDF,58.8 ko) (PDF,288.9 ko) (PDF,73.6 ko) (PDF,42.4 ko)

LA DERNIÈRE BROCHURE

Contre la grève des matons

Contre la grève des matons

En janvier 2018, suite à l’agression de plusieurs maton·ne·s par un prisonnier dans le centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil, la profession se met en grève dans toutes les prisons françaises pour réclamer plus de moyens. Pendant les deux semaines que dure le mouvement, les conséquences sont lourdes pour les prisonnier·e·s et leurs proches : parloirs retardés ou supprimés, activités annulées, libérations et permissions repoussées, promenades raccourcies ou inexistantes, absence de cantines, distributions aléatoires de la gamelle et du pain, manque de soins médicaux, jusqu’à la séquestration totale en cellule dans certains établissements.

Les deux lettres de prisonnier·e·s publiées dans cette brochure répondent ce mouvement de grève et contrebalancent le discours sécuritaire ambiant.

auteur-e : Marina , Un collectif de détenus incarcérés à la maison d’arrêt des hommes de Fleury-Mérogis

publié le 15 octobre

formats : (PDF,2 Mo) (PDF,2 Mo) (HTML)