ailleurs


Bruxelles : Agenda-bibliothèque du local Acrata, juin-juillet 2010

mis en ligne le 13 juin 2010.

PROJECTION

Jeudi 17 juin à 20h
Documentaire de Charlie Bauer « Marathonien de l’espoir »
Fin des années 1950, Charlie Bauer, alors adhérent aux Jeunesses Communistes, rompt avec les directives du Parti qui a voté les crédits de guerre pour l’intervention militaire en Algérie. Il s’engage dans la lutte contre la colonisation de l’Algérie et plus tard, il continue à sa façon – expropriation, redistribution de la marchandise, aide aux déserteurs – la lutte contre le capitalisme. Il sera arrêté, torturé, et effectuera 25 ans de prison dont 9 en Quartier de haute sécurité [QHS]. Dans ce documentaire, Charlie revient lui-même sur le parcours de sa vie.

DISCUSSION

Samedi 26 juin à 14h
La guerre sociale en Grèce et ici
En décembre 2008, le ciel d’Athènes a été obscurci pendant trois semaines par des panaches de fumée. Ce qui a commencé comme une réaction furieuse au meurtre policier du jeune Alexandros a rapidement pris les allures d’une révolte généralisée. Des anarchistes, des antiautoritaires, des écoliers, des immigrés et d’autres se rencontraient dans la pratique commune de l’attaque contre les banques, les magasins et les institutions étatiques ; d’occupations de bâtiments officiels ; de manifestations et de pillages. Au fur et à mesure que la révolte s’est étendue, il est devenu clair qu’il ne s’agissait pas d’une « simple rébellion de la jeunesse », mais d’une révolte qui touchait aux fondements (le capitalisme, l’aliénation, l’autorité) de cette société.
Maintenant, deux ans plus tard, il semble que la discorde a pénétré plus profondément dans d’amples strates de la société. Tandis que le gouvernement socialiste tire la sonnette d’alarme pour éviter une faillite de l’Etat grec, des grèves, des occupations, des manifestations et des attaques contre les structures de l’Etat et du Capital se succèdent et se multiplient rapidement. Les lourdes mesures d’austérité (comme la quasi abolition de la santé publique et des réductions des salaires et des retraites allant de 10 à 30%) rencontrent beaucoup de résistance. L’Etat grec semble avoir définitivement enlevé ses gants de velours : la police devient de plus en plus brutale contre quiconque lutte ; les médias prêchent sans cesse le patriotisme pour parer l’éventualité d’un soulèvement général ; des dizaines d’anarchistes et d’autres rebelles croupissent actuellement en taule. Même si la Grèce peut sembler bien loin d’ici, nous avons l’intuition que ce qui est actuellement en train de se passer là-bas, pourrait survenir aussi demain dans n’importe quel autre pays européen. Les « acquis sociaux » et l’idée même d’« Etat providence » est en voie de liquidation ; le capitalisme ne cesse d’intensifier l’exploitation (conditions de travail,salaires,…). C’est dans ce sens que nous aimerions discuter : avec un oeil sur le conflit social en Grèce et l’autre sur ce qui se passe ici. Pour partir à la recherche de pistes, de perspectives qui pourraient relier la lutte en Grèce aux luttes partout ailleurs.

PROJECTION

Jeudi 1er juillet à 20h
« Zéro de Conduite »
C’est la fin des vacances, il est temps de revenir à l’école, un lieu de privation, dépourvu de joie. Pour quatre garçons, c’est très vite le zéro de conduite comme punition. Ceci, ils ne l’acceptent pas et se révoltent avec l’aide d’un surveillant qui refuse, lui aussi, l’autorité. Le jour de la fête de l’école, ils canardent de pierres l’administration du collège ainsi que le préfet et le curé, et dans un dernier assaut, remplacent le drapeau tricolore par le drapeau noir.

Acrata
32, Rue de la Grande Île
1000 Bruxelles
acrata [at] post.com

Permanences :
mardi de 16h à 20h
jeudi de 17h à 21h
samedi de 14h à 18h