PRATIQUES


Qu’est-ce qu’un infokiosque ?

mis en ligne le 15 août 2003.

Cette société nous pose question, nous empêche de vivre. Parfois elle nous fait vomir, toujours elle nous révolte. Capitalisme, patriarcat, rapports de domination, désastres écologiques, forces étatiques, de quoi faire frémir toute notre bile. Parfois nous voudrions cultiver cette bile, comment dire, l’approfondir, la relever, la garnir de données, d’arguments, d’idées d’action. Mieux connaître ce que nous critiquons pour mieux savoir ce que nous vomissons et comment nous le vomissons.

Alors nous nous auto-organisons et nous montons un infokiosque, une sorte de librairie alternative, indépendante. Nous discutons des publications, brochures, zines et autres textes épars qui nous semblent intéressants ou carrément nécessaires de diffuser autour de nous. Nous les rassemblons dans cet infokiosque, constituons ainsi nos ressources d’informations, et les ouvrons au maximum de gens. Nous ne sommes pas les troupes d’un parti politique, ni les citoyen-ne-s réformateurices de nos pseudo-démocraties, nous sommes des individus solidaires, qui construisons des réseaux autonomes, qui mettons nos forces et nos finesses en commun pour changer la vie et le monde.

Les textes subversifs sont nombreux et c’est partout hors des circuits spectaculaires-marchands (et même au sein de ces circuits, des fois) qu’il est possible d’en trouver. En mettant de côté une puis deux puis trois brochures, jusqu’à en avoir une ou deux ou trois dizaines, il ne reste plus qu’à photocopier tout ça en plusieurs exemplaires et trouver un lieu où les poser pour que chacun-e puisse venir les feuilleter et les emporter. Alors nous bichonnons les photocopieuses, nous récupérons du papier à foison, nous faisons jouer les réseaux de connaissances, le bouche à oreille. « Tiens, la semaine dernière on parlait des catastrophes écologiques en Amérique trans-caucasienne. Ben figure-toi que je suis tombé sur une brochure qui en parle : je te la photocopie et je te la passe ». Nous aimons ces moyens de communication directe, nous aimons le do it yourself, l’auto-production, la débrouille, nous aimons ces modes de diffusion autonomes.

Dans le monde merveilleux des infokiosques, l’information n’est pas soumise aux logiques commerciales, publicitaires, spectaculaires, financières qui ligotent les médias classiques et puissants. Elle n’est pas centralisée, standardisée, reproduite à l’identique en quantités industrielles et officielles. L’information est réappropriée par des individus, des collectifs, rediffusée au gré des envies et des luttes sociales. On n’en revient pas pour autant à la rumeur, vu que les données transmises sont en principe vérifiables, en tout cas écrites, et donc déformables uniquement de manière consciente. Et l’information ne reste pas non plus forcément dans le cercle du voisinage : si l’échelle de diffusion des infokiosques n’est pas monstrueuse, elle n’est pas pour autant insignifiante. Elle mobilise d’autres moyens, elle mobilise les circuits invisibles des relations humaines, et peut se répandre bien plus qu’on ne se l’imagine.

Il y a des infokiosques dans plusieurs villes de plusieurs pays, dans des lieux autogérés, des squats ou des lieux associatifs… S’y trouvent plein de lectures à emporter, généralement à prix libre ou « pas cher », car le but ici n’est pas de gagner de l’argent mais de diffuser des idées, des théories, des pratiques mises sur papier. En plus de ne pas faire d’argent, les infokiosques n’ont généralement pas d’existence légale. Ce sont des collectifs anonymes et des « zones d’autonomie temporaire » (plus ou moins temporaire, selon les lieux dans lesquels ils se trouvent). Il existe aussi des infokiosques virtuels, comme infokiosques.net...

Des gens d’infokiosques.net (août 2003)

Contact : discutaille [at] infokiosques [point] net

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Qu’est-ce qu’un infokiosque ?
(Texte trouvé en 2003 sur le site du Centre Autonome de Jeunesse de Bienne, en Suisse.)

Un infokiosque est un point de rencontre local des militantEs, un lieu de discussion, d’échange d’information, de coordination d’actions, de campagnes etc. Les infokiosques viennent d’Allemagne et ont progressivement pris pied en Suisse alémanique. Actuellement on en trouve un dans les principales villes. Depuis quelque temps, ils ont fait leur apparition en Suisse romande (Genève et Lausanne).

Au niveau de la ville, l’infokiosque est une source d’information et une infrastructure pour les réunions. On y trouve des infos sur les manifestations politiques locales ou nationales, les campagnes et actions en cours. On y trouve d’autre part le matériel produit localement ou envoyé par les autres villes (badges, autocollants, affiches, t-shirts etc.), ainsi que les publications autonomes, écologistes et de gauche des différentes villes suisses et de l’étranger (Angleterre, France et Allemagne principalement).

Pour les militantEs autonomes et anarchistes de culture germanique, les infokiosques sont une structure organisationnelle importante, comparable aux organisations de l’Europe latine (France, Italie, Espagne, mais aussi Romandie). Les infokiosques assurent la circulation de l’information entre les différentes villes, permettent de coordonner des actions et campagnes nationales. Les infokiosques tentent également de populariser dans la ville où ils sont implantés ce qui se passe au niveau national ou international, comme à celui de la ville-même, dans les groupes et mouvements comme autour de ceux-ci.

Les infokiosques sont un instrument qui permet d’agir et de réagir, tant au niveau national qu’international, aussi bien à des groupes sans relais extra-régionaux qu’à des militantEs ne participant pas activement à une structure.

Un infokiosque permet aussi de s’informer sur ce qui se passe dans d’autres villes : manifestations, actions, luttes.

L’infokiosque biennois ’Chat noir’ est membre du réseau-CAJ en tant que Groupe d’activités et veut être une porte d’entrée vers le CAJ (on trouvera à l’infokiosque aussi bien Noir & Rot et le manifeste du CAJ que la brochure contre la violence faite aux femmes). L’infokiosque est soutenu financièrement par le CAJ, conformément à la décision de l’assemblée générale du CAJ (loyer et aide au démarrage).

Malgré tout, l’infokiosque ’Chat noir’ en est à ses débuts. Le choix de livres et de publications est encore restreint (il correspond à peu près à la table de presse de la Coupole), mais nous l’étendrons successivement.

Nous prévoyons de mettre sur pied régulièrement de petites manifestations (projections de films et de vidéos, exposés, discussions) et voulons fournir une infrastructure pour des séances (les premières ont d’ores et déjà eu lieu spontanément).

Pour que l’infokiosque soit ouvert un maximum, sans pour autant que quelqu’unE doive y "assurer des présences", en "attendant le client", nous avons combiné les espaces de l’infokiosque et "d’Encre noire" (Encre Noire est un collectif de graphisme, mise en page, comptabilité, traductions) sur le même espace, ce qui permet aux permanentEs d’Encre Noire d’assurer en même temps l’ouverture de l’infokiosque. Celui-ci sera donc accessible dès que quelqu’unE d’Encre Noire est présentE, ce qui est souvent le cas.

Les manifestations à l’infokiosque seront annoncées publiquement par voie d’affiches et de flyers.

N’hésitez pas à nous rendre visite, nous nous réjouissons de votre visite !

Mariann

Voici l’adresse de l’Infokiosque Chat Noir :
- Infokiosque, Bourg 4, à Bienne (Suisse).
- Tél. 032 / 323 41 25.
- E-mail : infoladen.biel at freesurf.ch.