BROCHURES

Bagnolet (93) : Programme du Rémouleur, février 2011

Le Rémouleur (première parution : février 2011)

Mis en ligne le 9 février 2011

Thèmes :

Formats : (HTML)

Version papier disponible chez : Le Rémouleur (Bagnolet)

Le Rémouleur
106 rue Victor Hugo
93170 Bagnolet
(M° Robespierre ou M° Gallieni)
leremouleur at riseup point net

Permanences chaque lundi et mercredi de 16h à 20h, et le samedi de 12h à 17h.


Dimanche 6 Février
18h - Projection de La fiancée du pirate, film de N. Kaplan (1969). « L’histoire d’une sorcière des temps modernes qui n’est pas brûlée par les inquisiteurs car c’est elle qui les brûle ». Dans les années 60, Marie habite une cabane avec sa mère dans un bois proche du village du Tellier. Considérées comme des nomades, des marginales sans-papiers, elles ont été exploitées toute leur vie par les bons citoyens du village. A la mort de sa mère, Marie décide de tous les affronter et de leur faire payer ces années d’humiliation. Un film de révolte sans limite.

Dimanche 13 Février
18h - Soirée "Football et lutte de classes". Projection de Coup de tête, de J.-J. Annaud (1979). Quelques textes sur le football et le spectacle marchand seront disponibles. Lorsque tout est bon pour faire gagner une équipe (et plein de fric à ses dirigeants), un joueur de l’équipe de réserve de Trincamp se retrouve face au président du club (aussi patron de l’usine) et à ses collaborateurs. Il ira en prison, marquera des buts et finira par se venger ! Allez Trinquant ! A bas le capitalisme !

Dimanche 20 Février
18h - Projection de Cochon qui s’en dédit, de J.-L. Le Tacon (1979), suivie - si le coeur vous en dit - d’une discussion. Pendant trois ans, Le Tacon filme Maxime qui se débat pour assurer l’équilibre de son élevage de porcs jusqu’à mettre en péril sa propre survie. Cochon qui s’en dédit est un document implacable sur la logique destructrice qui préside à la raison économique ; une démonstration de ce qui nous définit comme humains à partir du sort que l’on réserve aux bêtes ; un film hanté par les images de mort, métaphore d’un monde industriel indissociable de sa forme concentrationnaire et témoignage hypersensible de la dépossession par le travail.

Vendredi 25 Février
19h - Soirée "Les patrons ne comprennent qu’un langage : Grève Blocage Sabotage". Projection de Le dos au mur, film de J.-P. Thorn (1980) suivi d’une discussion. 1979, six semaines de grèves à l’usine Alsthom de Saint-Ouen. Des ouvriers de l’usine se mettent en grève. Contre leurs hiérarchies et en dépit des jaunes qui continuent à travailler, ils occupent leur usine et posent collectivement les enjeux et les moyens qu’ils vont se donner pour obtenir leurs revendications salariales. Le temps du film suit le temps de la grève ; les rapports entre les uns et les autres se transforment, l’occupation ouvre un espace où le travail est remis en question.

Dimanche 27 Février
18h - Soirée "CPE". Projection d’ Il s’agit de ne pas se rendre, film de N. Bouferkas et N. Potin (2008) suivie d’une discussion. “Nous avions déjà fait ça en 2002 et 2003. La journée dans les rues, actions, réunions, la nuit en salle de montage. On est dans le mouvement et on le met en films, projetés les jours suivants là où ça occupe, là où ça discute, là où ça vit. Toulouse, printemps 2006. On remet ça pendant ce que l’on a appelé le mouvement anti-CPE : deux mois d’assemblées, de grèves et de blocages. Des inculpations par centaines, des arrestations par milliers, des manifestants par millions. Que quelques miettes arrachées suffisent pour que presque tout et tous s’arrêtent du jour au lendemain nous laissait comme un goût amer. Mais nous gardions aussi de ce mouvement la dizaine de courts-métrages réalisés à chaud, des heures d’images non montées et surtout l’envie d’alimenter les luttes à venir.”


Programme du Rémouleur, février 2011 :
Version flyer
Version affiche

Le Rémouleur