BROCHURES

Bruxelles : Recontres autour du livre subversif les 24 et 25 mai 2008

The Subversive Book (première parution : avril 2008)

Mis en ligne le 16 avril 2008

Thèmes :

Formats : (HTML)

Version papier disponible chez :

Une rencontre de personnes qui ont à coeur la subversion de cette réalité.
Des gens pour qui la critique sociale, en mots et en actes, est un outil qui doit être mis au point au travers de publications, d’échanges et de discussions. Une occasion d’entrer en contact avec des éditeurs souvent moins connus de toute l’Europe [1] ; une occasion de discuter des thèmes d’aujourd’hui et de connecter entre eux des points de lutte.

Cette année, l’accent sera à nouveau mis sur les discussions. Celles-ci auront pour fil conducteur les différents types de conflits sociaux. En passant en revue quelques expériences plus ou moins récentes, nous voudrions lancer des discussions quant aux perspectives qu’offrent ces luttes, aux bases sur lesquelles nous nous y impliquons et aux modes d’interventions dans celles-ci.


Programme des debats et causeries

Samedi 24 mai

15h - Jours de fureur, nuits de rage

Un regard sur les récentes explosions sociales au Chili

Tout au long de 2007, différents conflits sociaux se sont vus accentués dans tout le Chili. Des explosions sociales, au sein des contradictions propres du capitalisme, déclenchèrent dans certains cas de véritables révoltes avec un caractère clairement insurrectionnel et spontané. Des conflits qui naissent tant d’un net besoin vital que de véritables tentatives de récupérer la mémoire collective. Un exposé des journées les plus conflictuelles pour l’Etat et de la continuité d’une génération rebelle. Celle qu’on appelle la Jeunesse combattante.

18h - Défense Intérieure, le Groupe 1er Mai et les GARI - Action révolutionnaire internationale (1961-1975)

Suite au déclin révolutionnaire du mouvement libertaire espagnol et à la dégénérescence progressive de l’antifranquisme classique, les années ’60 connurent diverses tentatives de réorganisation de la résistance anarchiste en Espagne et, dès la fin de cette décade, un essor de la solidarité révolutionnaire dans toute l’Europe. Octavio Alberola, qui participa très activement à cette agitation, viendra nous en parler et tenter d’en tirer un bilan critique.

Dimanche 25 mai

13h - Non à la THT et à son monde

Les lignes Très Haute Tension (THT) sont intrinsèquement liées à la production de grandes quantités d’énergie et à son transport sur de longues distances, et par conséquent au nucléaire et à la société qui s’appuie sur celui-ci. La construction des nouvelles lignes rencontre aujourd’hui une opposition des habitants des zones touchées. Des compagnons qui participent aux luttes contre la THT en Normandie et en Catalogne viennent faire le point sur celles-ci et examiner avec nous les perspectives qu’elles peuvent offrir.

15h - Rock’n roll et lutte des classes

Au cours des années 80, le Royaume-Uni a été l’un des rares Etats d’Europe occidentale à connaître des périodes d’agitation intense, dont les emblèmes furent la longue grève de masse des mineurs et les deux grandes vagues d’émeutes urbaines. Sans être insurrectionnelle, l’époque était explosive. Elle était caractérisée par la multiplication de manifestations d’insubordination très diverses : parfois dans la tradition des anciennes communautés de classe britanniques, dans les mines et dans les quartiers ; parfois inédites, comme le montrèrent les combats de rue, les pillages et les destructions d’édifices publics au cours des affrontements dans les principales villes du royaume. Nous proposons de revenir sur les luttes de l’époque de l’autre côté de la Manche, à travers les témoignages de certains de ceux qui y participèrent. Non pas pour en recueillir pieusement l’héritage - car la faiblesse des objectifs des luttes et leur fragmentation, dans l’espace et dans le temps, furent en fin de compte utilisées par l’Etat pour les isoler -, mais pour éclairer nos combats d’aujourd’hui. Et aussi pour mieux comprendre, au-delà des particularités du Royaume-Uni, quels dispositifs, des plus anciens aux plus modernes - de la coercition féroce exercée par le juge à perruque, à la dislocation des quartiers populaires par la « gentrification » -, la domination met en œuvre, pour contrôler et briser ce qui lui résiste.

18h - Discussion avec des compagnons grecs à propos des luttes sociales, de la répression étatique et de la solidarité avec les compagnons incarcérés et les prisonniers en lutte.

Avec l’agitation dans et autour des prisons belges en arrière plan, des compagnons grecs viennent discuter à propos de la persécution et de l’incarcération de rebelles sociaux ; de la torture et des morts en prison dans le contexte d’une intensification du terrorisme d’Etat. Ils parleront aussi des mutineries dans les prisons en 1995 et en 2007 et de l’action solidaire des anarchistes, au sein d’une lutte plus ample pour un monde sans exploitation ni oppression, sans frontières ni prisons.


Heures d’ouverture

Samedi 24 mai de 12h à 21h

Dimanche 25 mai de 12h à 21h

Entrée libre

Les discussions seront traduites dans la mesure du possible

Bar et sandwichs en permanence

Où ?

De Pianofabriek - Rue du Fort 35 - Bruxelles (Saint-Gilles)

Accès

train : gare Bruxelles-Midi (15 min à pied)

metro : arrêt ’Porte de Hal’, ligne 2

tram : arrêt ’Barrière’, lignes 18, 81, 82
arrêt ’Parvis’, lignes 3, 55, 90

voiture : se garer à la Porte de Hal sur la petite ceinture de Bruxelles

Pour plus d’information :
thesubversivebook at gmail.com

The Subversive Book


[1] Tables de presse de Belgique, des Pays-Bas, de France, d’Allemagne, du Royaume-Uni de Grèce, d’Italie et d’Espagne.