BROCHURES

Programme du mois d’avril au mois de juin

Le Kiosk Toulouse (première parution : 31 mars 2008)

Mis en ligne le 31 mars 2008

Thèmes :

Formats : (HTML)

Version papier disponible chez : Le Kiosk de (Toulouse)

Au programme au Kiosk au 3, rue Escoussières Arnaud-Bernard, Toulouse, du mois d’avril au mois de juin 2008

C’est à 20h30 à chaque fois.

Le 10 avril

  • JE BETON
    Écrit et réalisé par Hervé Dangla - documentaire France 2007 1h40mn -

Les politiques urbaines menées depuis quelques décennies ont conduit à un constat unanime : le zonage du tissu urbain s ?est traduit dans certains quartiers par une communautarisation et un sentiment d ?abandon par les pouvoirs publics, comme en témoignent dans le film "Je béton" les habitants du Mirail. Tous pointent du doigt le désengagement de l’Etat : disparition de la mixité, ghettoïsation du quartier, abandon de la politique culturelle...

Le GPV (Grand Projet de Ville), amorcé en 2006, a ainsi été l ?occasion de raser la partie centrale de la dalle, de réinventer l’image du quartier. Certains habitants voient le projet d ?un mauvais oeil mais ils ont bien choisi de vivre là, et même si la lassitude prend parfois le dessus, ils gardent une certaine fierté. Ils réagissent néanmoins à une transformation mandatée de l ?espace urbain et à une certaine stigmatisation des populations qui y cohabitent...

  • Discussion en présence du réalisateur

Le 17 avril

  • Brazil, 1985, Terry Gilliam, 131 minutes

Durant l’année 1984, un véritable déluge d’articles, livres, entrevues et discours ont été voués aux visées prophétiques de George Orwell et de son classique littéraire, écrit en 1948. Dans ce contexte, il n’était pas surprenant de voir une seconde adaptation cinématographique, signée Michael Radford, prendre l’affiche. « Ils ont fait une grosse erreur avec 1984, affirme Gilliam. Nous y sommes en 1984, et ce qu’ils nous montrent n’a strictement rien à voir avec la réalité que nous vivons aujourd’hui. En fait, ils auraient dû appeler ça 1984 ½ ! J’ai eu peur qu’ils fassent la même chose que nous. Brazil est sur aujourd’hui, 1984 sur 1948. Ce qui m’ennuie dans le film de Radford, c’est que la technologie est absurde. Celle de Brazil ne fonctionne peut-être pas, mais elle correspond à l’époque et a une signification.[4] »

Le 25 avril

  • La tyrannie technologique, 2007, éditions l’Echapée, Guillaume Carnino, Pièces et mains-d’oeuvre, Celia Izoard, Cédric Biagini

Après le travail et le sommeil, la troisième activité des occidentaux est de regarder la télévision. 80% de la population française possède un téléphone portable contre moins de 5% dix ans plus tôt. Créée en 1998 dans un garage, la société Google est aujourd’hui cotée en bourse et valorisée à près de 75 milliards de dollars. Au cours des dix dernières années, les ventes d’antidépresseurs ont doublé. Les nouvelles technologies, fer de lance et alibi d’une industrie obsédée par la rentabilité, participent chaque jour un peu plus à la destruction du lien social et à la disparition des formes anciennes de sociabilité, d’organisation du travail et de la pensée.

  • Discussion autour du livre en présence des auteurs.

Le 15 mai

  • Romero, 2004, 1h33 minutes

Dans un avenir pas si lointain, une poignée de survivants barricadés dans une ville bunker vit encore dans le souvenir de l’ancien monde... Des zombies, qui désormais pensent et communiquent, s’organisent pour prendre d’assaut la ville bunker. Kaufman, autoproclamé chef des vivants, engage un commando de mercenaires pour contrer les attaques de ces morts-vivants d’un genre nouveau...

  • Invasion à Los Angeles, John Carpenter, 1h33 minutes

Errant dans Los Angeles à la recherche d’un travail, John Nada, ouvrier au chômage, découvre un étonnant trafic de lunettes. Une fois posées sur le nez, elles permettent de détecter d’épouvantables extraterrestres décidés à prendre le contrôle de la planète.

Le 29 mai

  • UN PEU DE VERITE
    Jill Freiberg 90 min. VO sous-titrée

Oaxaca, Sud Est mexicain, c’est le 14 juin 2006 que le tyranneau local fait donner sa garde contre une grève enseignante jusqu’alors plutôt corporatiste. S’ensuivra une déculottée historique des forces de l’ordre et un mouvement de résistance général qui n’hésitera pas à prendre le nom de « Commune de Oaxaca » plus connu comme APPO (Assemblée populaire des peuples de Oaxcaca). Pendant six mois un millier de barricades couvriront la capitale de cet Etat en rébellion. Jill Freiberg tient la chronique de cette commune filmant des moments historiques comme la prise des médias locaux par l’assemblée des femmes, les manifestations d’un million de personnes, la victoire de la Toussaint ou la vie des radios pirates et le quotidien des barricades. Pourtant, force restera à la loi et les vainqueurs prendront les poses de leurs ancêtre Versaillais. A l’heure actuelle il reste des dizaines d’incarcéré(e)s et de disparu(e)s.

  • Discussion autour de la situation à Oaxaca et au Mexique.

Le 5 juin

  • La ballade des sans-papiers
    Documentaire, 1996, 90 minutes, Samir Abdallah et Raffaele Ventura

Documentaire du mouvement des Sans-Papiers depuis l’occupation de l’église Saint-Ambroise à Paris en mars 1996, jusqu’à l’évacuation des occupants de l’église Saint-Bernard, en août. Chants, danses, manifestations, grèves de la faim : la longue marche des Sans-Papiers prend des formes multiples. Ce mouvement redonne des visages et une consistance humaine à ceux que des années de réglementations de plus en plus restrictives, notamment l’arsenal des lois dites "Pasqua", ont rejeté dans la clandestinité... Un style de reportage en continu qui se distingue de la couverture médiatique dominante par son opiniâtreté et par la durée et la clarté de son engagement.

  • Discussion en présence de plusieurs collectifs autour de la lutte pour le droit des sans-papiers et contre l’enfermement de ces derniers.

Le 12 juin

  • "L’ahyahuasca, le serpent et moi" A. Bernardi, 52 min, Brésil

L’ahyahuasca est une plante hallucinogène, utilisée par les indiens d’Amazonie, principalement au Pérou. Des rituels séculaires entourent la consommation de cette plante dont les vertus thérapeutiquessont avérés pour les sociétés traditionnelles qui l’ont sacralisée.

  • "L’iboga, l’homme du bois sacré" 53 min, G. Kelner

Un jeune maître-guérisseur gabonais et son père spirituel nous entraînent dans un voyage initiatique, sur les traces de l’Iboga, plante divinatoire et maîtresse de cérémonies secrètes animistes. Elle permet aux initiés d’aller en voyage aux pays des ancêtres et de renaître en hommes nouveaux

Le 19 juin

  • "Mai 68, un mouvement politique" Editions acratie, J-P Duteil, ancien membre du mvt 22 mars

Rencontre avec l’auteur

Réduit à une pure dimension culturelle (elle-même vidée de son contenu subversif) par ceux qui veulent éradiquer toute idée de révolution et de critique du capitalisme. Mai 68 ne fut pas un accident de l’histoire sans suites. Pour de nombreux ouvriers, mai 68 commence dès 66 avec les révoltes à Caen, en Lorraine, à Fougères, Redon et St-Nazaire ; avec un mouvement paysan en pleine mutation qui redécouvre l’affrontement avec la police ; avec un mouvement lycéen qui émerge plus d’un an avec les fameux événements.

Mai 68 ce furent aussi de nouvelles formes d’organisations que l’on retrouvera tout au long des 40 années qui suivront : les Comités d’action, avec la volonté d’autonomie et la déviance vis à vis des structures syndicales et politiques. Autant dire qu’après les luttes et les expériences de l’hiver 2007 cela est toujours d’actualité !

Le Kiosk Toulouse