BROCHURES

Programme de février, mars et avril

Le Kiosk Toulouse

Mis en ligne le 1er février 2008

Thèmes :

Formats : (HTML) (portfolio)

Version papier disponible chez : Le Kiosk de (Toulouse)

Au programme au Kiosk d’Arnaud Bernard 3, rue Escoussières Arnaud-Bernard

téléchager le programme.

JPEG - 3.2 Mo
JPEG - 2.5 Mo
  • Février
    • Jeudi 7 février 20h :

Projection de la démence, 2005, Svankmayer

Jean Berlot, dont la mère est morte dans un asile d’aliénés, est sujet à des accès de folie passagère, qui s’emparent de lui dans des situations de stress intenses : il s’imagine être la proie de deux infirmiers patibulaires qui s’efforcent de lui passer une camisole de force contre son grè ...

Le combat permanent que se livrent le corps et l’esprit, nous dit Jan Svankmayer, ne peut déboucher que sur deux choses : la maladie, si l’esprit l’emporte sur le corps, ou la folie, si l’inverse se produit. Toutefois, si quiconque s’empresse de réguler les déséquilibres issus de cette relation conflictuelle, une troisième forme d’horreur surgit la violence fascinante inhérente à tout système plaçant l’ordre au-dessus de la liberté.

    • Vendredi 15 février 20 h

Projection de Sangatte, station balnéaire, 2002, Potin, Bouferkas, Durand, Zahzouma, 2002, 46’.

Ce film est un huis-clos, résultat d’un tournage jour et nuit dans le centre. Nous y rencontrons quelques-uns de ces gens de "non-droit", et nous découvrons leur quotidien : la préparation au départ, l’incertitude, l’attente. Mais Sangatte, c’est aussi des salariés de la Croix-Rouge, que nous suivons dans leur travail, bien loin de l’action humanitaire telle qu’on l’entend généralement... Naturellement, au centre de toutes les interrogations, on trouve la question des frontières. Frontières administratives, bien sûr. Mais surtout frontières séparant urgence humanitaire et question politique, centre d’accueil et camp,utopie et réalisme...

Je suis à Sangatte depuis hier. La dernière étape avant l’Angleterre ! " m’a assuré le passeur quand je montais dans le train pour Calais. C’est la Croix-Rouge qui s’occupe du camp, et si j’ai bien compris, la police n’y entrepas. Sinon, c’est la routine. Trouver à manger, une couverture, un lit, savoir par où et avec qui passer, dormir un peu. Puis partir, marcher de nuit sur desroutes de campagne vers le port ou la gare. Enfin, les barbelés. Leurs maudites frontières ! Et pourtant, il faut bien que je passe.

    • Jeudi 21 février 20h

Soirée débat projection : "Les techniques d’autoconstruction"

      • Projection de "construire sa maison en paille"
      • Discussion autour du film
      • Une deuxième discussion suivra autour des décrets répressifs contre les habitats choisis non agrées.
    • Jeudi 6 mars 20h :

Soirée débat livre : "Les aventures de Marie Poppet, où jouer de la musique à Toulouse ? "

      • Présentation du livre en musique et diapos.
      • Projection de deux films de Tv Bruits : "La chapelle" et "Le slam"
      • Discussion avec des acteurs de différents lieux et initiatives toulousains Lorsqu’une ville prend soin de ses artistes avant qu’ils ne soient morts et que leur photo soit en grand sur les murs, lorsqu’une ville sait que ce sont ses lieux populaires qui font sa renommée nationale et internationale, plus que n’importe quel événement culturel, lorsqu’une ville soutient les initiatives locales, s’intéresse à la vitalité artistique qui se développe en dehors de ses institutions, lorsqu’une politique culturelle ne devient pas exemple des normes, cette ville devient exemplaire.
    • Jeudi 20 mars 20h :

Soirée débat projection "Petit à petit", Jean Rouch, 1971.

Ayorou (Niger) avec Lam et Illo la société d’import-export Petit à petit décide de construire un « grand Building » dans son village. Il part à Paris pour voir « comment on peut vivre dans des maisons à étages ». Dans la capitale, il découvre les curieuses façons de vivre et de penser des Parisiens qu’il décrit dans des « Lettres persanes » envoyées régulièrement à ces compagnons, jusqu’à ce que ceux-ci, le croyant devenu fou, envoient Lam le rejoindre pour se rendre compte sur place...

Le Kiosk Toulouse