BROCHURES

Bruxelles : activités à Acrata en juin 2016

Lokaal Acrata

Mis en ligne le 9 juin 2016

Thèmes :

Formats : (HTML)

Version papier disponible chez :

Acrata
rue de la Grande Ile 32
1000 Bruxelles
acrata@@@post.com

Jeudi 23 juin – 19h30 - Discussion
Quels sont les mécanismes du pouvoir, et comment nous pouvons nous organiser contre eux ?
Dans cette discussion, je veux essayer de mieux comprendre ce qui est le pouvoir, par quels mécanismes il apparaît encore et encore, et comment nous pouvons nous organiser afin d’éviter cela.
Un mécanisme général est l’évolution de la coordination à l’apparition d’un contrôleur, dans lequel il existe un système supérieur, qui a ses propres buts. Cela peut par exemple être une organisation qui ne sert plus nos objectifs, mais devient une fin en soi (...), ou une idée fixe qui te contrôle, ou qui contrôle tes idées. C’est contre cela que que Stirner s’agite. (...) Donc, nous voulons avoir un impact sur le monde qui nous entoure, n’est-ce pas ? Mais quelle est exactement la différence entre l’influence et le pouvoir, à l’exception d’une différence dans le succès ? Comment sommes-nous différents des forces qui veulent déterminer le monde pour nous ? Qu’est-ce que nous voulons dire exactement avec le pouvoir et la domination ? Avec quels rapports au monde avons-nous des problèmes, et quels rapports nous proposons ? (...)
J’approfondirai des méthodes anarchistes de coordination, et leur possible généralisation en des concepts généraux de système. Quel est le lien entre les idées anarchistes comme l’auto-organisation, l’action directe, la propagande par le fait, l’organisation informelle, la diversité des tactiques, l’insurrection, la révolution, la cohérence de la pensée et de l’action, et des concepts tels que "stigmergie", "retour positif", l’effet papillon, la variation et la sélection ? Et ce serait tout dire ? Je puise entre autres de l’inspiration dans la théorie du système. Il y a un texte qui explique plusieurs des concepts ci-dessus qui se trouve à Acrata. Vous pouvez lire le texte en préparation pour le débat, pour mieux comprendre quelques idées. Le texte et la discussion sont en anglais (ou en néerlandais s’il se trouve que tout le monde le comprend).

Mardi 28 juin – 19h30 – Discussion
Sans loi ni travail – Sur le conflit en cours en France
Des compagnons de Paris viennent discuter sur l’accentuation du conflit social en France.
« Quand on cesse de se battre pour la survie de la société qui est en train de nous détruire, il ne reste que la pure négativité pour alimenter la révolte. Finies les revendications, justement. Fini le dialogue. Fini le consensus. Finie la politique. Mais que cette négativité soit inévitablement condamnée à l’éphémère, à se consumer en quelques heures, quelques jours ou quelques semaines, que cette négativité ne puisse pas être autre chose qu’un carburant temporaire, à être manipulé avec prudence et seulement quand on ne peut pas faire autrement, avant de revenir à l’officiel : voilà ce que serait la pire des résignations. La récréation peut uniquement être sans fin si la cloche est mise hors d’usage, et si en même temps le soi-disant imaginaire n’est pas récupéré par le mensonge sociétal... »

Jeudi 30 juin – 19h30 – Discussion
La question de l’insurrection
Ces dernières années encore, plusieurs éruptions sociales ont porté la révolte jusqu’à un point où les perspectives se renversent et où il semble que tout devient possible (prenons novembre 2005 en France ou décembre 2008 en Grèce par exemple). Dans ces moments-là, la question n’est plus de comment maintenir en vie la révolte - elle est diffuse et va en s’intensifiant - mais de comment précipiter le bouleversement amorcé du monde autoritaire, en étendue et en profondeur. Sachant que le pouvoir n’est pas un ennemi qui nous fait face... Sachant que la subversion des rapports établis ne cadre pas avec le mythe du "Grand Soir"... Que pourrait faire un groupe de personnes résolues dans une telle situation ?
Il n’y a pas à faire le schéma de ce que devrait être le processus insurrectionnel. Plutôt à envisager, dans le contexte particulier où nous sommes, les conditions déterminantes de son déclenchement. Pour s’y préparer ; pour ne pas se trouver confus et désarmés face l’imprévu d’une explosion de rage qui pourrait bien détoner tôt ou tard sous nos pieds.
Proposition d’un texte à lire avant la discussion : "La révolte incendiaire de novembre 2005 en France et l’hypothèse insurrectionnelle" (A Corps Perdu, 2010). Cette brochure, accompagnée d’autres écrits sur le même sujet, est disponible au local.

Lokaal Acrata