http://infokiosques.net/spip.php?article304


Les secrets du crochetage


par Anonyme



Mise en page libre à partir d’un texte illustré trouvé sur le web : http://maxxxiweb.free.fr/espi/croch...



C’est facile

Le secret du crochetage des serrures est que c’est facile. N’importe qui peut apprendre comment crocheter.

La théorie du crochetage est l’art d’exploiter les défauts mécaniques des serrures. Il y a un certain nombre de concepts élémentaires et quelques définitions à savoir mais l’essentiel consiste en des astuces qui exploitent les défauts mécaniques particuliers ou les caractéristiques propres de la serrure à ouvrir. Ce manuel en reflète l’idée. Les premiers chapitres présentent le vocabulaire et les informations de base concernant certaines serrures et leur crochetage. Il est impossible d’apprendre le crochetage sans pratiquer. Un chapitre sera donc consacré à un ensemble d’exercices choisis avec soin pour vous aider à acquérir les tours de main et l’habileté nécessaire au tâtage et au crochetage. Ce manuel se termine par une liste de défauts mécaniques et des caractéristiques de certaines serrures ainsi que les techniques à employer pour reconnaître les dits défauts aux fins d’ouverture. Le premier appendice décrit comment fabriquer soi-même ses outils de crochetage. Le second appendice quant à lui présente l’aspect légal en France.

Les exercices sont importants. Seule la pratique permet d’apprendre à reconnaître et à exploiter à votre avantage les défauts mécaniques d’une serrure. Cela signifie qu’il faut beaucoup s’exercer, aussi bien sur une même serrure que sur un grand nombre de marques et de modèles différents. Tout le monde peut ainsi apprendre comment ouvrir des serrures de bureau, des cadenas, mais la qualification pour ouvrir rapidement la plupart des serrures exige beaucoup d’entraînement pour obtenir cette compétence.

Avant d’entrer dans les détails des serrures à goupilles et de leurs techniques de crochetage, il faut préciser que ce n’est pas l’unique moyen d’ouverture. Toutefois c’est la solution la plus discrète car elle ne cause aucun dégât. En fait, il est souvent plus facile de neutraliser ou de contourner le mécanisme interne de la " sureté " ou d’autres parties de la porte (les gonds par exemple) que la serrure. Il est même parfois plus simple de contourner carrément la porte en passant par exemple par un autre endroit. Souvenez-vous : Il y a toujours une autre possibilité d’entrer qui est souvent bien meilleure.

Comment une clef ouvre une serrure ?

Ce chapitre présente le fonctionnement de base de la serrure à goupilles, et le vocabulaire utilisé dans cette brochure. Les termes utilisés pour décrire les serrures et les parties qui les composent varient d’un fabricant à l’autre et parfois d’une ville à l’autre, donc même si vous connaissez déjà le fonctionnement de base d’une serrure, vous devrez apprendre le vocabulaire [1] que nous utiliserons dans ce manuel.

Vous devez savoir, en premier lieu, quels sont les mécanismes physiques, mécaniques, qui entrent en jeu quand une serrure est ouverte par une clef. Vous devez aussi comprendre comment une serrure " répond " au tâtage et au crochetage. Les chapitres 3 et 5 traiterons de ce sujet, en s’appuyant sur des exemples.

La clef est insérée dans l’ " l’entrée " du rotor ou barillet. Les protubérances sur les côtés de la l’entrée de la clé sont appelées des " éves " - qui seront saillantes et/ou rentrantes -. Les " éves " déterminent le profil de la clef pouvant être insérée dans l’entrée du rotor. Les différents profils de clef sont appelés " variures ". Le barillet ou rotor est la partie mobile de la serrure qui peut pivoter sur son axe lorsque la clef adéquate y est insérée complètement. La partie fixe de la serrure est appelée le cylindre ou stator. La première goupille touchée par la clef est appelée " première goupille ". Les goupilles restantes sont numérotées de l’avant vers l’arrière de la serrure selon leur nombre. (1, 2 ; 3, 4, etc.)

La clef adéquate lève les goupilles simultanément jusqu’à ce que l’intervalle (césure) entre les deux goupilles (de rotor et de stator) soit aligné avec la ligne de césure générale de la serrure appelée aussi "mise au passage ". Ce " passage " est donc constitué par l’interruption de l’organe de blocage : une " brisure " de la goupille. Quand toutes les goupilles sont en position d’ouverture, - " au passage " - le barillet dit aussi rotor peut tourner et la serrure peut être ouverte. Une clef inadaptée (dans la coupe des tailles de goupilles) laissera quelques goupilles à une hauteur inadéquate et donc fausse, entre le rotor et le stator, et ces dernières empêcheront la rotation du barillet (ou rotor) dans le cylindre (ou stator) en se bloquant contre ce dernier.

lire la suite en html

Anonyme


[1] nous avons utilisé comme référence le vocabulaire technique des meilleurs manuels français de serrurerie du moment.